Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

961 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 oct. 2019

Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Privatisation de la licence de langue

Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec la loi LRU, Chirac et Pécresse ont officialisé la privatisation de l’enseignement supérieur. Ayant publié plus de 250 articles sur le sujet, je n’y reviens pas, sauf pour dire qu’Hollande a amplifié le mouvement. Le banquier éborgneur va aller encore plus loin.

Je reprends ici des argumentaires de collègues universitaires en poste.

Jeudi 17 octobre s’est tenue une réunion du COPIL du CLES (Certification de compétences en Langues de l’Enseignement Supérieur) à laquelle ont participé des représentants du Ministère et de la Conférence des présidents d’universités. Au cours de cette réunion, il a été question du prochain décret (présenté au CNESER mi-novembre) visant à subordonner l’obtention de la licence à la passation d’une certification en langue anglaise (cf. arrêté licence juillet 2018 + p.16 du document “ Projet de loi de finance 2020 ”).

Au cours de cette rencontre, il a été confirmé que l’obtention de la licence deviendra conditionnée par la passation d’une certification reconnue internationalement en langue anglaise à compter des toutes prochaines sessions. Cette certification sera gratuite pour les étudiants car elle sera financée par l’État.

Les conséquences de ce décret seront très graves :

- La disparition du plurilinguisme à l’Université dans les formations LANSAD (langues pour spécialistes d’autres disciplines). La certification étant en anglais, et toutes les composantes n’ayant pas les moyens de financer des LV2, les étudiants devront nécessairement choisir anglais puisque c’est dans cette langue qu’ils passeront la certification afin d’obtenir leur licence.

- Le décret mentionne « une certification reconnue internationalement ». Il faut envisager que les certifications choisies seront l’IELTS (International English Language Testing System) de Cambridge, le TOEIC (Test of English for International Communication ), géré par un organisme géré aux États-Unis et le TOEFL (Test of English as a Foreign Language), également géré par un organisme privé étasunien. L’évaluation des étudiants sera donc déléguée à des organismes privés, financés par l’État (pour une durée de validité qui ne dépasse pas 2 ans). On passe sur le fait que ces certifications n’évaluent pas l’ensemble des compétences, et surtout pas des savoirs.

- Le décret n’impose aucun niveau mais seulement une passation. L’étudiant n’aurait donc aucune obligation de résultat. Quelle Université osera imposer un niveau minimum en anglais si l’Université de la région voisine ne le fait pas ?

- Quel sera alorsle rôle des enseignants ? Continuer à enseigner selon une offre de formation issue de réflexions didactiques menées depuis des années au sein des laboratoires ou proposer des formations standardisées à la passation de tests ? 

- La mise en application de ce décret est prévue pour les étudiants de 3ème année des filières commerce international, LEA et LLCER, BTS et DUT dès 2020. Les étudiants des autres formations seront concernés à compter de la session 2022 (c’est à dire les entrants 2019). Certains étudiants devront donc passer une certification en anglais alors qu’ils ont reçu une formation dans une autre langue. 

Le Bac 2021 prévoit également que l'Etat paye la passation d'une certification en langue auprès d'officines privées. Les étudiants seront donc sans doute tentés de repasser le même test que celui qu'ils avaient passé en classe terminale. L'Etat va donc payer le privé pour fournir des certifications  qui amoindriront la liberté pédagogique et la dignité du métier d'enseignant de langue puisque c'est le résultat du test international, davantage que la note des universitaires, qui importera le plus du fait du prestige présumé de la reconnaissance internationale.

L'enseignant de langue, dans cette perspective aura tôt fait de devenir le sous-traitant chargé de préparer les élèves aux tests sans que son savoir-faire pédagogique et docimologique soit reconnu.  Pour les formations de langues LEA et LLCE, la seule formation universitaire reçue par les étudiants valait à ce jour certification de bon niveau.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement