Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

95 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 déc. 2021

Déficit commercial : La "reconquête industrielle" de la France

Le rapport sur le déficit récurent de la balance commerciale, montre que la France est en situation de « déclassement » industriel, depuis près de 20 ans, à cause de nos politiques , qui ont privilégiés la sous-traitance, sous le dictat de la mondialisation. Selon François Bayrou, il faut plus de « Made in France ». Le bon sens sera t-il entendu ?.

Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le rapport du 7 Décembre 2021, sur le déficit commercial de la France, de François Bayrou, haut-commissaire au Plan, tombe à point nommé dans les débats pour l’élection présidentiel de 2022.

En comparant le solde des balances commerciales de nos pays voisins, le haut-commissaire au plan s’insurge de voir la France en situation de « déclassement » industriel, depuis près de 20 ans, et qu’aucun énarque ne s'était penché sur la question. François Bayrou pousse à la ré-industrialisation de la France pour réduire le déficit commercial - bref, il faut plus de «  Made in France ». Il est affligent de constater que l’Espagne, l’Italie et les pays-bas s’en sorte mieux que la France. Le constat est sans appel : un pays comme la France "qui produit des fusées, des avions, des voitures parmi les meilleures du monde" devrait aussi être capable de fabriquer des produits du quotidien, comme le fait l’Allemagne. La crise du Covid a pourtant mis en évidence que la France était dépendante de la Chine, pour la fabrication de protections sanitaires, sans grande valeur ajoutée certes, mais au combien essentielles. Après deux ans de crise sanitaire, le président Emanuel Macron n’a pas ébauché la ré-industrialisation de la France, bien au contraire : on continue comme avant. C’est sans compter sur les émissions de gaz à effet de serres, dues au transport des matières premières dans un autre pays, pour y être transformées avec une main d’oeuvre moins chère, et ensuite pour revenir en France pour y être consommés.

Le haut-commissaire au plan a savamment marquée les esprits avec les légumes qui composent la ratatouille. Dans un pays agricole, comme la France, il est navrant de constater que la culture de l’oignon, la courgette, le poivron et l’aubergine engendre un déficit commercial de 650 millions d’euros en 2020, sans compter sur la pollution engendrée par le transport de ces légumes en provenance des pays voisins.

Mon approche se base sur les 10 familles de produit dont le solde positif est le plus élevé, et les 10 familles de produit dont le solde négatif est le plus élevé (voir ci-dessous) , qui représente 50% du déficit de la balance commercial  2020, évaluée à  89,39 milliards d’euros.

Le montant de exportations et des importations 2020 sont respectivement de 408,425 milliards d’euros et de 497,815 milliards d’euros.

Les 9305 postes de nomenclature NC8 (nomenclature Combinée sur 8 chiffres), sont répartis en 97 familles de produit.

En analysant les 10 familles de produit dont la balance commerciale est négative, il en ressort qu’il faut :

    - privilégier la préférence nationale pour l’achat de véhicules pour les administrations (police, gendarmerie, etc …),

    - re-localiser la fabrication de l’électroménager (réfrigérateur, congélateur, conditionneur d’air, ….),

   - re-localiser la fabrication des médicaments (antibiotiques, insuline, hormones stéroïdes et protéique), afin d’être maître de la santé des       français.

   - re-localiser la filière bois (meubles, parquet, poutre, etc …), au lieu d’exporter les billes de bois en Chine pour y être débitée,

   - consommer des fruits et légumes de saison (kiwi importé de Nouvelle Zélande en Hiver).

En analysant les 10 familles de produit dont la balance commerciale est positive, il en ressort les enseignements suivants :

   - qu’il vaut mieux importer les matières premières, et fabriquer localement (fabrication de bijoux),

   - l’industrie de pointe (avions et hélicoptères) est à développer dans d’autres domaines,

   - la fabrication locale (laitière, vins et alcools) est à developper dans d’autres domaines.

La vente d’animaux vivants ( famille de produit 1) présente un excédent de 1,8 millards d’euros, qu’il faut minorer par l’achat de viandes (famille de produit 2) qui présente un déficit de 916 millions d’euros. En effet les animaux sont envoyés dans les pays-bas pour être abattus, puis ensuite renvoyés en Allemagne pour y être débités en morceaux, pour afin revenir en France pour y être consommés. Pour un gain sur la main d’oeuvre, les gouvernements ferment les yeux sur l’empreinte carbone du transport routier.

Il en est de même sur bien d’autres familles de produit, tel que :

   - la fabrication des yaourts dans un pays de l’UE (ou la main d’oeuvre est moins chère) à partir de lait français,

   - la fabrications des chips dans un pays de l’UE à partir de pommes de terre françaises.

Les 10 familles de produit dont le solde négatif est le plus élevé

Ces 10 familles de produit représentent en solde de -106,4 milliards d’euros.

Les combustibles minéraux (27), avec une balance commerciale de -26,2 milliards d’euros, comprend notamment :

    - Huiles brutes de pétrole :  - 10,1 Md€,

    - Gas oil de pétrole:  - 6,5  Md€,

    - Gaz naturel liquéfié:  - 2,3 Md€,

    - Gaz naturel à l'état gazeux:  - 2,7 Md€,

    - Energie électrique:  + 1,15 Md€.

La construction des automobiles (87), avec une balance commerciale de -18,4 milliards d’euros, comprend notamment : Voitures de tourisme:       - 11 Md€.

La construction mécanique (84), avec une balance commerciale de -14,6 milliards d’euros, comprend notamment :

    - Moteurs à pistions > 1000 cm3:  motoculteur : +1 089,6 M€,

    - Turboréacteurs  > 132 kN:  + 2,8 Md€,

    - Micro-ordinateurs portables:  - 4,37 Md€,

    - Imprimantes, télécopieurs:  - 1,35 M€,

    - Accessoires pour batteuses et faucheuses:  - 529,3 M€,

    - Réfrigérateurs et congélateurs:  - 645,5 M€,

    - Machines et appareils pour le conditionnement de l’air:  - 1,24 Md€.

La construction de matériels électriques (85), avec une balance commerciale de - 13,5 milliards d’euros, comprend notamment :

   - Téléviseurs couleurs:  -1,08 Md€,

   - Téléphones portables:  - 4,6 Md€,

   - Appareils pour la réception du son:  - 2,72 Md€,

   - Circuits intégrés numérique:  + 2,3 Md€,

   - Jeux de fils pour bougies d’allumage:  - 778 M€,

   - Accumulateurs au lithium-ion:  -921,7 M€.

La production des produits de chimie organique (29), avec une balance commerciale de -6,9 milliards d’euros, comprend notamment :

   - le chloroéthylène:  - 176,3 M€,

   - les composés hétérocycliques d’azote:  -172,4 M€,

    - les acides nucléiques et leurs sels:  -362,3 M€,

    - l’Insuline et ses sels:  -458,3 M€,

    - les hormones polypeptidiques, protéiques et glycoprotéiques:  -921,2 M€,

    - les hormones stéroïdes:  - 1 002,6 M€,

    - les Antibiotiques:  - 329,6 M€.

La fabrication des textiles (63), avec une balance commerciale de - 6,8 milliards d’euros, comprend notamment :

    - les articles de matières textiles, utilisés dans les hôpitaux:  -5,5 Md€,

    - le linge de lit:  - 386,1 M€,

    - le linge de toilette ou de cuisine:  - 174,6 M€,

    - les sacs et sachets d’emballage:  -161,1 M€.

La fabrication des meubles et luminaires (94), avec une balance commerciale de - 6,2 milliards d’euros, comprend notamment :

    - les sièges, avec bâti en bois ou en métal:  - 1,8 Md€,

    - les meubles en métal:  - 600 M€,

    - les meubles en bois:  -1,6 Md€,

     - Parties de meubles en bois ou en metal:  - 486 M€,

     - Lustres et autres appareils d'éclairage électrique:  - 506 M€.

La fabrication des vêtements (61 et 62), avec une balance commerciale de -9,5 milliards d’euros, comprend notamment :

    - Pantalons, culottes, salopettes à bretelles et shorts:  - 1 721 M€,

    - T-shirts et maillots de corps:  - 1 026 M€,

    - Chandails, pull-overs, cardigans, gilets et sous-pulls:  -1 270 M€,

    - Collants, bas, mi-bas et chaussettes:  - 360 M€,

    - Anoraks et blousons:  - 497 M€,

    - Manteaux, imperméables, cabans et capes:  - 196 M€,

    - Robes de fibres synthétiques:  - 317 M€,

    - Chemises et chemisettes:  - 244 M€,

    - Chemisiers, blouses, blouses-chemisiers et chemisettes:  -312 M€.

