Hé, Laura Morante, tu veux un shot ?

 

Laura Morante est une très bonne actrice d’origine italienne qui tourne régulièrement en France. J’ai particulièrement en mémoire son rôle bouleversant dans La Chambre du fils de Nani Moretti. Elle est également réalisatrice, voir par exemple, La cerise sur le gateau avec Pascal Elbé et Isabelle Carré. Bref, à 62 ans, elle est une artiste accomplie et, ce qui ne gâte rien, elle est la nièce de la grande écrivaine Elsa Morante.

 

Mais c’est comme pour Ghosn, on peut toujours avoir besoin d’argent. Et lorsqu’on est actrice, jolie (même sans Photoshop) et encore jeune, on fait de la pub. Pourquoi pas pour un produit « dermocosmétique de pointe ».

 

J’imagine que Morante n’est pas responsable du laïus censé inviter de manière pressante les dames d’âge mûr à acheter des laboratoires Liérac. En français, les ploucs prennent un coup de vieux. Les femmes branchées, quant à elles, ne sauraient prendre un coup de jeune. Non, elles prennent un shot de jeune. L’utilisation de l’anglais, dans ce cas comme dans beaucoup d’autres, n’est pas neutre. C’est exactement comme lorsqu’on dit Black à la place de noir. Il s’agit de dire sans le dire tout en le disant. Aux Noirs, on exprime – et ils l'expriment eux même – qu’ils sont noirs sans le leur exprimer, mais le stigmate est bien présent. Aux femmes soixantenaires, on intime gentiment mais fermement, le conseil d’en mettre un « coup » (l’image vulgairement obscène est sous-jacente) pour empêcher la décrépitude.

 

 

Hé, Laura Morante, tu veux un shot ?

 

PS : dans le cas suivant concernant le banquier qui nous gouverne dans un affolement de plus en plus perceptible, il s’agit plutôt d’une provocation. Le mari de Bri-Bri d’amour ne peut plus s’adresser aux Français que dans ce registre. Heureusement, il ne fait plus rire personne, sauf quelques quarterons de transportés larvaires.

Hé, Laura Morante, tu veux un shot ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.