Misère de la Fonction publique

Qu'ils soient éborgneurs ou pas, arracheurs de mains ou pas, les flics sont traités comme des moins que rien par les pouvoirs publics.

 

Sur la porte d'entrée d'un commissariat d'un quartier un peu bourgeois de Lyon. Du papier froissé, du ruban adhésif qui colle à peine. Des gribouillis à la main.

 

Misère de la Fonction publique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.