Réforme de la SNCF - Lettre ouverte à Monsieur Jean-Pierre PONT

Monsieur Jean-Pierre PONT a écrit une lettre ouverte à l'intention des syndicalistes français. Ce député exhorte les grévistes à prendre leur responsabilités en cessant le mouvement social qui risque de faire des usagers du rail des "cibles idéales pour les terroristes islamistes" !

Lettre ouverte à Monsieur Jean-Pierre PONT

Député LREM du Pas-de-Calais

Au moment où après des décennies de recul, l’économie française manifeste de très légers signes de reprise qui ne profitent qu’aux actionnaires des entreprises du CAC 40, les députés de la majorité parlementaire se défaussent de leur responsabilité devant le peuple en permettant au gouvernement de réformer le service public ferroviaire par ordonnances, ne respectant pas ce qui reste de notre démocratie qui sombre vers la dictature !

En tant que citoyen et contribuable, je vous rappelle que nous sommes en guerre contre le terrorisme et que l’état ne donne pas les moyens nécessaires aux forces de l’ordre pour accomplir leur mission essentielle : protéger leurs concitoyens. Au lieu de perdre votre temps en mettant en place des lois et mesures antisociales, vous devriez vous mettre réellement au travail et accentuer sensiblement la lutte contre ceux qui nous agressent et nous tuent !

Il est honteux qu’un élu de la République se serve d’un évènement dramatique pour fustiger des citoyens qui exercent leur droit républicain et légitime de défense des acquis sociaux et des services publics par la grève.

Personne n'échappe à la tristesse et l'émotion en apprenant une telle nouvelle !

Vous insinuez dans votre « lettre ouverte aux syndicalistes français » que ces derniers exposeraient les usagers en tant que « cibles idéales pour les terroristes islamistes » et en seraient responsables. Vous osez les assimiler ainsi aux djihadistes et semez la discorde, tout en montant les uns contre les autres.

Je vous exhorte donc vivement, dans ces circonstances exceptionnelles et compte tenu des risques encourus par nos concitoyens face à votre politique libérale, à prendre vos responsabilités en désavouant le chef de l’état et son gouvernement.

Il est de votre devoir de mettre fin sans délai à la casse des services publics et de demander le retrait du projet de réforme de la SNCF.

Concernant la lutte contre le terrorisme, il est du devoir de tous les parlementaires de la considérer comme la priorité absolue. Les moyens alloués doivent être considérablement augmentés car ils sont manifestement insuffisants.

Le gouvernement fait preuve dans cette affaire d’une terrible incompétence. Je vous enjoins de demander une enquête parlementaire afin que le peuple puisse savoir pourquoi un individu « fiché S », radicalisé et très dangereux ait pu passer à l’acte aussi facilement.

Benjamin CATTIAU, Cheminot et syndicaliste

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.