Orange : une vieille tradition d'inhumanité

 

Certains se sont étonnés de voir de hauts dirigeants d'Orange traînés en justice pour avoir été indirectement responsables de suicides de salariés, qualifiés de "mode" par l'un des responsables. Ces relations brutales ne datent pas d'hier. Par parenthèse, je ne suis pas trop inquiet pour ces cadres supérieurs : la Justice sera pour eux plus clémente que pour tel Gilet jaune qui a arraché un portrait du banquier éborgneur et noyeur dans un édifice public.

 

Dans les années 70, dans un département du sud-ouest qui m'est cher, le receveur d'un bureau de poste d'un village situé à une trentaine de kilomètres du chef-lieu, fut assassiné par des malfrats qui voulaient sa caisse. A l'époque, il pouvait y avoir ponctuellement beaucoup d'argents dans les recettes.

 

Le directeur général départemental ne se déplaça pas, prétextant un rendez-vous important avec une huile parisienne, et ne daigna même pas informer la famille. Il fallut que des salariés syndicalistes (CGT) se chargent de cette mission et accompagnent la fille du receveur sur les lieux du drame.

 

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.