Msieur, Msieur, y m'tutoie !

Vous tous qui êtes confrontés aux provocations répétitives de groupuscuculs ridicules lors de vos discussions entre enne.a.mis autour d'un billet ou d'un article, je vous propose de comprendre l'agressivité de ces perroquets envoutés dans leur bunker.

LA PEUR

Ils sont victimes de sorciers qui font apparaître des hologrammes, la nuit, dans leur gourbi. Les placards vrombissent des milliards de petites fiches qui y sont enfermées vivantes. Et le grenier, aaaah le grenier... les poooooommes !!!!!

sexY sushi : le mYstère des pommes © SEXYSUSHILEVRAI

 

LA RAGE

conure
Ce sont des individus vivant à deux ou trois, rarement plus, ayant généralement un gros bec crochu, une taille importante, des couleurs vives, doués pour l'imitation des sons ou de la parole et pour certains de l'écriture, comme celui sur l'image ci-contre dont vous remarquerez l'air avenant et aimable ainsi que la robe plus rouge que rouge (normal, ils sont les vrais). Vivant dans les même aires qu'une certaine espèce de lama — le Lama Lanchon — ils ont pris l'habitude de l'imiter en crachant sur tout le monde, pas seulement les journalistes du National Geographic.

Étant tout de même un compagnon affectueux, le colon européen du XIXe siècle George Grey de Nouvelle-Zélande a pu écrire dans une lettre que cet oiseau avait envers lui et ses amis un comportement « plus proche de celui d'un chien que d'un oiseau », mais c'est un colon, néo-zélandais de surcroît.

Les psittacidés arrivent en Europe dans les bagages des explorateurs, puis des corsaires ou des pirates. Sur le vieux continent, il est de bon ton, durant plusieurs siècles, d'avoir dans son salon cet acrobate bavard au plumage souvent spectaculaire, précieux témoignage d'exotisme. Au Cleube de Mediapart aussi...

 


 

VOUS PRENDREZ BIEN UNE PETITE CHANSON

DALIDA - Le petit perroquet © FrenchyKing

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.