Les Gaulois malads de la COVID

D'après Les animaux malades de la peste de Jean de la Fontaine

Un mal qui répand la terreur,

Mal que l’Orient en sa fureur

Inventa pour punir le monde des affaires,

Covid (puisqu’il faut l’appeler par son nom)

Capable d’envahir en un mois les nations

Faisait aux bons Gaulois la guerre ;

Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés

On n’en voyait plein d’occupés

A rechercher des soins en pharmacie.

Point de remède face à cette pandémie ;

Les vieux comme les ados n’étaient

Tous devenus que de fragiles proies.

Les hommes, les femmes se fuyaient

Plus d’amour, partant, plus de joie.

 

Macron tint conseil et dit : mes chers ministres

Nous voici face à un sinistre

Qui peut causer notre infortune.

Nous sommes en guerre, mes doudous.

Il faut que l’un d’entre nous

Se sacrifie à la cause commune.

Même s’il serait certes bien tentant

D’en accuser tous les sans dents,

Voyons plutôt sans impudence

Notre niveau de résilience.

Pour moi, jeune président fantasque

J’ai négligé le stock de masques

En ai-je honte ? Restons modeste :

J’ai aussi négligé le stock de tests

Et j’ai omis, ô quel bredin,

De provisionner des vaccins.

Je me dévouerai donc s’il le faut

Mais je pense qu’il est bon que chacun se confesse

Car nous risquons, Blanquer, Gourault,

De dégager à grande vitesse.

Sire, dit le Véran, ne soyez pas morose

S’agissant des vaccins, en attendant les doses

Confinez vos sujets, ouvrez des couvre-feux

Pendant qu’ils ont la trouille,

Vous ne risquez rien d’eux

Peut-être tout juste une petite brouille.

Les stocks de masques ? Les stocks de tests ?

Sont-ils utiles ? Obligatoires ?

Contentez-vous de leur faire croire

Que c’est bien moins grave que la peste.

Ainsi dit le Véran, et Castex d’applaudir

Ravi d’entendre un pair parler pour ne rien dire.

Puis, Lemaire, Bachelot, Parly et Lecornu

Darmanin, Pompili, tous les autres aussi,

Même Dupond-Moretti

D’applaudir ce fayot cornecul.

 

Populo vint à son tour et dit : j’ai souvenance

- N’en déplaise à ceux qui président -

Avoir vu des cortèges d’ambulances

Emporter des victimes de Covid.

Il nous fallait des masques ? J’en ai fabriqué tant …

Privé d’achat de livres, privé de restaurant,

J’ai télé-travaillé, seul à mon domicile.

Vous nous avez bien pris pour de vrais imbéciles.

 

A ces mots, tous entrèrent dans une grande fureur

Quel est donc ce Gaulois qui se croit procureur ?

Y’en a marre de ces gens qui se croient tout permis

Et prennent pour pain béni ce que dit LCI

Un tel discours n’était pas acceptable

Il fallait sur le champ arrêter ce minable

Capable, pourquoi pas, de se mettre à râler

Qu’on ouvre les écoles et qu’on ferme les cinés.

 

Tant que l’on n’est pas un premier de cordée

Il nous reste bien sûr le droit de la fermer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.