D’Alternatiba à Jai Jagat 2020, en route pour la transition écologique et solidaire

Face au changement climatique, à l'explosion des inégalités et à tous les périls imminents qui menacent l'humanité, nous n'avons plus le temps d'attendre que les grands de ce monde daignent se réveiller. Il est temps d'agir et de se bouger, et de partir sur les routes, aujourd'hui avec Alternatiba, demain avec la Jai Jagat 2020:

Après son premier tour de France à vélo en 2015, l’année de la COP 21, les cyclistes d’Alternatiba remontaient en selle, ce samedi 9 juin au départ de Paris, pour un parcours de 5800 km à travers la France et ses pays limitrophes à la rencontre des alternatives de terrain en faveur de la transition écologique et solidaire.

tour-alter
 Il y a trois ans, à quelques mois de la COP 21, Alternatiba avait organisé un premier tour de France des alternatives pour montrer qu’au-delà des Etats, des institutions et des grandes messes climatiques internationales, partout sur les territoires, de plus en plus de gens œuvraient concrètement pour lutter contre le changement climatique. Alors que les grands rendez-vous climatiques vont se succéder d’ici la fin de l’année 2018 (Global climate Action Summit à San Francisco en septembre, prochain rapport du GIEC en octobre et COP 24 en Pologne en décembre), tous les chiffres sur l’état de la planète sont au rouge et rien n’indique que les objectifs de la COP de Paris pourront être tenus. L’idée du tour d’Alternatiba est donc de mobiliser l’ensemble des citoyens au niveau local sur les territoires et de promouvoir toutes leurs alternatives locales qui se mettent en place sans attendre davantage, car il y a urgence et de plus en plus de gens en ont parfaitement conscience. L’heure n’est plus au déni, ni au constat alarmant, mais à la mobilisation.

 

Alternatiba à République (09.06.2018) © Benjamin Joyeux Alternatiba à République (09.06.2018) © Benjamin Joyeux

Ce samedi après-midi, environ un millier de personnes s’étaient donc rassemblées à partir de 13h30 place de la République à Paris pour entamer un cortège musical, festif et coloré, direction place Stalingrad. Suivant le camion de tête sur lequel le chanteur Patrice motivait les troupes en musique, les militants ont défilé joyeusement dans les rues de la capitale, interpellant les passants et indiquant qu’ils étaient « plus chauds que le climat ». Arrivés à Stalingrad, une grande scène les attendait avec différentes prises de parole : la journaliste et réalisatrice Marie-Monique Robin, l’universitaire Geneviève Azam, le militant Txetx Etcheverry, le « faucheur de chaises » Jon Palais, le président des Amis de la Terre France Florent Compain ou encore la porte-parole d’Alternatiba Pauline Boyer. Tous en appelaient à « l’insurrection des consciences » selon l’expression de feu Stéphane Hessel, un message à relayer sur les 5800 km de tour avant l’arrivée à Bayonne prévue début octobre. 

Défilé festif vers Stalingrad (09.06.2018) © Benjamin Joyeux Défilé festif vers Stalingrad (09.06.2018) © Benjamin Joyeux

Alternatiba à Stalingrad (09.06.2018) © Benjamin Joyeux Alternatiba à Stalingrad (09.06.2018) © Benjamin Joyeux

J’y étais pour représenter l’association SOL, partenaire de la mobilisation, et continuer à promouvoir Jai Jagat 2020, la grande campagne non-violente globale lancée depuis l’Inde par le mouvement Ekta Parishad pour un monde plus juste et plus solidaire. Une campagne dont le point d’orgue sera une grande marche Delhi-Genève entre octobre 2019 et septembre 2020 pour aller demander aux Nations Unies la mise en œuvre concrète des Objectifs de Développement Durable de l’Agenda 2030 en présence des représentants des petits paysans sans terre d’Inde et d’ailleurs, parmi les principaux concernés. A l’instar du tour d’Alternatiba, Jai Jagat prévoit, sur les milliers de km qui séparent la capitale indienne de la ville suisse, d’aller à la rencontre des populations victimes des effets néfastes du système économique actuel mais qui veulent surtout se bouger pour un autre modèle global, plus juste, plus solidaire, plus écologique et non-violent, pour proposer des alternatives et entamer un dialogue constructif avec les Nations Unies et les représentants des grandes institutions internationales. Ainsi dès cette année, dans le cadre d’une première campagne appelée Jan Andolan (« mouvement du peuple »), des centaines de milliers de marcheurs venus de toute l’Inde vont converger vers Delhi du 2 au 11 octobre 2018 pour réclamer des réformes agraires pour les sans terre.

nouvelle-carte

Alternatiba, Jai Jagat 2020… un même constat, pouvant être résumé par les mots du poète Hölderlin : « Là où croit le péril croit aussi ce qui le sauve ». Il n’est plus temps d’attendre derrière son écran que les grands de ce monde se décident à agir enfin d’urgence contre le changement climatique, la perte de la biodiversité, l’explosion des inégalités, la montée des périls de toute sorte qui menacent la survie même de l’humanité. Il est temps désormais de prendre la route pour partir à la rencontre des acteurs du changement qui, loin des projecteurs, fabriquent déjà le monde de demain, plus juste, plus écologique, plus solidaire, moins violent et au final nettement plus vivable et désirable. Des liens à construire urgents et nécessaires au travers des routes de France, d’Inde et de partout ailleurs.

Benjamin Joyeux

Coordinateur européen Jai Jagat 2020

Plus d’infos :

Les étapes du tour 2018 d’Alternatiba

SOL

Jai Jagat 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.