Affaire Griveaux: Flash totalitaire en France

Pendant que le contrôle du peuple, la mise au pas du pays avance un peu plus chaque jour, on découvre l'effroi de toute une caste. La mobilisation générale de toute la propagande disponible dans le pays au nom des libertés individuelles par un état qui les bafoue allègrement lève à nouveau le voile sur la nature parfaitement inégalitaire et autoritaire du régime actuel.

Ce qui menacerait la démocratie aujourd'hui, ce serait la divulgation d'une vidéo de Benjamin Griveaux entrain de se palucher pour sa maîtresse. Avec dans le viseur les réseaux sociaux, leur anonymat et le retour de l'ordre moral. La réalité c'est que cette vidéo est sortie sur un site internet, relayée par les comptes officiels de Joachim Son Forget et Laurent Alexandre, puis a provoqué le buzz sur twitter. Ou plutôt l'hilarité. On ne compte plus les calembours, les compliments sur le membre du député de Paris, les détournements. A aucun moment "les réseaux sociaux" n'ont demandé la tête de Benjamin Griveaux. Il a pris la décision d'abandonner à peine 12h après divulgation, qui se limitait à quelques milliers de tweets. C'est son abandon qui a lancé un déferlement médiatique totalement délirant.

Et là, on a été gâté. La caste médiatico-politique nous sert un véritable flash totalitaire depuis. Sur le Quotidien"C'est twitter qui fait tomber un homme politique", pour Raphael Enthoven c'est le retour de l'ordre moral et l'obsession de la transparence, selon Richard Ferrand, mis en examen pour prise illégale d'intérêts et président de l'Assemblée Nationale - ne vous étouffez pas - "notre vie publique et démocratique a franchi aujourd'hui un cap dans l'ignominie", pour Franck Riester "l'attaque odieuse dont a été victime Benjamin Griveaux menace la démocratie. Les atteintes à la vie privée sur les réseaux sociaux font courir un grand danger à la cohésion de notre société et aux libertés publiques". Anne Hidalgo et Cédric Villani en appellent au respect de la vie privée. Claude Goasgen demande un meilleur contrôle des réseaux sociaux, LCI se demande si il ne faut pas interdire l'anonymat des réseaux sociaux. Je finirai ce tour de table par le député En Marche Bruno Questel qui propose même de s'asseoir sur l'état de droit et de renvoyer Piotr Pavlenski réfugié en France, en Russie pour voir si il peut faire ce même genre de conneries avec Poutine.

 S'en prendre de cette façon à un membre de la caste est évidemment insupportable, aucune contestation du caractère effroyable de la divulgation n'est tolérée et d'ailleurs aucun autre son de cloche n'a eu le droit de cité. Cet épisode montre bien que notre démocratie est au stade terminal, mais pas de la façon dont l'espère les éditocrates et autres apparatchiks politicards. Cet épisode montre juste la déconnexion totale de la caste stato-financière du peuple. Car lui n'a pas le droit à toutes ces attentions. Lui peut et doit être fliqué. Ainsi Eric Drouet s'est vu livré en pâture suite à une vidéo où on le voit avec une Jaguar. Checknews, toujours à l'affût, se demande si Eric Drouet a bien acheté une Jaguar, Le Point nous écrit qu'Eric Drouet est embarassé par sa jaguar, La Nouvelle Tribune titre "Un gilet jaune pas si pauvre que ça?". Et oui le Gilet Jaune doit être pauvre, sinon il est illégitime. Christophe Dettinger a eu le droit à la médiatisation de sa garde à vue pour violences conjugales avant que sa femme démente les rumeurs de violences, mais le mal était fait. Jérôme Rodrigues lui fut soumis à la rumeur. LCI et Le Point titrent "Soupçons de violences conjugales". Les grands esprits s'élèvent pour expliquer "Oui mais là c'est légal". Oh, ça va, si c'est légal, alors on peut détruire la vie du citoyen français sans aucun risque de culpabilité. Ils n'avaient de toute façon pas à se médiatiser, manifester et accepter de mourir à petit feu en attendant que le plein-emploi revienne...

Avons-nous entendu le moindre bruit lorsque l'on a appris le lancement de la reconnaissance faciale en France? Alicem, projet d'identification de reconnaissance faciale de l'Etat français arrive. La France veut être à la pointe dans ce domaine. Pour concurrencer le Parti Communiste Chinois, ce grand garant des libertés publiques, peut-être? Réjouissons-nous, nous serons bientôt le premier pays européen à utiliser la reconnaissance faciale pour donner une identité numérique sécurisée à tous. A quand le "crédit social" chinois en France? La CNIL s'est alarmé sur l'absence d'alternative à la reconnaissance facial du portail. L'association La Quadrature du Net parle carrément de projet "ayant pour objectif avoué d'identifier chaque personne sur internet pour ne plus laisser aucun place à l'anonymat". Mais rassurez vous, ce qui menace la démocratie et la vie privée, c'est la diffusion de Benjamin Griveaux entrain de se dégorger le poireau.

Quand il s'agit d'espionner le citoyen, potentiel fraudeur du fisc, là on peut fouiner sa vie personnelle - c'est légal - et détecter si il fait de la revente de tabac, s'adonne à des activités occultes ou fait des fausses domiciliation fiscales. Bon on comprend vite qu'il ne s'agit pas d'aller chercher les dizaine de milliards de fraudes fiscales, mais bien de faire de tout citoyen un délinquant potentiel. Car c'est promis, l'Etat fera pas attention aux données religieuses, syndicales ou politiques. Faites confiance, car selon Darmanin "Il se peut que des prestataires privés nous aident à monter la machine sans avoir les données". Les likes, commentaires, ou photos de tiers mettant en scène un internaute seront pris en compte par l'algorithme de Bercy. J'espère que vous vous entendez bien avec vos voisins. L'ère de la dénonciation est de retour, c'est moderne, c'est efficace. Par contre la vidéo de Benjamin Griveaux qui se trait l'anguille, c'est la démocratie et les libertés publiques qui sont en danger de mort.

Et que dire du chômeur? Il est tout à fait normal pour la caste médiatico-politique d'en faire la chasse. Qui s'en offusque? Ils sont responsables de leur situation non? Les culpabiliser est tout à fait normal, ce ne sont que des oisifs qui profitent de la solidarité nationale pour se payer des voyages au Bahamas. Il est donc normal d'obliger un chômeur de plus de trois mois à accepter un emploi avec une rémunération plus faible que son précédent sous peine d'être radié, de supprimer l'allocation dès le premier "manquement". Le gouvernement va d'ailleurs multiplier par 5 le nombre d'agents uniquement chargé du contrôle des chômeurs. Et les chômeurs doivent tenir leur journal de bord numérique pour prouver qu'ils cherchent bien un travail, sinon la sanction tombera. Comme ce sont des chômeurs - et que c'est légal - on peut bien les fliquer autant qu'on veut.  Mais pas touche à Benjamin Griveaux qui fait pleurer le petit Jésus, là c'est de la tyrannie virtuelle, c'est la guillotine selon le toujours très éclairé Laurent Joffrin.

Dès 2018, Human Rights Watch mettait en garde l'état français sur l'utilisation des grenades et du flashball pendant les manifestations des gilets jaunes. Amnesty International parle de "Violences policières choquantes", faisant état de 24 éborgnés, de 5 mains arrachées, 2500 manifestants blessés. L'organisation parle d'entrave aux libertés fondamentales. L'ONU au travers de Michelle Bachelet a réclamé en mars 2019 une enquête sur l'usage excessif de la force. Le défenseur des droits pointe un affaiblissement des libertés inspiré des lois de 2015, il alerte sur le nombre jamais vu d'interpellations et de garde à vue préventives lors de certaines manifestations. Le parlement européen condamne le recours disproportionné de la force contre les manifestants en France. Mais rassurez vous, aujourd'hui le danger contre les libertés publiques, c'est le dévoilement de la vidéo de Benjamin Griveaux entrain de faire pleurer le cyclope.

