mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 1 oct. 2016 1/10/2016 Édition de la mi-journée

A propos de l'exposition sur Albert Camus à Aix en Provence. Communiqué du MRAP Marseille

                                                      MRAP

Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples

Fédération des Bouches du Rhône

34 cours Julien

13006 Marseille

Tel / Fax. : 04 91 42 94 65

mrap13@free.fr

SIRET 431 277 524 00036 APE 9499

Marseille le 27 Aout 2012

 

La Fédération des Bouches du Rhône du  Mrap 13 dénonce le remplacement de l'historien Benjamin Stora, un des meilleurs spécialistes de l’Algérie, par l’essaysiste Michel Onfray comme commissaire de l'exposition Albert Camus qui se tiendra à Aix-en-Provence en 2013 à l'occasion du centenaire de la naissance de l'écrivain.

En effet, la Maire (UMP) d'Aix-en-Provence et présidente de la communauté du pays d'Aix, Maryse Joissains Masini, a  demandé à Michel Onfray, auteur de "L'ordre libertaire: la vie philosophique d'Albert Camus", de devenir commissaire d'un nouveau projet d'exposition, ce qu'il a accepté.  De ce fait Benjamin Stora, sans même avoir pu défendre son projet a été évincé de cet événement.

Suite à cette éviction de Benjamin Stora, Aurélie Filippetti a annoncé que son ministère ne financerait pas l'exposition "Camus l'homme révolté", qui devrait ouvrir ses portes à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) à partir du 7 novembre 2013, jour anniversaire de la naissance de l'écrivain. La manifestation ne bénéficiera pas non plus du logo du ministère. 

Le Mrap 13 déplore la décision de « Marseille Provence 2013 » de soutenir ce remplacement, et dénonce le coup de force de la Maire d’Aix sur le contenu d’une Manifestation par l’élimination  de Benjamin Stora Commissaire de cet événement depuis son début, c’est à dire depuis 2009.

Dans le même temps, Madame Joissains annonce qu’elle n’acceptera pas les différentes manifestations concernant le 50e anniversaire de l’indépendance algérienne et les interdira à Aix-en-Provence,   en invoquant le trouble à l’ordre public.

Rappelons pourtant  la déclaration de Mme Joissains dans l’Express du 29 mai 2008 où elle envisageait de dédier une artère de la ville  à Jean-Marie Bastien-Thierry « officier partisan de l’Algérie française, organisateur de l’attentat contre De Gaule  le 22 août 1962. Arrêté et condamné à mort par un tribunal militaire il fut exécuté en 1963 ».

L’éviction de l’historien Benjamin Stora n’est pas anodine, elle  répond à une idéologie particulièrement nauséabonde, où le dialogue et le respect de l’autre ne sont pas de mise.

Cette mesure inique vise à flatter une   partie de l’électorat  de Mme Joissains, celle des anciens partisans  nostalgiques  de l’Algérie française et des anciens de l’OAS ; mouvement qui a piétiné les valeurs de la république et qui 50 ans après, continue à exprimer la Haine de l’autre.

Pour défendre les valeurs de l’égalité des droits de la liberté d’expression et de l’amitié entre les peuples, le Mrap 13 propose à l’Historien Benjamin Stora de participer à une rencontre autour de  L’Algérie  en analysant l’œuvre de Camus, tel qu’il avait souhaité le faire dans son contexte historique, en  mars 2013 à Marseille.

Pour le MRAP 13 La Présidente. Horiya Mekrelouf

http://www.millebabords.org/spip.php?article21353

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

D'après ce que j'ai compris, finalement il n'y aura pas d'expo Albert Camus à Aix ni ailleurs;

Pourtant il serait intéressant qu'il y ait un lieu qui donne à voir l'oeuvre et son créateur car la personnalité de Camus est riche de cet entre-deux : l'Algérie et la France, de ses positions politiques sur les "événements".

La Maire d'Aix en Provence n'est pas la mieux placée pour organiser ce genre de manifestation, car quel que soit celui qui aurait été finalement retenu, ses présumés électeurs n' y auraient pas trouvé leurs petits.

On ne pourra pas parler sereinement de l'Algérie dans ce pays du vivant des rapatriés, ils ne digérent pas l'indépendance algérienne. A Aix, ils sont encore nombreux, peuvent ils entendre de Camus autre chose que : le "je choisis ma mère" ?

Pas plus Stora, qu'Onfray ne satisfaisaient aux critères politiques.