Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

91 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2022

Mesures du gouvernement pour plafonner la hausse de l’électricité en 2022.

La finalité des mesures présentées par Bruno Lemaire met EDF dans le rouge, tout en favorisant les distributeurs alternatifs. Le gouvernement demande à EDF de s’endetter pour réduire la facture en électricité des ménages, à des fins probablement électorales ….

Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l’article des Echos du 13 Janvier 2021, on peut y lire : « Dès la fin du mois de septembre, le Premier ministre Jean Castex s'était engagé à contenir la hausse du tarif réglementé de vente de l'électricité (TRV), le fameux tarif « bleu » d'EDF, à seulement 4 %, mais cela s'est vite révélé plus compliqué à tenir que prévu. La hausse du tarif, si aucune mesure n'était prise, devrait finalement s'élever « à 35 % », indique Bruno Le Maire dans un entretien publié sur le site du Parisien.»

Or ce que nos ministres ne semblent pas connaître (à moins qu’il ne fassent l’âne), c’est que le TRV intègre des frais de gestion, de transport, de distribution et de production. Il est fixé par la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) sous le vocable TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité). Ce tarif est révisé tous les 4 ans par la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) , soit à la demande d’EDF pour y inclure des coûts d’entretien et de modernisation du réseau électrique, soit à la demande des fournisseurs alternatifs qui dénoncent que le prix ne reflète pas celui du marché européen. Le dernier TURPE 6 a été publié le 23 avril 2021 au Journal Officiel. Les grilles tarifaires sont applicables à compter du 1er août 2021.

Pour plus de détails voir l’article « Le prix de l’électricité s’envole : merci la Commission Européenne. ».

Ainsi entre 2019 et 2023 le prix du TURPE augmentera de 10%, auquel il faudra rajouter l’augmentation de la part des distributeurs, alternatifs ou pas.

La CRE a publiée le 23 Décembre 2021, une analyse comparative des tarifs de tous les distributeurs alternatifs d’électricité au troisième trimestre 2021. 

Le tableau ci-dessus concerne la comparaison des offres en électricité à prix fixe pour un client type Base. L’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité, tant voulue par Bruxelles, ne porte pas ces fruits, c’est plutôt l’inverse, la plupart des distributeurs alternatifs sont plus cher qu’EDF, bien qu’ils bénéficient du tarif Arenh à 42 € / MWh, jusqu’en 2025 (un quart de la production nucléaire, soit 100 TWh, est réservée aux 82 distributeurs alternatifs). Ce tarif Arenh n’a jamais été réévalué depuis sa création en Décembre 2010, sous l’injonction de la Commission Européenne avec la loi NOME.

Selon l’entretien de Bruno Le Maire publié sur le site du Parisien, le gouvernement aurait recours aux deux mesures suivantes, pour plafonner à 4% l’augmentation du prix des factures d’électricité :

1) réduire la taxe intérieure de l'électricité (TICFE), appelée aussi CSPE (Contribution au Service Public d’Electricité) de 22,50 €  / MWh à 0,50 €  / MWh (le minimum autorisé par Bruxelles). Cette taxe est destinée à soutenir les énergies renouvelables ainsi qu'à l'obligation d’achat, par la Commission Européenne, de l'électricité qui s'y attache. Ainsi avec une production RTE de 500 TWh, cela représente 11 milliards d’euros en moins pour financer les investisseurs privé qui ont investi dans les Enr.

Or cette taxe est affublée d’une TVA à 20%, ce qui représente 2 millards d’euros en moins de recette pour l’Etat.

Bruno Lemaire annonce 8 milliards d'euros de moins pour le budget d’EDF. Quelle est la part d’investissement d’EDF dans les Enr ?. Cela justifierait de passer de 11 à 8 millards d’euros ?.

2) le volume de l’Arenh passerait provisoirement de 100 TWh à 120 TWh, et le tarif passerait de 42 €  / MWh à 46,20 €  / MWh, ce qui permettrait de réduire la facture des distributeurs alternatifs tout en augmentant les recettes pour EDF. Avec cette mesure EDF va gagner 3,2 millards d’euros supplémentaire sur la vente de son électricité nucléaire.

La demande des distributeurs alternatifs était pour 2022 de 160 TWh, aussi cette mesure réduirait  les charges des distributeurs alternatifs d’environ 5 millards d’euros, en achetant 20 TWh de moins sur le marché Spot à 250 €  / MWh.

A moins que les 8 millards annonce par Bruno Lemaire proviennent de la différence entre les 11 millards de recette en moins et les 3,2 millards de recette en plus.

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, a déclarée sur LCI : « Nous remercions EDF de faire cet effort pour l’intérêt général, évidemment nous serons aux côtés d’EDF pour les aider à passer cette difficulté ».

Encore une fois le gouvernement demande à EDF de s’endetter pour réduire la facture en électricité des ménages, à des fins probablement électorales ….

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française