basicblog
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 mars 2021

basicblog
Abonné·e de Mediapart

Message d’alerte international sur le COVID-19

United Health Professionnals regroupe 1500 professionnels de santé du monde entier. Ils demandent l'arrêt de "cette prise d’otages mondiale" dans une lettre adressée notamment à "Mr Emmanuel Macron : Président de la France, Mr Jean Castex : Premier Ministre et Mr Olivier Véran ".

basicblog
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Leur lettre est reproduite partiellement ci-dessous, elle est consultable en entier à ce lien. Leur premier appel international est disponible ici.

Extrait : "Cette lettre sera conservée comme preuve que votre gouvernement a bien été averti. Tout doit revenir immédiatement à l’état normal et cette prise d’otages mondiale doit cesser car vous avez su que vous avez été victimes de la plus grande arnaque sanitaire du 21e siècle. "

Ils et elles sont :

Infirmières et infirmiers, généralistes, infectiologues, épidémiologistes, gériatres, gynécologues, orthophonistes, sage-femmes, pharmaciens, ostéopathes, anesthésistes, psychologues, radiologues, chirurgiens, cardiologues, neurologues, psychiatres, dermatologues, pédiatres, dentistes, nutritionnistes, biologistes cliniciens, physiothérapeutes, acuponcteurs, spécialistes en santé publique, endocrinologues, angiologues, ophtalmologues, orthodontistes, hygiénistes, techniciens en radiologie, rhumatologues, chirurgiens-dentistes, chirurgiens orthopédiques, assistants personnel infirmier, chiropracteurs, spécialiste en médecine internationale, oncologues, neuropsychologues, urgentistes, podologues, médecins légistes, toxicologues, techniciens en pharmacie, obstétriciens...

Elles et ils viennent de :

Belgique, Chili, États-Unis, Pays Basque, Allemagne, Afrique du Sud, France, Cameroun, Irak, République Tchèque, Mexique, Canada, Pérou, Suisse, Liban, Algérie, Italie, Egypte, Espagne, Maroc, Grèce, Argentine, Nouvelle Calédonie, Vénézuela, Autriche, Serbie, Finlande, Royaume-Uni, République Démocratique du Congo, Haiti, Portugal, Equateur, Colombie, Tunisie, Brésil, Hongrie, Roumanie, Australie, République Dominicaine...

12 Février 2021,

Très Urgent : message d’alerte international sur la COVID-19

Mr Emmanuel Macron : Président de la France, Mr Jean Castex : Premier Ministre et Mr Olivier Véran : Ministre des Solidarités et de la Santé,

Nous sommes des professionnels de santé du collectif international : United Health Professionals, composé de plus de 1,500 membres (y compris des professeurs de médecine, des anesthésistes-réanimateurs et des infectiologues) de différents pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Océanie et nous avons adressé le 26 Août 2020 aux gouvernements et aux citoyens des pays du monde entier un message d’alerte concernant l’épidémie de COVID. Tout d’abord, commençons par les conclusions du rapport de 2010 de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe sur le gestion de l’épidémie de H1N1 : « L’Assemblée parlementaire est alarmée par la façon dont la grippe pandémique H1N1 a été gérée non seulement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mais aussi par les autorités de santé compétentes tant au niveau de l’Union européenne qu’au niveau national. Elle s’inquiète notamment de certaines répercussions de décisions et d’avis ayant entraîné une confusion des priorités au sein des services de santé publique de toute l’Europe, du gaspillage de fonds publics importants et de l’existence de peurs injustifiées relatives aux risques de santé…un grave manque de transparence dans les prises de décisions liées à la pandémie, qui soulève des préoccupations concernant l’influence que l’industrie pharmaceutique a pu exercer sur certaines décisions parmi les plus importantes...les activités de lobbying non réglementées ou occultes peuvent constituer un danger et miner les principes démocratiques et la bonne gouvernance ». Sachez que ces mêmes erreurs commises hier lors de l’épidémie de H1N1 sont répétées aujourd’hui dans l’épidémie de la COVID. Vous êtes victimes de la plus grande arnaque sanitaire du 21e siècle à la fois sur le niveau de dangerosité du virus, les mesures à prendre, les chiffres, les tests et les traitements et ceci avec les mêmes techniques de manipulation utilisées lors de l’épidémie de H1N1 ou de la guerre d’Irak. Des experts, des professeurs de médecine ainsi que des collectifs scientifiques et médicaux ont commencé à alerter dès le mois de Mars 2020. Les pays du monde (sauf de rares exceptions comme : la Suède, la Biélorussie ou la Tanzanie), et sans réfléchir, n’ont fait qu’imiter et suivre aveuglément les autres. Cette épidémie est amplifiée, dramatisée et instrumentalisée par des malfaiteurs qui en profitent pour réaliser des objectifs et des agendas économiques, politiques et idéologiques nuisibles pour l’humanité et nous allons vous le prouver. Il faut que vous arrêtiez rapidement cette arnaque mondiale (car elle constitue un grave danger pour votre peuple et votre pays sur les plans de : la santé, de l’économie, de l’éducation, de l’écologie et des droits de l’homme) en prenant immédiatement les mesures suivantes :

1-Levez toutes les restrictions [...]

2-Ouvrez l’économie, les écoles, les universités, le transport aérien et les services hospitaliers.

[...]

3-Ecartez vos experts et vos conseillers qui ont des liens ou des conflits d’intérêts avec les entreprises pharmaceutiques : Le rapport de 2010 de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe sur la gestion désastreuse de la grippe H1N1 disait aussi : « l’Assemblée en appelle aux autorités sanitaires aux niveaux international, européen et national -et notamment à l’OMS-…que quiconque exposé au risque de conflits d’intérêts soit exclu des prises de décisions sensibles…». Les experts des pays qui ont poussé à prendre ces mesures totalement hérétiques sont soit des suiveurs, soit des ignorants soit des gens corrompus par l’industrie pharmaceutique.

[...]

4-Exigez une enquête internationale et indépendante et que les responsables de cette escroquerie soient jugés : Le 1er Octobre 2020, Reiner Fuellmich -un avocat Allemand- annonce qu’un réseau international d’avocats plaidera la plus grande affaire de délit civil de tous les temps : « Les mesures anti-coronavirus ont causé et continuent de causer des dommages si dévastateurs à la santé et à l'économie de la population mondiale que les crimes commis par (...) l’OMS doivent être légalement qualifiés de véritables crimes contre l'humanité tel que défini dans la section 7 du code pénal international ».  Il a dit aussi qu’on doit parler d’un « scandale du coronavirus et les responsables doivent être poursuivis pénalement et pour dommages civils ».                                                                                                                          

 -Le 10 Janvier 2021, une lettre relayée par le Journal The Sun et écrite par des avocats, un député, des militants des droits de l’homme et un ancien général de l’US Air Force est adressée au FBI et au MI-5 ainsi qu’aux services de sécurité du Canada, de l’Allemagne et de l’Australie où ils disent : « Nous écrivons cette lettre pour demander qu’une enquête fédérale soit ouverte et/ou accélérée concernant le débat scientifique sur les grandes décisions politiques prises pendant la crise COVID-19. Au cours de nos travaux, nous avons identifié des questions de nature potentiellement criminelle et croyons que cette enquête est nécessaire pour nous assurer que les intérêts du public ont été correctement représentés par ceux qui font la promotion de certaines politiques pandémiques ». Cette lettre qualifie le confinement d’« escroquerie scientifique mondiale d’une ampleur sans précédent » et qui a été « délibérément promulgué…pour appauvrir les nations qui l’ont mis en œuvre »3.                                                                       

De rares pays comme la Suède, la Tanzanie ou la Biélorussie -qui peuvent être félicités- ont refusé le confinement et n’ont pas suivi aveuglément les autres et si on suit le raisonnement des défenseurs du confinement, on doit avoir comme résultat une hécatombe ou une saturation du système hospitalier. Est-ce le cas dans ces trois pays ? La réponse est bien sûr : non. D’ailleurs, le 15 Septembre 2020, The BMJ a publié un article intitulé : « COVID-19 : pourquoi la Biélorussie a-t-elle l’un des taux de mortalité les plus bas d’Europe ? ». Ces 3 pays sont une preuve vivante de l’escroquerie du confinement et puisque cette vérité risque de réveiller l’opinion publique et que les gens constatent qu’on leur a menti, une presse corrompue diffuse, depuis le début, des articles et même des fake news contre la Suède et

Le fameux slogan international : « Restez chez vous, sauvez des vies » était un pur mensonge. Au contraire, le confinement a tué non seulement beaucoup de gens mais a détruit aussi la santé physique et mentale, l’économie, l’éducation et les autres aspects de la vie.

                   [...]

-- Qu’est-ce qui s’est passé lors de l’épidémie de H1N1 : : https://youtu.be/F24PBF04E2w

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart