Benjamin Stora
Historien, professeur des universités
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2017

Un choix «physique»

Les jeunes des populations maghrébines et africaines font un choix « physique » pour le vote Macron. Un choix de survie face à la haine.

Benjamin Stora
Historien, professeur des universités
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La gauche classique française (gauche de la gauche principalement) commet encore la même erreur. Elle attribue la montée en puissance du Front national par des effets de politique et sociale, comme facteur exclusif. Elle ne voit pas, ou ne veut pas voir, que ce qui fonde la force du Front national aujourd’hui, comme hier, n’est pas simplement la crise sociale, mais la « question de l’immigration », « la préférence nationale ». La puissance d’un racisme dirigé principalement contre les populations d’origine maghrébine et africaine, non-européenne. L’extrême-droite utilise le vocabulaire républicain de l’assimilation pour redéfinir les contours d’un néo-nationalisme français, à la recherche de sa gloire impériale perdue. Son programme est celui d’un « sudisme » à la française, le temps colonial où chacun restait à sa place, avec priorité donné au conquérant, au plus fort.Avec, en toile de fond, la matrice originelle d’un antisémitisme ancestrale.

Dans cette perspective, la gauche de la gauche abandonne, au nom d’une conception unitaire, sociale et assimilationniste de la République, la défense des minorités victimes de ségrégations. Elle se refuse à voir combien la nation française a changé, devenant multiculturelle, ce qui provoque la fureur d’un fascisme à la française qui s’est toujours nourri du rejet de l’étranger.

La gauche nouvelle qui apparaitra sur les décombres des partis anciens ne pourra faire l’économie de cet examen de conscience : pourquoi avoir déserté le combat pour la défense des minorités, et pourquoi avoir renoncé au combat contre le racisme d’Etat ou déversé dans la société ?

Les « hésitations » de cette gauche radicale autour du vote en faveur de Macron trouvent là leur origine. Les pratiques traditionnelles, et légitimes, de défense des catégories sociales de la fonction publique s’accompagnent d’un aveuglement devant les contours d’une nouvelle société. Celle de la précarisation violente, et du chômage qui frappe surtout les jeunes des populations maghrébines et africaines. Ces dernières font un choix « physique » pour le vote Macron, explicite. Un choix de survie face à la haine, l’exclusion vécue au quotidien dans le présent, et qui risque de s’aggraver par l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir.Ainsi, dans le journal algérien, « Le Quotidien d’Oran », du 27 avril 2017, l’éditorialiste Akram Belkaïd écrit :

« Mes amis insoumis ne veulent pas aller voter le 7 mai. Je ne peux que les comprendre. Entre la peste et le choléra, on a le droit de ne pas choisir. Mais, chez certains d’entre eux, je ne peux m’empêcher de détecter une posture plutôt désinvolte, facile. Une ingénuité née de leur propre confort face à une situation qui pourrait déraper. Au fond d’eux-mêmes, tranquilles, ils ne peuvent ignorer que Le Pen et ses affidés ne commenceront pas par "eux". Et quand ils me demandent pourquoi je vais tout de même me déplacer aux urnes pour faire obstacle à Le Pen, je réponds qu’il est bien plus facile de finasser et d’avoir des états d’âmes quand on s’appelle Jean-Luc, Clémentine, Charlotte ou Alexis que lorsqu’on se prénomme Karim, Ousmane, Jacob, Latifa, Rachel ou Aminata. Contrairement à celles et ceux qui relativisent la menace frontiste – et qui estiment pouvoir se passer de voter -, ces derniers savent que le Front national au pouvoir représente pour eux, via nombre de ses électeurs et sympathisants, une menace physique immédiate. Et cela suffit comme raison pour s’y opposer ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran