Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

945 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 févr. 2018

Connaissez-vous le père de Tariq Ramadan ?

Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chaque fois que l’on écrit sur Tariq Ramadan, on n’oublie jamais de rappeler qu’il est le petit-fils du fondateur des Frères musulmans Hassan el-Banna. Fondée en 1928, la société des Frères musulmans visait à lutter contre la colonisation britannique par le biais d’un islam social et la stricte observance de la loi islamique. Hassan el-Banna sera assassiné le 12 février 1949, vraisemblablement par des membres des services secrets égyptiens. Il ne mourra pas sur le coup : on le laissera baigner dans son sang pendant des heures. Son gendre et héritier spirituel Saïd Ramadan poursuivra son projet panislamiste.

Né en 1926, Saïd Ramadan fondera la branche palestinienne du mouvement lancé par son beau-père. Puis la Société islamiste d’Allemagne, enfin la Ligue musulmane mondiale. On peut d’ailleurs se demander si son fils n’éprouva pas un malin plaisir à enseigner dans la plus prestigieuse des universités anglaises alors que le combat de son grand-père avait été motivé par l’impérialisme britannique.

Saïd épouse la fille aînée de Hassan qui lui donnera cinq garçons, dont Tariq, et une fille. Il crée la branche de Jérusalem des Frères musulmans en octobre 1945. Il prêche à la mosquée Al-Husseini d’Amman fréquentée par le roi Abdallah. En mai 1948, il repart avec des volontaires pour la Palestine aider Abdel-Kader al-Husseini à lutter contre le tout récent État hébreu. Le roi Abdallah le nomme chef de la cour militaire de Jérusalem, mais il démissionne après deux mois. Certains pensent qu’il entretient alors une relation privilégiée avec les États-Unis dont la politique au Moyen-Orient est de limiter l'influence de la France et du Royaume Uni. Il part au Pakistan, pays fondé en août 1948 – sur des bases islamiques – après la partition de l’Empire des Indes. Très apprécié, il intervient régulièrement sur Radio Pakistan et va jouer le rôle d’ambassadeur culturel du Pakistan dans les pays arabes. Il se coiffe du jinnah, le chapeau rendu célèbre par Muhammad al-Jinnah, fondateur du pays. Il reçoit un passeport diplomatique qu’il utilisera lorsque sa nationalité égyptienne aura été révoquée.

Le 8 décembre 1948, après l’assassinat du Premier ministre égyptien par les Frères musulmans, le mouvement est déclaré illégal. Saïd Ramadan retourne en Égypte en 1950 et publie à partir de 1952 le mensuel Al-Muslimun où il défend les idéaux de Sayyid Abul Ala Maududi, théologien pakistanais partisan d’une application rigoureuse de la Charia (l’un de ses préceptes favoris étant : « Toute chose dans l'univers est ‘ Musulman ’ car obéissant à Dieu en se soumettant à Ses lois »).

Au début des années cinquante, les États-Unis nouent des relations avec les Frères musulmans en qui ils voient des alliés contre Nasser et les mouvements panarabes au Moyen-Orient. En 1953, Saïd Ramadan participe à un colloque sur la culture islamique à l’université de Princeton, sous l’égide de la Bibliothèque du Congrès, congrès qui concrétise les relations entre le gouvernement des Etats-Unis et les islamistes. La même année, le président Eisenhower reçoit à la Maison Blanche une délégation incluant Saïd Ramadan.

En 1954, Saïd Ramadan est arrêté suite à la dissolution des Frères musulmans, puis relâché et expulsé. Il s’établit à Damas et étend l’influence des Frères musulmans en Syrie, au Liban et en Arabie saoudite. Dans son esprit, l’Arabie saoudite doit devenir la base de l’islamisation mondiale.

En 1958, il s’établit à Genève, où naîtra Tarik. Il se rend en Allemagne où il prend contact avec les fondateurs du futur Centre islamique de Munich (Islamische Gemeinschaft in Deutschland, IDG). En 1959, il obtient un doctorat de droit (jurisprudence de la charia) de l’université de Cologne. Son directeur de thèse le trouve « intelligent mais un petit peu fanatique » [sic]. Fondé pour d’anciens transfuges de l’Armée rouge issus des républiques musulmanes de l'URSS, l’IGD devient la branche allemande des Frères musulmans. Puis il s’intéresse au Centre islamique de Genève qu’il a fondé en 1961. Il établit un centre à Londres en 1964. Ces fondations sont facilitées par des contributions saoudiennes.

Le 30 août 1965, Nasser accuse les Frères musulmans d’avoir reconstitué leur organisation et de fomenter un coup d’État. Leur leader est arrêté, jugé et pendu le 29 août 1966. Saïd Ramadan est au nombre des accusés. Condamné par contumace à trois peines de 25 ans, il perd sa nationalité égyptienne. À Genève, il est un temps menacé de kidnapping par des agents égyptiens. Là, il devient l'ami de François Genoud, banquier suisse proche des nazis depuis sa rencontre avec Hitler et converti à l’islam. En 1973, il participe à l’établissement du Conseil islamique européen à Londres. On le soupçonne d’être l’auteur d’un plan d’islamisation de l’Europe daté de 1982 et découvert en 2001 par les renseignements suisses.

Il meurt le 4 août 1995 et est enterré au Caire, l’Arabie saoudite lui ayant refusé une sépulture.

Jésus, Marie, Joseph ! On peut donc dire qu’en ce qui concerne Tariq, bon sang ne saurait mentir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’Ecole et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli