Le Ramadan - Partie 6. Y-a-t-il des dérogations en cas d'incapacité à jeûner?

La législation islamique implique que tout acte rituel provoquant une contrainte on une impossibilité ou un danger pour la santé et la vie de l’être humain est allégé ou peut être un motif de dispense temporaire ou définitif.

La maladie et le voyage sont des motifs de dispense du jeûne. © RISSALA La maladie et le voyage sont des motifs de dispense du jeûne. © RISSALA

Verset 286 – Sourate 1 La Vache :

« Allah n'impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité »

 

Par ce verset, nous comprenons que tout acte rituel provoquant une contrainte on une impossibilité ou un danger pour la santé et la vie de l’être humain est allégé ou peut être un motif de dispense temporaire ou définitif.

Ainsi le pèlerinage à La Mecque est obligatoire  pour tout musulman pubère et doué de raison. En sont dispensées les personnes n’ayant pas les capacités financières ni les capacités physique. L’aumône est obligatoire lorsque la personne en a les moyens.

La prière est obligatoire pour tout musulman pubère et doué de raison. En sont dispensées les femmes pendant leurs périodes de menstrues et de lochies. Quant au voyageur, il peut la raccourcir et la regroupée. Les personnes malades peuvent prier assises, couchées ou en mimant les gestes.

Il en est de même pour le jeûne. Celui-ci est obligatoire pendant le mois de Ramadan pour tout musulman pubère.

La dispense de jeûne est autorisée pour ceux qui ne peuvent pas jeûner pour une excuse légale parmi lesquelles :

  1. La maladie qui s’aggrave à cause du jeûne, dont le jeûne retarde la guérison, ou si l’on craint que le jeûne ne provoque une maladie. Dans certains cas il peut être recommandé de ne pas jeûner, voir réprouvé si celle-ci mène à la perdition.
  2. Le voyage autorise la rupture du jeûne
  3. La grossesse et l’allaitement.
  4. La femme pendant sont cycle de menstrues, il lui est interdit de jeûner et de prier.
  5. La grande vieillesse.
  6. La contrainte. Son concerné par exemple les musulmans Ouighours persécutés par le régime chinois et qui interdits aux musulmans le jeûne.

La personne entrant dans un de ces cas devra rattraper ses jours non jeûné après le Ramadan.

En cas de maladie chronique, le croyant est autorisé à ne pas jeûner. Il doit alors nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûné.

 Verset 286 – Sourate 1 La Vache :

« Quiconque d' entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d' autres jours. »

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.