Pour défendre Julian Assange face au Monde, elles.ils étaient magnifiques

Devant les locaux du journal Le Monde, pour Julian Assange, 100 à 200 personnes, citoyens d' Équateur et gilets jaunes compris, sont venus restaurer la dignité dans un océan d'inanité, où Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Daniel Krétinsky tiennent une place privilégiée. Récit, images et idées en germe. Prochain rassemblement : mercredi 18h30 devant l'ambassade de GB.

Ça urge. Le totalitarisme cybernétique en marche bâillonne son ennemi numéro 1 usé et harcelé dans sa chambre d'ambassade d'Équateur sans fenêtres, et s’apprête à enterrer Julian Assange dans les cachots d'un monde libre bousculé par Wikileaks, après avoir ré-emprisonné Chelsea Manning pourtant graciée par Obama. Les mass media occidentaux leurs crachent à la figure après avoir récupéré l'oseille des "unes" innombrables offertes par les lanceurs d'alerte en lien avec Wikileaks.

assange-equateur

Face à cette infamie, au 80 Bld Auguste Blanqui à Paris, nous aurions aimé être des milliers à peinturlurer la façade imposante des locaux du Monde. Nous aurions aimé voir quelques journalistes de Mediapart. Nous avons posé la question haut et fort; personne ne s'en est réclamé. Un journaliste transfuge de Libération peut-être? De Marianne? De.... Personne. Des pigistes qui galèrent aux côtés de médias indépendants, oui, il y en avait. " Quand ils sont venus soutenir Assange"... ils n'ont pas vu Edwy Plenel.

L'assemblée n'était pas très nombreuse, qu'à cela ne tienne : ceux qui sont venus ont suivi la brise légère, prémisse des grands vents d'une révolution pacifiste qui d'improbable s'est muée en nécessité à force de coups de boutoir assénés par les premiers de cordée du Haut-Cynisme.

Quelques pigistes visiblement, avaient les gilets jaunes et les mots justes. Quand nous avons demandé à l'initiateur du rassemblement (du site le grand soir), qui sont les actionnaires du Monde à part Xavier Niel, c'est une gilet jaune qui répond à sa place.

Rassemblement pour Assange, siege du Monde. 13/04/2019. © basicblog Rassemblement pour Assange, siege du Monde. 13/04/2019. © basicblog

Les français ont honte de leur gouvernement et de "leurs" médias dominants plus bas que terre, les équatoriens ont honte de leur nouveau président Lenin Molino. Ils étaient là ensemble munis des leurs indignations spécifiques et communes. Certains auraient aimé une véritable assemblée, où le collectif équilibre la prise de parole par gestes ou interjections; ce n'était pas l'heure. Ceux-ci sont restés à échanger leurs points de vue par groupes éparses, jusqu'à 22h30 sous la brise glaçante et insistante, heure à laquelle les agents des RG (d'une instance de surveillance du moins) qui n'avaient pas dîné ont poliment réclamé aux dix irréductibles de se déplacer un peu. Un mélange de solidarité et de pitié les incita à obtempérer. La rancune n'est pas leur fort; ou bien ils la réservent aux éminents responsables.

annsage-moreno

Nous avons cueilli quelques pétales des âpres discussions qui fleurirent ça et là. L'une dont l'amie s'est lassée de porter le gilet jaune le samedi, nous dit-elle, s'est mise à le porter tous les jours de la semaine, dans la rue, au marché... Les gens l'interpellent avec curiosité et bienveillance, le jaune délie les langues, apparemment. Comment défendre la cause de Wikileaks ou de la démocratie face au rouleau compresseur médiatique ? En nous faisant média de nous-mêmes, en envahissant le quotidien par tous les petits moyens que nous avons à disposition. En mutualisant.Une affiche à notre porte, au balcon, des "déclencheurs" de parole au bas de l'immeuble, dans les quartiers...

En faisant éclater la fiction du réel tellement déconnectée de la réalité que les administrateurs de la bonne parole virent au ridicule, pantins animés par des ficelles devenues tellement visibles qu'il devrait être possible sinon facile d'exposer leur ridicule en trois dimensions sur la place publique; un ridicule risible et délétère.

assange-presse

Les idées germent, les stratégies dérisoires s'élaborent, nous nous les énoncerons pas ici. Discrétion et transparence, difficile dosage.

Julian Assange œuvrait pour la transparence maximale. Le dévoilement des puissants. Jusqu'où allait-il dans sa réflexion, nous ne le savons pas. Sans doute y-a-t-il des limites à la transparence, y compris émanant de la sphère étatique. Des limites qui ne seraient plus les mêmes si le monde fonctionnait différemment. Il y a donc une légitimité à transgresser ces limites dès aujourd'hui, dans une certaine mesure, la juste dose favorisant l'éclosion d'un monde décent, tout en ménageant la destruction concomitante.

De ce qu'a dévoilé Wikileaks, certains voient une transgression outrée. Dans les grandes lignes, c'est très contestable. Quels que soient les dessous de l'affaire, il est patent que les échanges mail d'Hillary Clinton publiés par Wikileaks bénéficieront à moyen terme au parti démocrate, voir au peuple américain. Connaître les basses manœuvres de Clinton à introduire une taupe dans son propre camp, celui de Bernie Sanders, c'est voir confirmé rubis sur l'ongle la moralité de pouvoir de H. Clinton. C'est une information d'intérêt général. C'est cohérent avec la ligne de transparence que J. Assange n'a jamais caché. Il l'explique clairement dans l'entretien judicieusement republié par Courrier International : " C’est l’information que certains s’efforcent activement d’empêcher d’entrer dans les annales ... Si l’information de type 3 circule, on s’efforce aussitôt de la faire disparaître. Ce troisième pilier de l’information nous a été dissimulé de tout temps. Dès lors, si l’on part du principe que la vie civilisée s’édifie autour de la compréhension du monde, alors il y a un gros trou dans notre compréhension.“

Nous traiterons ce questions en détail dès demain sur le fil d'édition " Free Assange. Éthiques et Mass Media ", si mediapart valide notre demande on time.

assange-banc

 

assange-top

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.