Des exploitants viticoles seraient-ils frappés par une vague de francophobie?

En Suisse, le sentiment anti-français ne toucherait pas seulement les frontaliers, mais également des familles françaises ayant décidé de s'expatrier et d'investir dans le patrimoine local. Une famille, d'origine alsacienne, établie à Perroy, exploite aujourd'hui deux domaines viticoles dont l'acquisition aurait été entravée par des années de procédures. Sentiment anti-français ou jalousie?

La commune de Perroy sur les bords du lac Léman La commune de Perroy sur les bords du lac Léman

Le sentiment anti-français demeure une thématique bien présente en Suisse romande. Pascal Wagner-Egger, chercheur à l'Université de Fribourg, explique cette flambée de francophobie par l'afflux de frontaliers français. Ces derniers sont "non seulement accusés par la population suisse de voler les emplois, mais aussi de provoquer pollution et bouchons."

Cette xénophobie ne toucherait pas seulement les frontaliers venant travailler dans le canton de Genève, mais également certaines familles françaises désireuses d'investir dans le patrimoine viticole sur la Côte vaudoise.

Cette famille en est un exemple édifiant. Depuis plusieurs années, ces passionnés, originaires d'Alsace, ont jeté leur dévolu sur deux domaines viticoles dans la commune de Perroy et de Valeyres-sous-Rances: le Château de Malessert, qui s'étend sur 15 hectares, et le Domaine du Manoir, 24 hectares de vignes au pied du Jura vaudois. Le Château de Malessert est l'un des plus vieux domaines de Suisse et ses vignes figurent parmi les plus belles de la Côte, attirant les jalousies de certains vignerons suisses des environs.

Un article du journal local La Côte fait état des difficultés qu'a rencontrées la famille alsacienne avant de pouvoir faire l'acquisition du Château de Malessert. Plusieurs années de procédures avaient été nécessaires avant que la famille ne puisse se porter acquéreuse.

C'est un certain Didier Haldimann, syndic (maire) actuel de la commune de Perroy, qui semble avoir été à l'origine de ces blocages. Lui-même vigneron et ancien administrateur du Château de Perroy, il considèrerait les nouveaux propriétaires comme des concurrents directs et aurait utilisé son droit de préemption pour bloquer la vente.

Mais les ennuis ne sont pas terminés. Depuis plusieurs mois, les projets de la famille se voient de nouveau contrariés par la commune de Perroy, dont Didier Haldimann est syndic.

Afin de développer l'attractivité de la commune et de mettre en avant le patrimoine local suisse, les propriétaires du Château de Malessert ont soumis à la commune de Perroy le projet de construction d'une halle viticole. Après un premier avis favorable des autorités locales donné en mai 2021, plusieurs oppositions auraient été formulées à l'encontre de ce projet.

Selon certains documents, la première opposition aurait été déposée par Catherine Zoko-Haldimann en mars, qui n'est autre que la sœur du syndic! Selon le registre du commerce de Vaud, elle serait fondée de pouvoir chez Lombard Odier, banque privée genevoise. Cette banque se serait-elle reconvertie? L'activité professionnelle de Catherine Zoko-Haldimann n'a aucun lien avec celle de son frère, et son implication personnelle dans les affaires de la commune est injustifiée. Le même mois, Jörg Dreier, qui détient également une entreprise concurrente et colistier de Didier Haldimann aurait envoyé un courrier à la commune où il expose les raisons de son opposition au projet.

Encore plus stupéfiant, un recours aurait été formulé en juin 2021 par le conseil communal de Perroy, représenté par Didier Haldimann, qui s'oppose frontalement au projet en dépit du préavis favorable donné en janvier 2021!

Ce retournement de position de la commune sème la confusion et soulève de nombreuses interrogations. Mais quelles raisons pourraient expliquer ce virage à 180 degrés? Les agissements de la commune, orchestrés par son syndic, seraient-ils l'expression d'un sentiment anti-français farouchement ancré ou une réelle jalousie envers les nouveaux arrivants de la commune?

Par ailleurs, il est tout à fait inquiétant qu'un syndic utilise sa position politique au sein de la commune afin de faire valoir ses propres intérêts et empêcher les nouveaux arrivants de contribuer à l'essor économique et touristique de la région!

Il est grand temps que soient mises de côté les jalousies existantes ainsi que la xénophobie, qui ne font que nuire à l'image de la commune de Perroy. Il convient de consacrer davantage d'énergie à la mise en avant des fleurons de la commune, dont font partie le Château de Malessert et le Château de Perroy.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.