La chair à canon du banquier

You Tube a censuré la vidéo de la main arrachée ("contenu violent ou choquant") devant l'Assemblée nationale. Quatre doigts qui ne repousseront pas. You Tube n'en est pas encore à censurer les photos des camps de concentration nazis, mais ce serait pourtant dans le droit fil de sa philosophie humaniste.

 

J'ai récupéré sur Twitter la photo de cette main qu'il faut voir. Le banquier impose au peuple français une séquence absolument terrible. Nous sommes revenus au temps des gueules et des mains cassées.

 

 

La chair à canon du banquier

 

 

Imaginons que la grenade ait explosé au niveau du visage du manifestant ! 

 

C'est une grenade similaire qui avait tué Rémy Fraisse il y a quatre ans.

 

 Ces grenades contiennent 25 grammes de TNT. Elle sont lancées en cloche. Les gendarmes affirment qu'ils les utiliseront jusqu'à épuisement des stocks en 2021.

 

La victime ne présentait aucun danger pour les forces de l'ordre. Il s'agissait d'un jeune Gilet Jaune qui prenait des photos des gens en train de pousser les palissades de l'Assemblée nationale à la mi-journée. 

 

Le JT de France 2 a récemment, une fois n'est pas coutume, publié un reportage très intéressant sur les méthodes de la police allemande pour contrer et disperser les manifs. Des flics sans matraque, sans grenade de désencerclement, sans LBD. Juste des canons à eau. La démonstration était faite que la violence des manifestants est nourrie par la violence des flics. En Allemagne, on ne tire pas sur le peuple, on le repousse. Le banquier en a décidé autrement. Il veut terroriser le peuple en faisant passer des manifestants pacifiques pour des terroristes.

 

On ne le répétera jamais assez : le degré de violence dans les manifestations est le choix des autorités. Plus les flics sont armés et ressemblent à des Mad Max qui n'ont plus rien d'humain, plus les manifestants sont enclins à la violence et ont envie d'en découdre. Ce qui n'était pas le cas, encore une fois, de ce photographe traumatisé à vie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.