Ne vous inquiétez surtout pas de la connivence entre le Rassemblement National et La République en Marche concernant les violences policières. Le RN n'a jamais condamné les violences policières, jouant un jeu trouble avec LREM. Que Benjamin Griveaux ou Emmanuel Macron citent Charles Maurras, que leur tête de liste aux européénnes fut une ancienne du GUD ou que Jean-Christophe Lagarde cite Goebbels ne sont que des détails.

Il est aussi inutile de vous inquiéter de la proximité entre Emmanuel Macron et Radio France. Sibyle Veil, patronne de radio France fut la collègue de promotion de l'ENA du président, elle a sans doute été nommé de façon fortuite à la tête de la radio d'éta... publique. De même que Vincent Giret, à la tête de France Info est un macroniste convaincu "(Macron) a une vision, une explication souvent brillante de la mondialisation" s'était-il exprimé sur les ondes de radio France avant d'être récompensé au lendemain de la présidentielle. La CGT de France TV a partagé un contenu intéressant. La direction de l'info a donné pour consigne de ne pas parler de "prise d'otage", "colère", "grève historique", "grève générale" sur les antennes de la radio le 5 décembre.

C'est pareil pour la perquisition ratée chez Mediapart, Ariane Chemin convoqué par la DGSI suite aux révélations sur l'affaire Benalla, la limitation du temps de parole à l'Assemblée Nationale, le transfert du pouvoir législatif à l'executif via les ordonnances. Ne vous en faites pas pour la loi "anticasseur" qui criminalise le droit de manifester ou encore l'accord avec Facebook sur la censure des réseaux sociaux, ou encore la volonté de Macron de "financer l'information pour recrédibiliser les médias". La loi fake news qui permet une censure préventive d'informations pouvant se révéler vraies n'est pas une menace, tout comme la loi sur le secret des affaires qui réduit la possibilité d'informer sur les actions des entreprises ou encore les 8 journalistes convoqués suites aux révélations sur les ventes d'armes au Yemen. Les 9 milliardaires qui contrôlent la quasi totalité de la presse française le font uniquement par goût du pluralisme, absolument pas pour s'octroyer un pouvoir d'influence certain.

Evidemment il ne faut pas se faire du mouron quand LREM veut contrôler la justice. Après tout ils ont juste voulu refaire la carte électorale selon les résultats du parti. Et les consignes de fermeté transmises pendant le mouvement des gilets jaunes massivement suivie par une justice aux ordres n'est pas un problème. Ce n'est pas un souci si 40% des gilets jaunes déférés devant la justice, la plupart du temps au cours de procédures expéditives de comparutions immédiates ont écopés de peines de prison ferme. Macron qui s'immisce dans la nomination  du procureur de Paris, c'est bien entendu totalement démocratique. Sans oublier la pérennisation de l'état d'urgence en France voté le 18 octobre 2017 qui renforce le pouvoir de l'exécutif pour assigner quelqu'un et réaliser des perquisitions des domiciles, fermer un lieu de culte ou effectuer des contrôles d'identité près des gares et aéroports. Le tout sans feu vert judiciaire, perquisitions exceptées.

Je finirai sur l'affaiblissement des syndicats avec la loi travail. Syndicats déjà laminés par les centrales bureaucratiques où il est plus important de se recaser que défendre les salariés. Tout ceci ne sont que des détails et ne menacent rien nos libertés. Le problème ce sont les réseaux sociaux qui ont divulgué et se sont moqués de la branlette d'un élu peu futé.

 

Le bal des hypocrites a commencé et ne semble pas vouloir s'arrêter de sitôt. La caste stato-financière défendra les siens jusqu'au bout au nom de la liberté, de l'intimité, de la décence, de la morale mais dans le même temps elle justifiera avec la même ardeur les mesures de contrôle du peuple, sa paupérisation, son tabassage, son humiliation, sa mise au pas avec toutes les armes dont elle dispose: la légalité, la force légitime, le journalisme de préfecture.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.