basicblog
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 avr. 2020

Covid-19 : Traitement de la Docteur iséroise Sabine PALIARD-FRANCO

La Dr Sabine PALIARD-FRANCO a partagé le 26 mars des résultats aux effets très rapides sur quelques patients aux symptômes similaires au Covid-19, non confirmés pour cause d'absence de kit de test. Au cas où le ministre Olivier Véran ne se serait pas encore rué dessus, et pour que le Dr Raoult se sente moins seul, en voici le détail.

basicblog
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Présentation des résultats sur ce fichier téléchargeable.

ATTENTION, ce fichier a disparu. Vous le trouverez ici. La publication initiale (voir ci-dessous) reste intéressante (elle est devenue difficilement trouvable également, c'est pourquoi je l'ai reproduite).

Ces résultats ne sont pas "scientifiques", vous êtes prévenus. C'est un bilan de tentatives de soins administrés de manière empirique, fonction de l'expérience du Dr Sabine PALIARD-FRANCO, comme le font tous les médecins qui appliquent le serment d'Hyppocrate auquel ils ont juré de se conformer.

Voici la publication initiale :

26 mars – Isère
Dans le cadre de cette épidémie galopante de Covid-19 qui inquiète tout le monde, à
toutes fins utiles, je vous fais part de ce qui se vit dans notre secteur :
Sur Châbons, dans la Bièvre, comme chacun de mes confrères du Centre Médical, j’ai
reçu depuis 15 jours en consultation déjà au moins 36 patients pour des syndromes
grippaux atypiques, ayant les symptômes bien évocateurs du Covid 19.
En effet, les symptômes comme de la fièvre, de la toux, des maux de gorge très
inflammatoires, de l'anosmie, agueusie, des troubles digestifs inauguraux et des
malaises pour des patients âgés, qui pour la plupart avaient été vaccinés ou avaient déjà
fait la grippe saisonnière, dont 11 ont fait une forme sévère. Ces patients n’ayant
évidemment pas été testés, faute de tests disponibles jusqu'à il y a une semaine, ces
tests restant très rationnés, dans un labo distant d'1/2 h en voiture.(Voiron)
Pour toutes les formes sévères et variées de pneumopathies sur des sujets à risque
(diabète, obésité, âge avancé, troubles cognitifs, terrain cardio vasculaire ou cancer…) j’ai
prescrit dans un premier temps de la Rocéphine injectable 1 à 2 g/jour selon la
corpulence, ce qui a rapidement fait chuter la fièvre et amélioré certain symptômes
respiratoires chez les patients. Cependant, malgré ce traitement à large spectre, il
demeurait souvent une dyspnée avec état inflammatoire des bronches et du
rhinopharynx, une sibilance, une oppression thoracique, ou des glaires épaisses et
douloureuses dans les voies aériennes supérieures et inférieures.
Parallèlement, pour un jeune de 23 ans ayant les mêmes symptômes grippaux, mais ne
présentant pas de risque autre qu’un terrain allergique, avec fièvre, toux et aggravation
inquiétante de l’essoufflement et oppression thoracique à j7 , n'ayant que la clinique
pour prendre une décision, je l’ai traité par ZECLAR /Innovair /anti-histaminique comme
pour une surinfection de bronchiolite chez les nourrissons ou une pneumopathie
atypique printanière. Traitement qui a donné un très bon résultat en à peine 24h sur
tous les symptômes..
Confortée par la rapidité et l'efficacité de cette classe médicamenteuse, j’ai donc ajouté
à tous mes cas critiques cette prescription de macrolide (ZECLAR, RULID ou Zithromax
dont on connait l’action bactéricide sur les germes atypiques et l’action virucide) ce qui a
dans les 24h amélioré les symptômes subsistants chez tous les patients, même sévères,
âgés ou polypathologiques.
En cas d’essoufflement et/ou de toux rebelle, je prescris volontiers une association fixe
de bronchodilatateur et de corticoïde inhalé, et un anti-histaminique sur les terrains
allergiques. (pour réduire l'inflammation générale).
Je fais un suivi journalier de tous ces cas de syndromes grippaux atypiques et en
particulier pour tous les cas sévères.
Pour ceux à la limite de l’hospitalisation, je constate que sous ce double traitement,
(Rocéphine IM ou SC et macrolide per os, bronchodilatateurs) ils n’ont plus de
symptômes inquiétants ou sont déjà guéris.
Pour les cas les moins sévères, le macrolide suffit et agit dès les premières 24h tant sur
la toux, la fièvre, les myalgies, les signes ORL et l’état général.
C'est étonnant.
Quel que soit le stade d’avancement de la maladie lors du début du traitement ( J5, J7, J9
ou J12) je constate une réponse significative en moins de 48h et généralement dans les
24h, sur la surinfection, et les symptômes inquiétants, manifestement dissociée de
l’évolution naturelle du virus.
N’ayant pas accès aux tests, je ne peux pas savoir si la charge virale diminue avec ce
traitement, mais il est certain qu’avec ce traitement on lutte efficacement contre la
surinfection et l’inflammation, ce qui est l’objectif et m’a permis d’éviter au moins 7
hospitalisations dont 5 au-dessus de 75 ans.
Je suis en train de réaliser une synthèse des données médicales de cette population que
je ne manquerai pas de vous faire parvenir.
En espérant que cela vous sera utile, pour contribuer à la prise en charge en
ambulatoire des cas groupe I et II et éviter le basculement vers l'hospitalisation et la
réanimation.
En attendant d'autres consignes thérapeutiques pour les cas graves, comme
l'hydroxychloroquine, que je ne me suis pas risquée de prescrire, dans l'attente, cela
pourrait peut-être aider d'autres patients, notamment âgés, ou en institution. Ou éviter
le recours à la quinine en cas de contre-indication ou de risque de toxicité.
Bien cordialement,
Dr Sabine PALIARD-FRANCO

Extrait du bilan du traitement du Dr Sabine Paliard Franco

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire