Faire de l’automatisation un atout

Aujourd'hui l'automatisation détruit plus d'emplois en règle générale qu'il n'en crée. Mais faut il s’arque-bouter contre cette tendance mondiale ou en faire une aubaine ?

La part des emplois menacés par l'automatisation varie de 4% à près de 40% selon les régions (OCDE)

(Job Creation and Local Economic Development 2018 – OCDE, septembre 2018)

En France, 16,4% des emplois risquent d’être automatisés, et 32,8% sont susceptibles d’être profondément modifiés par l'adoption de nouvelles technologies. (source Rexecode)

et 70% des emplois des PVD menacés par l'automatisation, selon la Banque Mondiale

 

Je vous dirais, je ne vois même pas pourquoi je pose la question tellement la réponse est simple, en tout cas évidente pour moi. Ben oui il suffit de faire porter les cotisations patronales et salariales sur les machines qui remplaces l'homme ou la femme. Les avantage des entreprises restent indéniables :

  • Plus de contrainte horaire ni de pause
  • Plus d'arrêt de travail
  • Plus de vacances
  • Plus de conflit
  • Plus de temps et d'argent à consacrer au reste de l'entreprise et pourquoi pas aux salariés
  • Des perspectives d'avenir grâce aux évolutions de la robotique

Pour n'en citer que quelques un, et pour les avantages des travailleurs c'est :

  • Plus de tâches ingrates ou répétitives et donc du travail plus intéressant et/ou plus confortable
  • Plus de sécurité dans certains cas
  • Plus de conflit
  • Plus de cotisations et donc de garanties sur le social
  • L'équilibre machines/humains qui limite l'explosion incontrôlée des robots contre l'humain

Bon c'est vrai je n'est pas fais d'études poussées pour savoir si l'équilibre financier entre cotisations et perte d'emplois serait par magie trouvée, mais pourtant. Faire varier les cotisations chaumage avec l'évolution à la hausse comme à la baisse avec la réalité du chaumage, ne me paraît pas stupide, surtout que les entreprises ont leur part de responsabilité. Un gouvernement représentatif de la société dans le cadre d'une véritable démocratie, serait obligé de prendre ses responsabilités face au chaumage comme au reste et dans le principe des pollueurs payeurs.

Je pense que les nouvelles technologies comme les finances ou la recherche médicale et tout ce qui peut toucher profondément un pays ne doivent pas être combattues (sauf exception) mais encadrées avec soin pour rester dans le fragile équilibre des sociétés et ne pas devenir extravagantes ou extrêmes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.