Bénédicte Monville
Écologiste, ex-conseillère régionale d'Île de France, conseillère municipale et communautaire de Melun
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2022

Quelques considérations à ne pas oublier dimanche prochain

La progression de Marine Le Pen dans les intentions de vote est le résultat d'un travail idéologique et de la complicité de médias et de capitalistes, de la corruption idéologique d’une partie de la classe politique qui a rompu le compromis social et encouragé la crise écologique. Elle s’est compromise dans les immondices du racisme, qui entravent durablement l’émergence des solidarités de classe. Dimanche prochain, il ne faudra rien oublier de cette situation aussi inédite qu'inquiétante.

Bénédicte Monville
Écologiste, ex-conseillère régionale d'Île de France, conseillère municipale et communautaire de Melun
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelques considérations à ne pas oublier dimanche prochain :

Pour la première fois, deux sondages cette semaine ont testé Marine Le Pen gagnante de l’élection présidentielle dans la marge d’erreur si par malheur elle devait arriver au second tour.

C’est le résultat d’un travail de construction d’une hégémonie culturelle qui a bénéficié de la complicité de médias et de capitalistes et, de la corruption idéologique d’une grande partie de la classe politique qui s’est compromise dans les immondices du racisme franc et décomplexé ou masqué derrière une fausse défense de la République et de la laïcité.

Et je veux souligner ici le rôle particulier joué par Emmanuel Macron qui fut élu en rempart de l’extrême droite mais dont les gouvernements ont répandu la parole raciste, maltraité les exilé·es et laissé prospérer les groupuscules fascistes tandis que le ministre de l’intérieur dissolvait arbitrairement, et pour la première fois depuis l’après guerre, un groupe antifasciste et des associations de lutte contre les discriminations.

Dimanche prochain, le risque fasciste existe, mesuré par les sondages et illustré par l'effroyable spectacle de ces milliers de jeunes gens venus scander "on est chez nous" au Trocadero devant un tribun ouvertement raciste, misogyne, homophobe, anti-pauvres, etc.

C’est aussi le résultat de la complicité des partis de gouvernement, prétendument de gauche, qui ont orchestré à l’unisson des gouvernements de droite le démantèlement de l’Etat social et la captation de la richesse produite et de la force de travail au bénéfice toujours plus grand du capital. Là encore, la présidence Macron, ni de droite ni de gauche, a accéléré cette redistribution à l’envers et tandis que la fortune des milliardaires augmentait de 86% depuis le début de la pandémie, 7 millions de personnes allaient bientôt dépendre de l’aide alimentaire. Parallèlement, les gouvernements Macron poursuivaient à un pas cadencé la privatisation des services publics, privant la moitié de la population française d’une partie significative du seul capital, socialisé, dont elle dispose.

Cette remise en cause radicale du compromis social mis en place après la deuxième guerre mondiale s’accompagne d’un usage croissant de méthodes répressives extrêmement violentes contre les mobilisations sociales, les classes populaires et les militant·es politiques. La présidence Macron a, sous couvert d’antiterrorisme ou de lutte contre le communautarisme, attaqué l’État de droit et limité l’exercice de nos libertés fondamentales et droits politiques. Tandis que la libération de la parole raciste entrave durablement l’émergence des solidarités de classe et contribue à maintenir un rapport de force défavorable aux classes dominées.

Sur le plan écologique, alors même que la biodiversité s’effondre et le climat se réchauffe, il s’agissait tout à la fois d’empêcher la limitation des profits du capital par l’instauration de lois et de normes environnementales contraignantes et de poursuivre la captation de nos ressources naturelles à son seul profit. Qu’on pense au renoncement de l’interdiction du glyphosate, pesticide indispensable à l’agro-business, à la prolifération des entrepôts logistiques qui dans un même élan détruisent nos espaces naturels et captent le travail nécessaire à la distribution des marchandises au bénéfice de multinationales, ou à l’obsession nucléaire qui nous expose à des risques incommensurables mais garantit les conditions de reproduction du capitalisme : investissements records, marchés publics juteux et circuits d’approvisionnement militarisés.

Sur le plan international et pour la première fois depuis 1991, la guerre revient en Europe et, combine les deux formes politiques qui ont accompagné l’affirmation du capitalisme, l’impérialisme et le nationalisme. La compétition pour l’accès aux matières premières, à la main d’oeuvre et aux marchés mondiaux suppose d’étendre sa zone d’influence, quand l’exaltation du nationalisme reste un moyen efficace de mobilisation des populations contre des intérêts concurrents. Le régime de la guerre est en réalité consubstantiel au développement du capitalisme depuis son origine. Pour autant, la multiplication des conflits auxquelles on assiste ne sont pas seulement la conséquence de l’approfondissement de son intégration mondiale, mais aussi du réchauffement climatique.

Pour la première fois depuis les débuts de l’Holocène il y a 12 000 ans, l’équilibre écologique qui régit le climat sur terre atteint un point de bascule. La forêt amazonienne se transforme en savane et émet plus de CO2 qu’elle n’en capte. Les récifs coralliens meurent. Les courants océaniques ralentissent, transformant la biologie marine et le régime des températures entre l’équateur et les pôles. Les climats locaux sont bouleversés et les évènements climatiques extrêmes augmentent en nombre et en intensité. 2,5 milliards d’êtres humains seront directement affectés par le réchauffement climatique d’ici à 2050.

Dimanche prochain, il ne faudra rien oublier de cette situation aussi inédite qu'inquiétante.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils