bel.hassin RISSALA
Co fondateur Association RISSALA
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mai 2021

Le Ramadan - Partie 4. Le mois du Coran

Le Ramadan, le mois du Coran. Quelle est la relation entre le Ramadan et le Coran? Comment a-il été révélé et transmis? Que contient-il?

bel.hassin RISSALA
Co fondateur Association RISSALA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le mois de Ramadan est associé au Coran car c’est durant ce mois que le Coran a été révélé.

Verset 185 – Sourate 2 :

« (Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. »

Le Prophète a dit: « Les feuillets de Abraham ont été descendu la première nuit de Ramadan, la Thora a été descendue après six nuits passées de Ramadan, les Evangiles après treize nuits  écoulées de Ramadan, les Psaumes ont été descendu après dix-huit nuits écoulées de Ramadan et le Coran a été descendu après vingt-quatre nuits écoulées de Ramadan ».

Ce mois lunaire fait donc office d’écrin temporel pour l’ensemble des textes célestes, dont le Coran, ultime aboutissement de la Parole divine, et Parole ultime.

Le croyant programme alors sa journée pour lire le Coran, le méditer, l'apprendre, appliquer ses enseignement dans sa vie etc.

En arabe Coran ou Quran signifie lecture ou récitation.

Le Coran est le dernier livre divin révélé. Il contient la Parole Divine Incréée qui guide les Humains vers le Salut et la Miséricorde en établissant les Lois qui détermine les relations entre le Créateurs et Ses créatures en lui vouant un monothéisme pur, adoration et obéissance, par le décret des actes rituelles (Prière, pèlerinage, jeûne, aumône …) mais également les relations entre les humains en accordant à chacun des droits et des devoirs dans divers domaines de la vie en société (Economie équitable, justice, famille, voisinage, transactions, comportement approprié, respect mutuel ….). On y trouve les histoires de la création et  des peuples passés, afin que les musulmans suivent les bons exemples et se détournent des erreurs du passé. Il contient des informations de l’avenir notamment de l’au-delà et du Jugement Dernier.

Le nom du prophète Mohammed y est très rarement cité alors que le Prophète Moïse est cité 124 fois et Jésus 93 fois.

Le début de la révélation a eu lieu en 610 environ lorsque pour la première fois l’ange Gabriel est apparu au prophète dans la grotte de Hira, où il avait coutume de se recueillir.

Le prophète ne savait ni lire ni écrire, il était illettré. Les premiers versets révélés furent :

Verset 1 à 5 – Sourate 96 l’Adhérence :

« Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé,   qui a créé l'homme d'une adhérence.     Lis! Ton Seigneur est le Très Noble,     qui a enseigné par la plume [le calame],    a enseigné à l'homme ce qu'il ne savait pas. »

Puis le Coran a été révélé graduellement pendant 23 ans, jusqu’à la mort du Prophète.

Il est divisé en 114 Sourates qui ne sont pas classées par ordre chronologique. Ces sourates sont elles-mêmes divisées en versets.

Nous distinguons les sourates révélées antérieurement à l’émigration à Médine (622) – dites sourates mecquoises, des sourates médinoises révélées après cette émigration.

Les sourates mecquoises se caractérise par une explication du dogme et de la croyance, alors que les sourates médinoises établissent les règles des actes cultuelles, des relations entre les gens de la société.

Le Coran est dans une langue Arabe claire et parfaite. Et le Coran n’existe que dans cette langue.  D’ailleurs cette qualité littéraire rend la traduction parfaite inexistante, c’est pour cela que nous parlons de sens des versets et non de traduction.

Sourate 1 - le prologue El Fatiha

La compilation du Coran :

Pendant la durée de la révélation,  révélé au Messager par l’intermédiaire de l’ange Gabriel, le Coran était mémorisé dans son intégralité par les compagnons du Messager à qui il indiquait précisément dans quelle sourate et à quelle endroit ss positionnaient ces nouveaux versets.  L’ange venait faire réviser le Coran au prophète tous les ans pendant le mois de ramadan.

Certains lettrés parmi les compagnons avaient été choisis pour jouer le rôle de scribes, pour les plus connus d’entre eux : Ali, Mouaâwiya, Oubay ibn Kaâb et Zayd ibn Thâbit. Ils écrivaient chaque révélation selon les indications précises du prophète, bien que ce dernier soit illettré. Une compilation écrite sur des supports séparés (tel que les peaux en cuir) a donc eu lieu en parallèle de la compilation orale et de l’apprentissage par cœur.

C’est pendant le califat de Abou Bakr (mort en 634) que le Coran a été compilé dans un livre unique en validant la rectitude par les récitateurs mémorisant de l’époque du prophète.

A l’époque du calife Othman (mort en 656), l’Islam s’étant étendu de l’Atlantique à l’Asie centrale, il a fallu préservé le Coran original du mélange des langues et dialectes. Toujours sous le contrôle des compagnons récitateurs mémorisant de l’époque du prophète, le calife ordonna d’effectuer des copies de la version compilée sous le Califat de Abou Bakr et de les expédier aux différentes métropoles.

Au cours des cinq prières quotidiennes les musulmans se doivent de réciter des versets du Coran avec comme obligation de commencer par la première sourate  El Fatiha , l’ouverture.

SOURATE 1 AL-FATIHA (PROLOGUE ou OUVERTURE)


« 1. Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux .
2. Louange à Allah, Seigneur de l'univers.
3. Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,
4. Maître du Jour de la rétribution.
5. C'est Toi [Seul] que nous adorons, et c'est Toi [Seul] dont nous implorons secours.
6. Guide-nous dans le droit chemin,
7. le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés . »

Ecoutez la première sourate du Coran © 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart