behemothe
Informaticien à la retraite
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2011

L'Europe, l'Inflation et le Chômage

behemothe
Informaticien à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© culture-libre
© culture-libre

La constitution européenne dans sa partie III qui a été établie par traité et non pas par une assemblée constituante comme le voudrait une démocratie, a établi comme régime politique, la politique libérale.

Un traité qui a été écrit sans nous demandé notre avis d'aucune façon et quand on nous l'a demandé et qu'on a répondu non, on nous l'a tout de même imposé par le traité de Lisbonne qui a été approuvée cette fois par voie parlementaire.

Premier point : Les institutions européennes nous condamnent à un chômage de masse. Évidement ce n'est pas dit comme cela.

Mais alors comment ?

D'abord il faut savoir que les institutions européennes dans la partie I ont créé la Banque centrale, qui est complétement indépendante des pouvoirs politiques. Quoique vous fassiez vous ne pourrez rien faire pour infléchir la politique de la banque européenne.

Et quelle est la politique de la banque européenne ?

Maintenir quoiqu'il arrive un taux d'inflation bas.

La raison officielle de cette politique ?

Pour protéger les plus faible.

C'est vraiment un grand mensonge puisque le SMIC est indexé sur le cout de la vie, par contre les riches ont beaucoup à perdre avec une forte inflation car il affaiblie de façon rapide la valeur des liquidités.

Mais que vient faire le chômage dans tout cela ?

Et bien tous les banquiers du monde savent que quand on lutte contre l'inflation ça se paye en chômage (Jean-Paul Fitoussi : La politique de l'impuissance).

Et comment sait-on cela ?

L’économiste Alban William Phillips a observé sur un siècle de statistique que lorsque l'inflation monte, le chômage baisse et inversement lorsque l'inflation baisse le chômage monte. Il n'a pas expliqué cela, il a juste montré de façon empirique. Cependant des économistes contestent cette théorie pour la raison que dans les années 70 on a eu une montée de l'inflation et du chômage.

Explication :

Quand il y a peu de chômage les salariés sont moins inquiets pour leur boulot et sont donc plus revendicatif sur leur salaire et les employeurs qui ont du mal à trouver des salariés sont obligés de les augmenter, d'où l'inflation qui augmente.

Inversement quand il y a beaucoup de chômage le salarié est inquiet et a peur de se faire licencier du coup les employeurs peuvent baisser les salaires.

CQFD.

Pour les années 70 si ma mémoire est bonne c'est le choc pétrolier qui avec le renchérissement du prix du pétrole a fait monter les prix.

On comprend donc mieux alors comment s'articule la politique libérale/

Une inflation basse entraine un grand chômage, et par là une docilité des salariés et en fin de compte une augmentation des profits protégés par une inflation basse.

On voit que la mesure est gagnante sur tous les tableaux pour les riches et que cette mesure se fait sur le dos des moins riches que l'on précarise et appauvrie.

Il est pas beau le monde des riches dans l'Europe?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN