Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

951 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 oct. 2019

Des slips et des couche-culottes sur des statues de nus à l'UNESCO !

Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour ne pas heurter « certaines sensibilités ». On se demande bien lesquelles…

L'UNESCO, dont le siège est à Paris, a pour rôle de de promouvoir la culture mondiale. 167 Etats en sont membres. En principe à égalité mais certains d'entre eux ont le droit d’exciper de « sensibilités particulières ». On n'en connait pas le nombre exact.

L'UNESCO accueille fréquemment des œuvres d'art contemporaines. Deux statues du sculpteur Stéphane Simon (il est ici sur Facebook) y sont actuellement exposées. Deux nus masculins dans la plus classique tradition gréco-romaine.


Afin de ne pas heurter « certaines sensibilités » (dixit la directrice générale Audrey Azoulay), elles ont été recouvertes, l'une d'un slip, l'autre d'une sorte de couche-culotte. Lee résultat est grotesque et affligeant. Quels sont les Etats qui auraient pu être ainsi offensés par la vision de sexes masculins ? L’artiste n’a pas été informé de cet ajout de sous-vêtements. Stéphane Simon s’était pourtant dit prêt à se munir d’un linge pendant l’exposition pour masquer temporairement le sexe des statues au moment du passage des délégations qui en feraient la demande. Il a donc été le premier surpris des exigences de dernière minute de la vénérable institution.

On comprend bien la fonction dissimulatrice – et tellement utile – de ce slip et de cette couche-culotte. Mais à bien y réfléchir ces attributs vestimentaires destinés à ménager des regards pudiques et fragiles risquent d'avoir, involontairement, une fonction érotisante. Ce qui est caché excite l'imagination bien plus que ce qui est révélé.

Jacques Bouineau, du réseau Antiquité Avenir qui soutient cet événement, est furieux : « Cela fait quatre siècles et demi que le Braghettone a voilé les fresques de la Sixtine, sur ordre de l’Église ! Et c’est à Paris, capitale d’un État laïque, qu’on impose, en 2019, une censure du même ordre à un artiste. Faudra-t-il un jour enfouir dans les réserves de nos musées, ôter des jardins ou des façades de nos monuments publics, les œuvres représentant les chairs, masculines ou féminines, car jugées inopportunes par “ certaines sensibilités ” ? Va-t-on envelopper la statue de David de Michel-Ange, recouvrir les nombreuses fontaines arborant les trois Grâces, telles celles de Raphaël, emmitoufler les femmes nues de Rubens ou d’Ingres ? Le choix qui a été effectué est un choix politique, au sens grec du terme. Et il est extrêmement grave : il porte atteinte à la liberté du créateur, il bafoue un patrimoine artistique majeur de nos civilisations, celui de l’Antiquité. »

L’Unesco s’est contentée, jusqu’à présent, de réponses évasives et dilatoires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Fin de la redevance télé, un débat trop longtemps escamoté
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves