Limitations de vitesse, ronds-points, tout passe, tout lasse...

Lorsque Michel Rocard, l'immense homme politique inventeur de la CSG, cette ignominie, a abaissé la vitesse en ville de 60 à 50, il y a eu des cris d'orfraie pendant des mois. Aujourd'hui, les maires généralisent la vitesse à 30 km/h, en accompagnant cette mesure, évidemment, de quantités de ralentisseurs qui bousillent nos freins et nos amortisseurs, sans parler de ronds-points de plus en plus somptueux et superfétatoires, dignes de Le Nôtre, qui cachent des pots-de-vin souvent scandaleux (la France compte autant de ronds-points que le reste du monde). Réaction des Français ? Aucune. Les temps changent.

 

Prenons Auch, un exemple parmi des milliers. Dans le centre ville et la basse ville, le maire a installé, dans des rues banales, ne présentant aucun danger particulier, la limitation à 30, agrémentée de nombreux ralentisseurs, dont certains énormes, non réglementaires. Combien de piétons fauchés par des voitures depuis 30 ans à Auch ? Zéro. En revanche, je pourrais citer le cas de rues très pentues, sinueuses, avec peu de visibilité, où la vitesse est limitée à 50 (les panneaux 50 furent réclamés pendant des années par les riverains), que des camions dévalent sans tabou ni vergogne. Force est d'en conclure que la sécurité n'a rien à voir dans tout cela.

 

Limitations de vitesse, ronds-points, tout passe, tout lasse...

 

 

Limitations de vitesse, ronds-points, tout passe, tout lasse...

 

 

On a l'impression que tous ces maires qui jouent avec nos nerfs, nous disent : " Je crée et vous impose mon territoire. Pliez vous à ma fantaisie. J'éprouve une jouissance certaine à vous voir cracher au bassinet pour l'aménagement luxueux de simples croisements de routes".

 

Limitations de vitesse, ronds-points, tout passe, tout lasse...

 

Limitations de vitesse, ronds-points, tout passe, tout lasse...

 

Limitations de vitesse, ronds-points, tout passe, tout lasse...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.