MÉLENCHON PEUT GAGNER EN 2022. VOICI POURQUOI.

Jean -Luc Mélenchon s'affirme comme le candidat central de l'élection présidentielle à gauche. Avec cette fois, une certitude : il peut gagner en 2022 !

me-lenchon-peut-gagner

La campagne présidentielle est entrée dans sa dernière ligne droite. Dans moins de huit mois, les Françaises et les Français seront appelés aux urnes pour élire leur prochain président ou prochaine présidente de la République.

La France sera donc fixée sur son avenir : quel choix après le quinquennat Macron ? Quelle solution après la mobilisation des gilets jaunes, la crise du Covid-19, et surtout la politique la plus antisociale de l’histoire de la Vème République ?

Mélenchon, omniprésent dans la campagne

À huit mois, les sondages sont formels : le deuxième tour opposera Emmanuel Macron à Marine Le Pen. Ces mêmes sondages qui nous annonçaient Juppé vainqueur haut-la-main en 2016, pour l’élection de 2017. Ces mêmes sondages qui projetaient François Hollande ou Manuel Valls comme candidat du PS. Ces mêmes sondages qui nous annonçaient un raz-de-marée du Rassemblement National en juin dernier, à l’occasion des élections régionales. Ces mêmes sondages qui se trompent sur toute la ligne, année après année, élection après élection, nous prédisent une issue inévitable entre la candidate d’extrême-droite et le président sortant. Soit.

Pendant ce temps, une campagne s’organise et monte en puissance : celle de Jean-Luc Mélenchon. Parti dès novembre 2020, le candidat de l’Union populaire est omniprésent dans la course présidentielle… au point de devenir central, car rien ne semble pouvoir s’organiser sans que les choses ne reviennent à lui. Zemmour cherche à débattre avec Mélenchon à tout prix. La macronie s’acharne contre lui, le taxant d’ ”ennemi de la République” ou d’”islamogauchiste” dès qu’elle en a l’occasion, incapable d’ouvrir un débat sérieux sur le fond. Montebourg obligé de le citer dès sa candidature annoncée. Le PS s’entête à répéter que sans l’union, l’insoumis ne peut pas gagner...

Clivant ? Peut-être ! Mais l’air n’est pas au compromis : le dégagisme de 2017 semble toujours au goût du jour, et la crise sanitaire et sociale provoquée par la pandémie de Covid-19 a mis à jour les faiblesses du système libéral comme jamais auparavant. Si bien que les propositions écologiques et sociales de Jean-Luc Mélenchon n’ont jamais semblé aussi centrales qu’aujourd’hui.

Si bien que la question n’en est plus une : Oui, le candidat de l’Union populaire peut gagner en 2022. Et voici pourquoi :



  • Incontournable à gauche

Les mois passent, les candidats sortent du bois... mais une chose ne change pas dans cette campagne : depuis avril, Jean-Luc Mélenchon reste la principale force de gauche pour l’élection présidentielle de 2022. Capable de réunir des milliers de personnes à chacun de ses meetings, et comptant plus de 4 000 participants aux universités de rentrée de la France insoumise, le candidat de l’Union populaire affiche une capacité de rassemblement et de mobilisation inégalée, pour l’heure, dans cette campagne.

Plus encore : l’ombre de Mélenchon semble flotter partout autour des autres candidatures, ou supposées candidatures, de gauche. Car chacun se justifie par rapport à Mélenchon : le devin Montebourg se présente car l’insoumis “ne peut pas gagner”, la maire PS de Paris Anne Hidalgo se présente “pour représenter la gauche républicaine”, sous-entendu que Mélenchon ne le fait pas, le communiste Roussel se présente après avoir été “déçu par Mélenchon”.

Mélenchon, Mélenchon, Mélenchon. Les figures de gauche du pays ne semblent avoir que ce nom à la bouche, incapables de proposer autre chose, d’imaginer autre chose, et de construire autre chose qu’une opposition plus ou moins franche et plus ou moins crédible au candidat de l’Union populaire.

La réalité est donc là : Mélenchon ? La gauche ne peut s’en passer, et pour une raison simple : elle ne gagnera pas sans lui en 2022.




  • L’expérience fait la différence

20%. C’est le score obtenu par Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle en 2017. Une performance presque impensable encore quelques mois plus tôt, lorsque le Parti Socialiste investissait Benoit Hamon et que ce dernier dépassait largement le candidat de la France insoumise dans les sondages (décidément...).

Pourtant, l’ascension de Mélenchon fut irrésistible. Entre janvier et avril, l’Insoumis s’est hissé parmi les meilleurs scores et sa campagne fut considérée comme une réussite totale… à laquelle ne manquait que quelques voix pour passer au second tour.

Mais l’expérience de Mélenchon ne se limite pas à 2017. N’oublions pas qu’en 2012 déjà, alors investi par le Front de Gauche, le candidat de l’Union populaire avait réussi le tour de force de remettre son camp politique debout : avec 11% au premier tour, il multipliait par 10 le score du PCF de 2007 (à peine plus de 1%). La gauche écologiste et sociale respirait donc à nouveau, incarnant l’opposition à la sociale-démocratie du quinquennat Hollande...et à ses nombreux renoncements.

S’il a donc frôlé le second tour en 2017, Jean-Luc Mélenchon tire son expérience des campagnes présidentielles des deux scrutins précédents. A-t-il ainsi été déjà aussi prêt que pour 2022 ? Difficile à croire.

Théoricien politique, sénateur, ministre, député et orateur reconnu jusque dans les rangs de ses adversaires, Jean-Luc Mélenchon est considéré comme l’un des hommes politiques les plus brillants de sa génération. Il sera aussi le plus expérimenté des candidats en 2022. Un indéniable plus, lorsqu’on cherche à gouverner le pays. 




  • Le meilleur programme pour 2022

Le programme de Jean-Luc Mélenchon est majoritairement soutenu et approuvé par les Français. C’est ce qu’une étude de l’institut Harris Interactive, publiée fin août, affirme. Les 42 principales mesures de l’Avenir en commun recueillent ainsi entre 60% et 80% de soutien auprès des Français.

Retraite à 60 ans, augmentation du SMIC et des retraites minimum, réouverture des lits d’hôpitaux fermés depuis 2010, instauration de la règle verte, passage à la VIème République… autant de propositions défendues par les citoyennes et les citoyens de ce pays, et historiquement portées par Jean-Luc Mélenchon sur l’échiquier politique français.

Ainsi s’affirme la stratégie de l’Union populaire : rassembler les Français autour de luttes et de combats communs. C’est tout l’objectif du programme l’Avenir en commun, construit sur le travail des élus et membres du mouvement insoumis, mais également sur la consultation de Françaises et de Français de tous horizons : chercheurs, profs, syndicalistes, journalistes, soignants… des milliers de personnes ont ainsi contribué à la l’élaboration du programme.

Actualisé depuis 2017, le programme de Jean-Luc Mélenchon apparaît donc comme un point fort de sa campagne présidentielle. Chiffré, précis, détaillé. Et à huit mois du premier tour, la différence est faite avec les autres candidats… qui n’ont toujours pas de programme ! 




  • Une équipe prête à gouverner

C’est là une grande différence avec 2017 : cette fois, Jean-Luc Mélenchon est entouré d’une équipe prête à gouverner et reconnue par les électeurs. Dix-sept députés, six eurodéputés, des dizaines d’élus municipaux et de conseillers régionaux… En cinq ans, la France insoumise s’est solidifiée. Elle a formé des cadres et porte-parole partout sur le territoire. Autant de militantes et de militants capables de participer à l’élaboration d’un gouvernement en cas de victoire de Jean-Luc Mélenchon en 2022.

Avant même l’éventuelle constitution d’un gouvernement, une telle équipe est un point fort pour le candidat de l’Union populaire. Car ce sont autant de porte-parole pour la campagne, capables de convaincre, mobiliser et faire vivre la campagne partout sur le territoire.

Et là encore, la comparaison est toute à son avantage : à gauche, qui d’autre que Mélenchon peut se targuer d’avoir l’appui d’une telle équipe ? Partout engagés dans les luttes sociales, partout au contact des militants syndicaux et associatifs. La France insoumise représente aujourd’hui la force la plus mobilisée, par son énergie et par son nombre, dans la résistance politique au pouvoir macroniste.

… Et Jean-Luc Mélenchon, lui, aborde 2022 plus entouré que jamais.



  • Une base militante mobilisée

C’est le dernier point de la liste, mais pas le moins important. Car la base militante de la France insoumise est peut-être sa principale force. Nombreuse, motivée, disciplinée… elle est le roc sur lequel la campagne de l’Union populaire s’appuie, partout dans le pays.

Les caravanes de l’Union populaire d’août dernier en ont d’ailleurs fait la démonstration : plus de 18 000 portes toquées par les militants insoumis. En 70 étapes et avec plus de 1000 personnes mobilisées. Une incroyable force de frappe pour soutenir la campagne de Jean-Luc Mélenchon.

Et sur les réseaux sociaux, l’observation est la même : les insoumis sont mobilisés, très présents et très motivés. Capables de pousser le hashtag #EnnemisdelaRépublique en tendance France lorsque l’injure et la calomnie à leur sujet se fait trop honteuse. Capables aussi de pousser #Mélenchonpeutgagner, lorsque le PS, le Verts et Montebourg s’acharnent à affirmer le contraire pour tenter d’exister dans le débat public.

Encore un bon point pour Jean-Luc Mélenchon. Et encore un point fort de son Union populaire… qui peut, cette fois c‘est sûr, l’emporter en 2022. Reste des efforts, beaucoup d’efforts à fournir dans les mois qui viennent... qui semblent maintenant à la portée de la machine insoumise et de ses militants. 

Et cette fois, une chose est sûre : oui, Mélenchon peut gagner en 2022 !

Bastien PARISOT

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.