La consommation de fruits (8), avec une balance commerciale de -4 milliards d’euros, comprend notamment :

    - Amandes:  - 271 M€,

    - Bananes:  - 406 M€,

    - Avocats, frais ou secs:  - 375 M€,

   - Mandarines et clémentines:  - 374 M€,

   - Citrons "Citrus limon, Citrus limonum", frais ou secs:  - 186 M€,

   - Pommes fraîches:  + 338 M€,

   - Kiwis frais:  - 167 M€.

Les 10 familles de produit dont le solde positif est le plus élevé

Ces 10 familles de produit représentent en solde de 62,4 milliards d’euros.

La fabrication aérienne et spatiale (88) ,avec une balance commerciale de + 14 milliards d’euros, comprend notamment :

    - Avions à propulsion à moteur, d'un poids à vide > 15 000 kg:  + 15,8 Md€,

    - Parties d'avions ou d’hélicoptères:  -3,7 Md€.

La fabrication de vins et alcools (22) , avec une balance commerciale de + 11,2 milliards d’euros, comprend notamment :

    - Eaux minérales:  + 600 M€,

    - Champagne:  + 2,4 Md€,

    - Vins mousseux:  + 303 M€,

    - Vins blanc français:  + 871 M€,

    - Vins rouge français:  + 2,7 Md€,

   - Cognac:  + 2,7 Md€.

La fabrication de produits de parfumerie (33) , avec une balance commerciale de + 10,4 milliards d’euros, comprend notamment :

   - Produits de beauté ou de maquillage:  + 5,6 Md€,

   - Eaux de toilette:  + 2,2 Md€,

   - Parfums:  + 1 Md€.

La fabrication de produits pharmaceutiques (30), avec une balance commerciale de + 8 milliards d’euros, comprend notamment :

   - Médicaments présentés sous forme de doses:  + 7,3 Md€,

   - Vaccins pour la médecine humaine:  + 3,25 Md€,

   - Achat des produits immunologiques:  - 3,2 Md€.

La culture des céréales (10), avec une balance commerciale de + 8 milliards d’euros, comprend notamment :

   - Blé:  +3,6 Md€,

   - Orge:  + 1,18 Md€,

   - Maïs:  + 1,2 Md€.

La fabrication d’accessoires en cuir ou matière synthétique (42) , avec une balance commerciale de + 4,1 milliards d’euros, comprend notamment :

   - Sac à main : + 3 Md€,

   - Portefeuilles, porte-monnaie, étuis à clés ou à cigarettes, blagues à tabac : + 1 Md€,

   - Sacs de voyage, trousses de toilette, sacs à dos et sacs de sport : + 225 M€,

   - Sacs de voyage, trousses de toilette, sacs à dos et sacs de sport, à surface extérieure en matières textiles : - 206 M€,

   - Sacs isolants pour produits alimentaires et boissons : - 163 M€.

Produits des industries chimiques (38) , avec une balance commerciale de + 3,1 milliards d’euros, comprend notamment :

   - Additifs pour huiles lubrifiantes, contenant des huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux : +1,1 Md€,

   - Insecticides : + 394 M€,

   - Fongicides : + 896 M€,

   - Herbicides : + 476 M€,

   - Réactifs de diagnostic ou de laboratoire : - 386 M€,

   - Produits chimiques, composés de constituants organiques : + 327 M€.

Produits laitiers et ses dérivés (4), avec une balance commerciale de + 2,5 milliards d’euros, comprend notamment :

   - Lait en poudre : + 682 M€,

   - Lactosérum : + 220 M€,

   - Beurre naturel : + 221 M€,

   - Beurre déshydraté (lyophilisé) : - 442 M€,

   - Fromage frais : + 142 M€,

   - Mozzarella frais : - 146 M€,

   - Fromage fondu : + 181 M€,

   - Saint Nectaire, Cantal, Camembert, Brie : + 660 M€,

   - Fromages d'une teneur en matières grasses <= 40% : + 666 M€,

   - Fromages d'une teneur en matières grasses > 40% : + 176 M€.

Animaux vivants (1), avec une balance commerciale de + 1,8 milliards d’euros, comprend notamment :

   - Bovins : + 1,38 Md€,

   - Porcins : + 128 M€.

Fabrication des bijoux (71), avec une balance commerciale de + 1 milliards d’euros, comprend notamment :

   - Diamants : - 238 M€,

   - Pierres précieuses : - 80 M€,

   - Argent : - 200 M€,

   - Or sous formes brutes, à usages non monétaires : + 422 M€,

   - Articles de bijouterie ou de joaillerie : + 1 041 M€,

   - Bijouterie de fantaisie : + 84 M€.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz