Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

95 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2021

La prime « inflation » de 100 € : mesure électorale déloyale .

Le président Emanuel Macron, qui ne s’est pas encore déclaré candidat aux élections présidentielles de 2022 a tout le loisir de financer des mesures pour courtiser les électeurs qui gagne moins de 1,6 Smic net. En effet cette mesure n’est financée qu’à 25% par la TVA, la dette fera le reste.

Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La prime « inflation » annoncée par le gouvernement s'adresse aux classes moyennes. Pour déterminer l'éligibilité à l'indemnité inflation, le gouvernement a déterminé un plafond : sont donc concernés les Français qui gagnent moins de 2 000 euros net par mois (avant application du prélèvement à la source ), et ce, quels que soient leur statut et leur profession. Salariés, indépendants, fonctionnaires, agriculteurs, retraités, apprentis, étudiants sont dans le viseur de cette mesure, qu'ils soient à temps complet ou à temps partiel. Au total, 38 millions de personnes en France devraient en bénéficier.

À noter que l'aide est perçue à titre individuel. En d'autres termes, au sein d'un couple par exemple, si les conjoints gagnent tous deux moins de 2 000 euros net par mois, ils toucheront la prime « inflation » tous les deux, soit 200 euros au total.

Gabriel Attal a déclaré au micro de France 2 « Ce seuil de 2 000 euros qui a été décidé, par personne et non à l'échelle du foyer fiscal, il permet de couvrir plus de la moitié des personnes qui travaillent et 70% des retraités.». Ces 100 € ne seront pas imposables surenchérit le porte parole du gouvernement Gabriel Attal.

Comment cette prime « inflation »va t-elle être financée ?

En se référant aux données fournies par l’UFIP (Union Française des Industries Pétrolières) entre le 1ier  Janvier  2021 et le 15 Octobre 2021 pour le Gazole et le SP95 :

Gazole

La TICPE est restée à 0,609 € / litre.  Le coût de distribution est resté en moyenne à  0,163 € / litre.  Le coût du brut est passé de 0,296 € / litre à 0,529 € / litre (soit une augmentation de 78%).

Essence SP95

La TICPE est restée à 0,691 € / litre. Le coût de distribution est resté en moyenne à  0,165 € / litre. Le coût du brut est passé de 0,283 € / litre à 0,541 € / litre (soit une augmentation de 91%).

En conclusion, la taxe TICPE et les coûts de distribution n’ont pas augmentés sur l’année 2021, par contre les recettes de TVA à 20% qui s’appliquent sur le coût brut des carburants, le coût de distribution et la TICPE ont largement augmentées par rapport au budget initial 2021. Le gouvernement compte sur ce gain de recette de TVA pour financer la prime « inflation ».

Selon l’INSEE la consommation des produits pétroliers en 2019 était :

- Gazole : 32,8 millions de tonnes

- Essence SP95 et SP98 : 8,5 millions de tonnes

En linéarisant la consommation du Gazole et de l’essence sur 12 mois, et en prenant les valeurs de recettes de TVA en début de mois, on peut en déduire que les recettes annuelles de TVA sont respectivement de 7,8 milliards d’euros pour le gazole et de 2,2 milliards d’euros pour l’essence.

S’il n’y avait pas eu d’augmentation du prix des carburants, les recettes annuelles de TVA auraient été respectivement de 7 milliards d’euros pour le gazole et de 2 milliards d’euros pour l’essence.

Ainsi les recettes supplémentaires de TVA en 2021 seront respectivement de 800 millions d’euros pour le gazole et de 250 millions d’euros pour l’essence, soit un montant total de 1,050 milliards d’euros.

Le coût de la prime « inflation » est de 38 millions x 100 euros = 3,8 milliards d’euros.

ll ne faut pas se leurrer, c’est encore la dette qui va financer les 2,8 millards d’euros restants.

Le président Emanuel Macron, qui ne s’est pas encore déclaré candidat aux élections présidentielles de 2022 a tout le loisir de financer des mesures pour courtiser les électeurs qui gagne moins de 1,6 Smic net.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix