bel.hassin RISSALA
Co fondateur Association RISSALA
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 avr. 2022

Le Ramadan - Partie 3. Une journée de Ramadan.

Comment se déroule la journée d’un musulman en état de jeûne ? Que fait-il de ses soirées ? Est-ce que le jeûne a un impact sur ses performances et ses aptitudes à travailler ou étudier ?

bel.hassin RISSALA
Co fondateur Association RISSALA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout d’abord il faut savoir que pour de nombreux musulmans, le jeûne du mois du Ramadan n’est en soit pas un évènement ponctuel une fois par an. Ils sont nombreux par exemple à jeuner tous les lundis et les jeudis de toute l’année en tant que jeûne surérogatoire

Lire aussi : Qu’est-ce que jeûner, dans quel but?

Il faut également savoir que la journée du musulman est rythmée par les cinq prières obligatoires.

Heure des 5 prière quotidienne à Paris le 14 avril © RISSALA

Il fait partie des clichés de croire que les soirées de danses, musiques orientales, de débauches, de consommation de substances illicites sont une coutume ramadanesque, sachant que l’Islam désapprouve ces comportements.

De même qu’il n’y a aucun rapport entre le fait que certains jeunes commettent des violences urbaines pendant cette période, alors que l’Islam condamne la violence envers les individus et la dégradation des biens.

Il fait également partie des préjuger de croire que cette période est une période de paresse et de nonchalance.

 "D'après Abdallah Ibn Abbas : Le Prophète était le plus généreux des hommes et la période durant laquelle il était le plus généreux était le Ramadan lorsque l’ange Gabriel le rencontrait. L’ange Gabriel le rencontrait chaque nuit de Ramadan et ils étudiaient ensemble le Coran. Le Prophète  était alors plus généreux pour le bien que le vent qui apporte la pluie salvatrice."

Peu avant l’aube, ils vont prendre une collation appelé Suhur,  qui fait également partie des recommandations prophétiques. Puis il s’arrêtera de manger et boire à l’heure de l’aube qui correspond à la première prière de la journée que le musulman s’efforcera d’accomplir en groupe dans une mosquée.

Pendant la journée le jeûneur vaquera à ses occupations quotidiennes (étude, travail …) mais il s’abstiendra plus que d’ordinaire de commettre des actes blâmables.

En fonction des pays et des climats, des emplois du temps sont aménager dans les écoles, les services publics et les entreprises afin d’accorder un temps de repos en début d’après-midi. En dehors de ces tâches mondaines le jeûneur continuera d’occuper son temps par la prière, l’invocation, la récitation et l’apprentissage de ce qui lui incombe dans la religion.

Il veillera également à faire le bien autour de lui en se mettant au service de ses parents, de ses proches, , des nécessiteux.

L’heure du coucher du soleil est synonyme de rupture du jeûne, par quelques dattes et de l’eau ou du lait. C’est l’heure également de la prière du soir avant de passer à table. Même si les tables du Ramadan sont bien garnie, le musulman se doit de se nourrir d’une manière raisonnable et équilibrée sans exagération et surtout sans gâchis.

Il est recommandé au musulman de remplir son temps en générale et sa nuit en particulier en prière et récitation du Coran.

En début de nuit, les musulmans se regroupent dans les mosquées pour les prières collectives appelées Tarawih. La période précédant l’aube et également propice aux prières, invocations  et au récitations du Coran.

Le Prophète a dit :

« Celui qui prie la nuit durant le ramadan avec foi et en espérant la récompense,

aura ses péchés précédents pardonnés ».

Dans notre prochain article nous parlerons du Coran, car le Ramadan est le mois du Coran.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent