Prime Covid et secteur gérontologique

Depuis mars 2020, la France traverse une crise sans précédent. Le COVID-19 a frappé les plus vulnérables et notre système de santé. Pendant cette crise, nous avons pu remarquer l’énergie de nos soignants, et de tout le secteur médico-social. Malheureusement, après les avoir applaudi pendant des semaines, force est de constater que la reconnaissance a vite disparu. Pour ceux qui n'en ont pas bénéficié, la prime a eu des conséquences négatives: un ressentiment encore plus fort de n'être pas grand chose.

Des messages de soutiens sans précédent : 

Pendant la période de confinement, la France a découvert de nouveaux héros : les soignants, les personnels d'accompagnements, les professionnels du secteur médico-social. Nous avons pu voir grâce aux réseaux sociaux, les messages de soutien des français à tous ces professionnels qui quotidiennement bravait le danger, la peur pour aller prendre soin de personnes hospitalisées ou en Etablissement médico-social ou à domicile. 

Dans de nombreux journaux, la une leur était consacrée. Enfin, après des semaines de gréves, et des années difficiles, les soignants étaient dans la lumière. 

Par exemple la RATP lancé fin mars 2020 une opération sur les réseaux sociaux. Cette opération avait pour objectif de faire faire apparaître les textes de soutien sur l'ensemble du réseau francilien : sur les écrans. Il suffisait aux internautes d'écrire leur texte sur tweeter et le message était relayé dans le réseau RATP. 

  • Il y a eu les fameux applaudissements aux terrasses le soir ; 
  • Les restaurants ou particuliers qui préparaient à manger pour les soignants ;
  • Les dessins transmis aux EHPAD ;
  • .....

Bref, partout en France ont fleuri des initiatives toutes plus belles les unes que les autres. 

Cet état de grâce a duré tout le long du confinement avec comme point d'orgue la mise en place de la prime. Cette fameuse prime COVID pour les remercier de leur investissement. 

Cette annonce gouvernementale a fait rêver tous les soignants, et professionnels du secteur, mais son application en a également fait déchanter un grand nombre. 

La prime COVID et ses inégalités

Tout d'abord il y eut l'effet d'annonce. Tout le monde a été ravi de cette prime, puis il y a eu les applications.

Cette prime a été en premier lieu destinée aux professionnels de la fonction publique, mais pas toute la fonction publique. En effet, les agents des collectivités locales ne sont pas dans les textes de la prime car ils sont régis par la fonction publique territoriale et non la fonction publique d'Etat.

Ensuite, il a fallu résoudre le problème de tous les professionnels qui ne sont pas dans les hôpitaux, par exemple les auxiliaires de vie qui interviennent à domicile. 

En effet, tous les professionnels de ce secteur ne sont pas concernés car leur convention collective et leur accord d'entreprise ne sont pas régulés par les textes de la fonction publique.

Si pour certains il y a eu des primes, pour de nombreux professionnels cette prime n'a pas été versée, ou alors à un petit niveau en fonction des absences, en fonction des jours d'interventions, bref infine certains se sont retrouvés des héros un jour et des zéros le lendemain.  

C'est par exemple le sentiment des agents du CCAS de Roubaix.

Cette prime a donc eu des conséquences quelques fois très négatives: un ressentiment encore plus fort de n'être pas grand chose.

Pour autant, ces professionnels se sont démenés pendant cette période.

Confinement et l'humain d'abord

Confinement et initiatives positives 

Soutien pendant le covid

Le plan bleu et le covid

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.