mot de passe oublié
MediapartLive
Parrainnez vos amis

«L'Europe face à la tragédie des réfugiés» : débats et témoignages à suivre sur le site dès 20h, en direct depuis le Théâtre de la Ville à Paris.

Jusqu'à minuit, profitez de notre offre d'abonnement exclusive : les 15 premiers jours gratuits !

JE M'ABONNE
Le Club de Mediapart jeu. 26 mai 2016 26/5/2016 Dernière édition

Si un débat = trois, alors Sarko = zéro : démonstration

Les corbeaux de la Sarkozie avaient déjà affuté leur élément de langage : comme quoi Sarkozy voudrait trois débats et comme quoi Hollande refuserait trois débats de peur d'affronter Sarkozy trois fois.

D'un autre côté, si Sarko est si certain de pouvoir "exploser", comme il dit,(avec son élégance coutumière ) son adversaire, il n'a besoin que d'un seul débat ..Serait -il si peu sûr de lui ? Pourquoi en faudrait-il trois ? Pour exploser  Hollande trois fois ? C'est pur sadisme de vrai sale type !

" Meuh non, meuh, non, c'est pas ça, c'est pour avoir plus de temps afin d'aborder tous les sujets, et Hollande est bien lâche de ne pas accepter", sussure fielleusement la basse-cour sarkozienne ...

Hollande botte en touche :  " Je ne vois pas pourquoi on changerait les règles au dernier moment : Maintenenons donc le principe d'un seul débat, mais qui pourra durer deux heures, trois heures si nécessaire".

 Mais Sarko ne voudra pas . Et pourquoi ? En trois heures, il aura plus de chances encore "d'exploser" François qu'en une, non ?  ... Eh bien non, car trois heures  c'est Sarko qui s'auto-exploserait !. Et même bien avant.

La contre-proposition de Hollande est vraiment maligne, en vérité : imaginez, Sarko, se contenant de toute la force de ses calmants, obligé de rester assis pendant trois heures à bouillir comme une cocotte minute sans soupape, face au rusé Père François, qui, lui, se contenterait d'agiter sans grand effort ses plumes, le temps de faire glisser l'eau des insultes dessus ...Trois heures de tactique du mur qui se dérobe quand on commence à cogner dessus, histoire que l'autre dérape un peu plus et plus encore. Trois heures, non pas ! Deux suffiraient, moins :

Au bout d'une heure et demie, la réthorique de Sarkozy, s'autodétruirait, submergée par l'exaspération de lui-même.

Semblable au personnage sadique de l'Etrange Noël de Mr Jack, Sarkozy se déliterait en direct, son enveloppe présidentielle et sémantique réduite au grouillement fébrile et dégoulinant des milliers de petits cafards affolés qui la, qui Le, constituaient.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Les Corbeaux de la Sarkozie et leur Sarkrôa tournent au-dessus de leur propresInnocent montagnes d'immondices fumeux et fumants ! Et ils vont y tomber jusqu'au dernier à mesure qu'ils vont se lâcher ( et lâcher leur oiseau de malheur! ) Tous seront ensevelis sous leurs ordures avant la fin de la nuit du 6 mai !