Cela n'a rien à voir avec Sheikh Jarrah

L'affaire "Sheikh Jarrah" est bel et bien un coup du Hamas qui saisit sa chance de s’approprier le narratif, d'accroître son influence sur les jeunes palestiniens ainsi que son contrôle sur les Palestiniens de Jérusalem.

Je suis également un palestinien frustré et en colère 

Car au moment où j'écris ces lignes, des roquettes pleuvent sur Israël depuis Gaza, et des manifestations sont organisées dans les différentes villes du pays. Des personnes sont déjà mortes à cause de cette violence insensée et d'autres suivront certainement dans les prochains jours.

En tant que Palestinien vivant à Jérusalem, je suis frustré et en colère - et je ne peux que blâmer le Hamas. Les fanatiques qui dirigent Gaza d'une main de fer ne peuvent résister à l'occasion d'attiser la violence anti-juive pour leur propre intérêt politique. Si des juifs et des musulmans innocents meurent dans la foulée, tant mieux pour eux.

Le prétexte pour le dernier déferlement de missiles et incitations à la violence sur les réseaux sociaux : Sheikh Jarrah, où un litige de longue date devait être entendu par un tribunal.

Sheikh Jarrah, le quartier qui a mis le feu aux poudres 

Sheikh Jarrah, quartier dont quasiment personne n’avait jamais entendu parler jusqu'à ce que le fameux hashtag #savesheikhjarrah n’apparaisse et enflamme la toile; puis peu de temps après, tout Israël.

Sheikh Jarrah est une affaire privée entre des juifs possédant un ancien acte de propriété datant des années 1800 et les habitants de quatre maisons qui y vivent depuis des décennies et qui ne veulent pas payer de loyer.

C'est le genre de situation qui devrait être traitée par un tribunal municipal. Cela pourrait se produire dans n'importe quel autre pays et il n'y aurait pas d'intérêt public. Mais nous sommes à Jérusalem, et il faut donc tout considérer dans le contexte de la situation politique israélienne. Vous devez également vous demander : a qui profite cette violence politique ? 

Après que le Premier ministre palestinien Mahmoud Abbas ai annulé des élections très attendues, le Hamas a simplement vu une opportunité qu'il ne pouvait pas laisser passer, en exploitant la situation de Sheikh Jarrah.

Le Hamas joue la carte des réseaux sociaux, et ça marche

Grâce à un terreau fertile, un environnement déjà sous tension pendant le jour saint de Laylat Al Qadr et la Journée de Jérusalem, le Hamas mène actuellement une campagne sur les réseaux sociaux incitant les Palestiniens à la violence lors des manifestations à Jérusalem et ailleurs. Il encourage les jeunes Palestiniens à sacrifier leur vie en lançant des pierres et des bombes artisanales sur la police.

Les émeutes menées par le Hamas devant la mosquée Al Aqsa prouvent que la police israélienne n'est pas responsable des dangers qui empêchent les musulmans de prier. Le Hamas a incité les foules et provoqué la violence dans l'intention d'accuser Israël de nettoyage ethnique.

Aujourd'hui même (12.5.2021), des provocateurs ont rempli plusieurs bus pour se rendre à Jérusalem afin de participer aux émeutes "historiques" et répondre à l'appel à la violence du Hamas.

Plus important encore, les dirigeants du Hamas ont ordonné le lancement de centaines de roquettes dans la direction des grandes villes israéliennes. Nombre d'entre eux l'ont fait depuis le confort de leurs luxueuses villas de Doha, de Damas ou d'ailleurs, en sachant pertinemment qu'ils étaient eux-mêmes à l'abri de toutes représailles.

Il est important de rappeler que le penchant du Hamas pour le meurtre est presque égalé par son incompétence maladive, ce qui explique en partie pourquoi une roquette sur trois s'écrase à Gaza, où les seules victimes possibles sont palestiniennes. Ils ont également apparemment bombardé Abu Ghosh, un village arabe ancestral.

Ne vous laissez pas avoir par la manipulation médiatique du Hamas

Ce conflit n'a pas été provoqué par quatre maisons à Jérusalem-Est. Il s'agit bel et bien du Hamas qui saisit sa chance de s’approprier le narratif et d'accroître son influence et son contrôle sur les Palestiniens de Jérusalem.

Ne vous fiez pas à leurs "fake news" et laissez-les dissimuler leurs propres responsabilités, bien cachés dans leurs tunnels et leurs villas de luxe.

Dans les jours à venir, juifs ET musulmans risquent de mourir parce que le Hamas a vu un avantage politique à recourir à la violence.
Ne l'oubliez pas.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.