Le politiquement correct : même à Windsor

Eugenie est une des petites filles de la reine d'Angleterre. Elle a convolé récemment en justes noces dans la chapelle du château de Windsor.

 

Elle avait choisi une robe avec un décolleté en V, devant comme derrière. Celui de derrière n'était pas vraiment nécessaire sauf pour montrer qu'on a beau être la fille de Sarah Ferguson, on n'en est pas moins politiquement correcte. Le V laissait apparaître, soulignait, dirais-je, une cicatrice très impressionnante consécutive à une opération pour cause de scoliose à l'âge de 12 ans.

 

Quand on est de gauche, ce genre de détail, on s'en tape. Mais quand on est politiquement correct, donc de droite, ce sillon sert à faire parler (les faits-divers qui font diversion, comme disait Bourdieu) et à faire oublier l'important. Ces noces ont coûté 2,3 millions d'euros, payés par le contribuable. Et, plus généralement, des parasites comme ceux-là, dans le monde d'aujourd'hui, on n'en a plus grand chose à faire.

 

 

Le politiquement correct : même à Windsor

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.