LREM, tout contre l'extreme droite

Macron et Le Pen jouent la comédie politique française habituelle: opposition factice, complicité réelle.

Lors de la manifestation des soignants du 17 juin, nous avons eu un nouvel épisode de la jonction entre l'extrême droite et LREM. Suite à l'arrestation humiliante d'une infirmière par les forces de l'ordre. Jean Messiah, membre du bureau national du RN évoque sur twitter "une manipulation de l'extrême gauche. Cette personne s'entraînait au lancer de poids contre les FDO. Ca n'est donc pas une manifestante innocente". Encore une fois, le RN couvre la violence du pouvoir au main de LREM. Cette convergence n'est pas exceptionnelle.

Robert Ménard, apparenté RN admettait dans un tweet du 1er septembre 2017 que "les ordonnances de Macron vont dans le bon sens, sachons le reconnaitre". La destruction du code du travail de Macron, qui permet aujourd'hui de baisser les salaires est donc salué par un ponte du RN, pendant que Marine Le Pen s'est religieusement tue tout au long de cette séquence, sachant pertinemment que ses électeurs allaient être les premiers à subir les effets des ordonnances.

Si le RN rejette les accords de libre-échange au niveau européen alors que LREM les encourage, il y a bien des convergences idéologiques. C'est le cas pour la directive sur le secret des affaires, approuvé par le RN au parlement européen transposé deux ans plus tard par LREM en France. En général lorsqu'il s'agit de dépouiller les salariés, de leur refuser des droits ou de favoriser le dumping social, le RN s'abstient ou valide la politique antisociale.C'est ainsi que le RN s'est abstenu le 29 mai 2018 sur un texte au Parlement européen imposant que les travailleurs détachés touchent le même salaire que les nationaux. Le RN s'abstient sur une résolution concernant la protection des salariés contre les cancers professionnels. Et le RN vote contre une résolution sur l'égalité salariale homme/femme. Toute cette politique antisociale est compatible avec LREM qui n'a eu de cesse de baisser les droits des salariés. 

Autre convergence idéologique: il n'est plus question pour le RN de sortir de l'Union européenne, plus question de sortir de l'euro. Fini donc la souveraineté monétaire et la souveraineté tout court chez le RN, qui se place dans la roue de Berlin, tout comme Macron.

Que dire des aventures de Joachim Son-forget qui pleure Louis XVI sur son compte twitter, pose de façon décadente avec des jeunes lequesnistes lors d'une soirée, et parle de son amitié naissante avec Marion Maréchal Le Pen?

Jean-marie Le Pen n'a lui jamais assez de mots doux pour le président Macron. Il le trouve solide et doué, "Il faut un moral, un physique, un mental, une psychologie absolument exceptionnelle. M. Macron est assez doué, il a passé les examens depuis un moment déjà" confiait-il à BFMTV en février 2019. Sans doute parlait de la violence qui venait de se déchaîner contre les gilets jaunes. Le débat sur l'immigration initiée par Macron est une grâce, JM Le Pen salue l'initiative du président. D'ailleurs l'ancien leader d'extrême droit semble sous le charme de la première dame "par sa tenue, son élégance, sa discrétion" confie-t-il au journal Challenges, avant d'ajouter sur Emmanuel Macron "un jeune énarque brillant, qui fait le spectacle avec un certain talent". Et d'ailleurs Emmanuel Macron le lui rend bien en lui téléphonant personnellement suite à l'agression de sa femme. Emmanuel Macron s'affiche sans honte avec Elie Hatem, un ami de la famille Le Pen et ancien de l'Action Française. C'est un avocat d'extrême droite, militant royaliste. Cette photo avait pour but de promouvoir Hatem au gouvernement libanais. Il n'est donc pas étonnant d'entendre Benjamin Griveaux citer Maurras en pensant citer Marc Bloch  "le pays légal doit rencontrer le pays réel". D'ailleurs Emmanuel Macron ne se prive pas lui non plus de reprendre cette citation de Maurras lors d'une conférence avec les députés de la majorité le 11 février 2020.

En 2017, Marine Le Pen a salué la politique du ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer, pour elle sa politique va dans le bon sens "les discours de Jean-Michel Blanquer sont pour nous une victoire idéologique mais même maintenant une victoire politique". Rien de moins!

Emmanuel Macron ne fait pas que poser et téléphoner à l'extrême droite française, il leur fait aussi allégeance. C'est ainsi qu'il a voulu rendre hommage à Pétain "grand soldat de la première guerre mondiale" isolant ainsi le parcours du Maréchal Pétain de la deuxième guerre mondiale.

Il n'est pas étonnant de retrouver que la cheffe de file des députés européens LREM, Nathalie Loiseau, a mené une liste née sur les cendres du Groupe Union Défense (GUD), syndicat d'extrême droite. Sur cette liste on trouve aussi Christophe Bay un proche de Marine Le Pen. Mais c'était "juste pour faire plaisir à un copain", rien de grave nous dit-elle. C'était sans doute aussi une erreur de jeunesse de la part de Sandro Gozi, ancien conseiller d'Edouard Philippe qui aurait été membre d'un groupe de jeunesse néofasciste italien. D'ailleurs il le justifie comme ça.

Plus assumé, on a vu des ralliements loin d'être anodin entre l'extrême droite et LREM. Ainsi 2 anciens colistier de Romain Grau, numéro 3 et numéro 10 se sont ralliés à la liste de Louis Aliot du RN. La candidate tête de liste pour Cogolin, Audrey Rondini-Gilli rejoint la liste menée par le maire proche du RN Marc-Etienne Lansade. LREM qui se veut chantre du progressisme n'hésite pas à investir pour les municipales des candidats opposés au mariage pour tous. C'est le cas d'Yvan Lachaud qui a participé aux manifestations parisienne. Le maire d'Angers Christophé Béchu a lui deux de ses adjoints qui étaient chez Sens Commun: Maxence Henry et Roch Brancour. C'est aussi le cas pour Aurélie Taquillain, investit par LREM en tête de liste à Courbevoie.

Les accointances de LREM avec les anti-mariages pour tous ne datent pas des municipales. Dès l'origine les connexions étaient présentes. Ainsi Agnès Thill, députée LREM, dénonce un "lobby lgbt à l'assemblée" ou encore Olivier Serva, député LREM, pour qui l'homosexualité est une abomination. La députée Laetitia Avia est quant à elle accusée de racisme et d'homophobie.

 La plus grande complicité entre l'extrême droite et Macron reste à ce jour les violences policières commises contre les gilets jaunes. Le silence de Marine Le Pen face aux violences policières n'a rien d'anodin, quand on sait que 50% des gendarmes et policiers ont voté FN à la présidentielle de 2017. Un non-dit complice s'est installé entre Macron et Le Pen. Elle a eu beau dire soutenir les gilets jaunes, elle n'a jamais condamné les violences policières. 

Comme l'a démontré Emmanuel Todd, le vote Macron au premier tour est un vote anti-Le Pen sans aucun autre contenu. C'est un vote vide sans autre projet que faire barrage à l'extrême droite. LaREM n'existe que comme négatif du RN. Une opposition factice qui n'a d'autre fonction que maintenir en place le système socio-économique. Si dans la comédie de l'UMPS ils feignaient l'opposition tout en faisant la même politique une fois au pouvoir, dans la deuxième comédie politique ils feignent l'opposition mais le RN est là pour maintenir LREM en place. Pourtant sur le fond, LREM et le RN se rejoignent et sont complices: que ce soit pour la casse des droits des salariés ou les violences policières.

Est-ce que la créature du PS qu'est le RN va finir par échapper à ses maîtres? Avant l'accession au pouvoir d'Emmanuel Macron, aucun doute que le RN était incapable d'accéder au pouvoir, les français n'en voulaient pas, et le parti a montré à mainte reprise son amateurisme incompétent. Cependant depuis 2017, des évènements font craindre qu'il pourrait en être autrement. La crise du Covid-19 qui pourrait amener à un basculement. Avec 30.000 morts, un confinement de 2 mois et un traumatisme, le pays peut-il élire Marine Le Pen? La question peut se poser. Emmanuel Todd avait mis en avant la hausse de la mortalité chez les ouvriers blancs aux Etats-Unis avant l'élection de Donald Trump. La crise économique qui va suivre le confinement risque de mettre à nouveau à mal une économie déjà ravagé par la crise de 2008, l'euro et la destruction de son économie privée. Les mesures envisagées par le gouvernement ne préfigurent d'aucun tournant sérieux. Macron s'est réunit avec toujours les mêmes économistes orthodoxes sortis du formol pour que le monde d'après ne change pas du monde d'avant: baisse du niveau de vie, dégradation des services publics, disparition de l'industrie comme seul horizon. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.