L’affaire Ramadan. De la diabolisation à la déshumanisation: Une mobilisation urgente

Tariq Ramadan est un Professeur de philosophie suisse enseignant à l’université d’Oxford, enfermé dans une prison française depuis plus de 7 mois alors qu’il est et demeurera un innocent, jusqu’à preuve du contraire. « L’affaire Tariq Ramadan » nécessite dorénavant une mobilisation urgente de toutes les constituantes de la société civile française et internationale.

Tariq Ramadan Tariq Ramadan

Le fonctionnement de l’administration judiciaire, dans la dite « Affaire Tariq Ramadan » a été et continue d’être particulièrement inhabituel et dangereux. L’administration judiciaire a-t-elle la moindre volonté de rendre une justice équitable, impartiale et honnête dans cette affaire? Cette question est désormais plus que légitime. Beaucoup de choses à présent nous laissent penser que Tariq Ramadan n’est ni plus ni moins qu’un prisonnier politique dans la France de 2018.

La mobilisation pour la libération immédiate du professeur de philosophie continue de prendre en ampleur alors que des rassemblements sont organisés désormais chaque semaine par le Collectif la loi de Thémis qui a organisé plusieurs rassemblements dont les derniers le 8 septembre devant la prison de Fresnes et le 10 septembre aux abords de la place Vendôme à Paris, où se trouve le ministère de la Justice. Son prochain rassemblement aura lieu le 13 septembre à 18h devant la prison de Fresnes. Dans le même temps, l'appel International lancé par le Mouvement « Pour Une Procédure Equitable Pour Tariq Ramadan » pose un certain nombre de questions légitimes à l’État français quant à la façon dont la procédure judiciaire est conduite. Des intellectuels du monde entier continuent à augmenter ses rangs.

Le corps journalistique français, dans sa majorité, a pris pour habitude, de diaboliser le Professeur de philosophie avec des formules rituelles. Aujourd’hui nous assistons à la déshumanisation du Professeur de philosophie par l'administration judiciaire et par les médias qui mènent une véritable cabale médiatique en présentant l’affaire avec un parti pris évident et offrent une hyper-couverture médiatique à une partie au détriment de l’autre dans cette affaire. Ces derniers se sont octroyé le rôle de tribunal médiatique développant chez tout un chacun des réflexes pavloviens quant au rôle « diabolique » de celui qu’il ne considèrent même plus comme un humain rendant donc légitime la privation des droits les plus élémentaires de Tariq Ramadan. Où sont donc passé ces « Droits de l’Homme », si chers à l’État Français qui ne cesse de s’enorgueillir à chaque occasion partout dans le monde? L’administration judiciaire, aujourd’hui, bafoue la Déclaration des Droits de l’homme dans, au minimum, ses Article 5, Article 9, Article 10 et Article 11 pour ne citer que cela.

L’Article 5 de la Déclaration des Droits de l’homme stipule  que :
« Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. »
Or, malgré l’avis de 9 médecins attestant de la sclérose en plaques dont il souffre, rendant toute incarcération « préventive » inadéquate, Tariq Ramadan est non seulement incarcéré mais il est en plus privé de soins médicaux adéquats. Tariq Ramadan souffre au quotidien de multiples maux de tête et de douleurs physiques non prises en charges. Il subit donc la torture dans une prison de la République française en 2018. La cruauté dont il est victime a été décrite par Adrien Chauvet dans son article:

Pour chaque déplacement, les couloirs de la prison sont vidés de ses détenus et il est escorté par des gardes cagoulés lourdement armés. Son isolement s'apparente effectivement à un confinement en cellule disciplinaire. Selon la Commission Nationale des Soins de Santé Correctionnels, "quel que soit le terme utilisé, une personne privée de contacts tangibles avec d'autres personnes est considérée comme étant confiné en cellule disciplinaire ". Selon les Nations Unies, le confinement en cellule disciplinaire est considéré comme une pratique de torture. Juan E. Méndez, rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, précise dans un rapport que "l'isolement en cellule disciplinaire de plus de 15 jours devrait faire l'objet d'une interdiction absolue" en raison des " irréversibles dommages psychologiques " encourus.

L’Article 9 de la Déclaration des Droits de l’homme stipule que :
« Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé. »
Or, Tariq Ramadan a joué depuis le début le jeu de l’administration judiciaire supposée appliquer un principe qui se nomme la « Justice ». Il a offert toutes les garanties de collaboration pleine et totale avec l’administration judiciaire. Or malgré sa collaboration pleine et totale et au vu de son état de santé, son arrestation et sa détention sont totalement injustifiées et deviennent arbitraire.

Article 10 de la Déclaration des Droits de l’homme stipule que :
« Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle. »
Or, la cause de Tariq Ramadan n’a pas été entendue dans des conditions convenables par le tribunal qui a mis de longs mois avant d’organiser une audition du professeur. L'administration judiciaire dans cette affaire semble être engagé dans une sorte de filibuster judiciaire. Tariq Ramadan n’a pas pu se défendre publiquement, dans les médias notamment .

L’Article 11 de la Déclaration des Droits de l’homme stipule que :
« Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées. » 
Existe-t-il la moindre justification valable pour empêcher un accusé d’accéder à son dossier judiciaire si l’administration judiciaire prétend rendre la justice? Comment peut-on encore croire aujourd’hui que l’administration judiciaire française joue avec impartialité et honnêteté le jeu judiciaire qu’elle impose à tous lorsqu’elle refuse à Tariq Ramadan, de prendre connaissance du contenu de son dossier judiciaire? S’il n’est pas possible de voir cette règle de base du jeu judiciaire respectée alors l’administration judiciaire perd toute sa légitimité et son autorité. Il ne faut plus alors prétendre être dans un État de Droit. Dans ce cas là, L’État français rompt le contrat social qui le lie au citoyen et qui donne aux citoyens et citoyennes des droits et des devoirs faisant d’eux notamment des justiciables. Quelles conséquences catastrophiques pour tous peuvent découler d’une telle situation aussi bien sur le plan individuel que sociétal? Dans la France de 2018, de simples accusations, nous montre l’administration judiciaire française, donnent le droit de mettre à terre, d’humilier, un homme ou une femme pendant des mois, de le priver de soins et détruire le cours de sa vie.

Tariq Ramadan est un Professeur de philosophie suisse enseignant à l’université d’Oxford, enfermé dans une prison française depuis plus de 7 mois alors qu’il est et demeurera un innocent, jusqu’à preuve du contraire. L’affaire Tariq Ramadan nécessite dorénavant une mobilisation urgente de toutes les constituantes de la société civile française et internationale. 

Rappelons que la justice est rendue au nom du peuple français. Or, dans de telles conditions, nous peuple de France, au nom de qui la justice est rendue, ne pouvons plus accepter ce rôle joué par la justice dans cette affaire, à présent. La volonté populaire est bafouée car le peuple de France veut qu’une « Justice Véritable » soit appliquée sur son territoire. Or, cette justice à deux vitesses est désormais la risée des opinions publiques internationales.

Interrogeons-nous également quant à la question ouvertement posée par un Professeur de Droit de l’université de Los Angeles UCLA: Tariq Ramadan a-t-il été donc préjugé et condamné à mort à notre insu par l’administration judiciaire française ?

Aujourd'hui, une chose est claire, le sort de ce professeur de philosophie est entre les mains de la mobilisation populaire en masse. Et dans ce sens, il est urgent de se mobiliser sur le terrain (au delà des réseaux sociaux qui ne font qu'absorber et éteindre l’énergie) lors des rassemblements organisés pour réclamer le respect des droits fondamentaux du professeur de Philosophie. Ne l’oublions pas, dans cette affaire, le « nerf de la guerre » est d’abord et avant tout le temps, car si la procédure s’inscrit dans le temps judiciaire, la santé du Professeur de philosophie, quant à elle s’inscrit dans le temps du supportable pour un être humain de 56 ans atteint d’une maladie sérieuse nécessitant des soins quotidiens conséquents.

Ne l’oublions pas, dans cette affaire, le « nerf de la guerre » est d’abord et avant tout le temps, car si la procédure s’inscrit dans le temps judiciaire, la santé du Professeur de philosophie, quant à elle s’inscrit dans le temps du supportable pour un être humain de 56 ans atteint d’une maladie sérieuse nécessitant des soins quotidiens conséquents.

AUX CITOYENS FRANÇAIS : Indignons nous ! Où va notre société avec une interprétation et un usage aussi radical de la « justice » dans notre pays?! Nous sommes face à un choix de société ! Exigeons le respect de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » pour tous ou alors pour personne! Le traitement médiatique scandaleux de cette affaire ne doit pas diminuer de la gravité, de l’importance et de l’urgence dans l’irrespect de la présomption d’innocence! Faisons preuve d’indignation de voir la République reculer à cause d’une l’injustice et du racisme d’État et de leur normalisation! Allons nous laisser les droits et la démocratie reculer au sein de notre République ?! Allons nous laisser une partie de notre nation se faire insulter et humilier de la sorte ? 

AUX MUSULMANS : La mobilisation des musulmans pour demander le respect des droits pour tous est d’une grande importance! Musulmans de France, vous serez traités de la façon avec laquelle vous acceptez de vous faire traiter! Si vous laissez croire que vous acceptez d’être traités comme des citoyens inférieurs, alors vous ouvrez la porte à un traitement systématiquement infériorisant. En restant les bras croisés, l’emprisonnement abusif de Tariq Ramadan est donc quelque part votre choix ! 

AUX FÉMINISTES : Mobilisez vous pour demander le respect de la justice et des procédures judiciaires ! Le traitement de cette affaire porte et portera atteinte à la cause des femmes. Quelle sera, en effet, la crédibilité des dépôts de plaintes dans les affaires de viols présumés à venir où des femmes ont souffert d’une épreuve de viol atroce, si des affaires vides en substance à charge et pleines de déclarations contradictoires sont prises en compte de cette façon ?

AUX JURISTES ET AVOCATS : Mobilisez vous pour demander le respect des règles et des procédures judiciaires ! Le système judiciaire n’inspire plus la confiance des citoyens et des professionnels de la justice. Quand la justice se fait exceptionnelle par son injustice, que l’on marche sur la tête, alors la mobilisation doit elle aussi être exceptionnelle! Comment peut-on permettre des dérèglements pareils?

AUX INTELLECTUELS DE TOUS BORDS : Mobilisez vous pour jouer votre rôle de dénonciateur des maux de la société ! Il est de votre devoir de pointer du doigt dans le débat public des disfonctionnements de la société ! Exigez le respect des droits de l’Homme ! Peu d’intellectuels en France ont fait preuve de courage à l’instar d’Edgar Morin qui a twitté à ce sujet . Pour l’honneur de la France car la France perd son honneur et sa crédibilité de pays démocratique. Plus que jamais, « qui ne dit mot consent ».

A TOUS LES MILITANTS ET ASSOCIATIONS DES DROITS DE L’HOMME: Mobilisez vous pour demander le respect des Droits de l'homme! Votre crédibilité est mise en jeu par votre indignation sélective qui vous mène au ridicule. Votre silence ne vous fait pas honneur.

N’oublions jamais que « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » A.Einstein.

Tariq Ramadan est un Professeur de philosophie suisse enseignant à l’université d’Oxford, enfermé dans une prison française depuis plus de 7 mois alors qu’il est et demeurera un innocent, jusqu’à preuve du contraire. L’affaire Tariq Ramadan nécessite dorénavant une mobilisation urgente de toutes les constituantes de la société civile française et internationale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.