Agence d'intérim et capitalisme financier

 Récemment, Arte a diffusé un film formidable de Gérard Mordillat et Bertrand Rothé sur le travail, le salaire et le profit. Tous les intervenants, français, togolais, étasuniens, allemands se rejoignaient pour dire que la sphère économique avait pris le pas sur le politique et que, à moins d’une confrontation violente entre les riches et les pauvres, le processus allait continuer inexorablement. Ils expliquaient, dans ce contexte, l’extrême férocité de la police du banquier éborgneur qui fait et fera tout pour permettre que l’injustice, en France et hors de France, s’aggrave.

 

L’affiche ci-dessous résume le monde tel qu’il est. Le discours dominant nous est désormais délivré par des entreprises privées, ici une agence d’intérim dont la raison sociale est exprimée en globish. Devant le visage lisse d’une jeune bobo qui ne semble pas tout à fait tranquille (pardonnez mon reflet sur sa droite), il nous est affirmé, d’une manière très vague, que « le monde a changé ». Mais, heureusement, Startpeople a la réponse “ réaliste ”. Observez que cette société propose d’abord de l’intérim, puis des CDD et enfin des CDI. Le monde a donc changé en mal et les solutions proposées, à prendre ou à laisser, sont bien frustrantes pour les travailleurs – pardon, les collaborateurs.

 

 

Agence d’intérim et capitalisme financier

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.