Bernard Laponche
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 sept. 2018

Bernard Laponche
Abonné·e de Mediapart

Cigéo : Persévérance dans l'erreur

Le projet Cigeo a été jugé non satisfaisant mais la moins mauvaise solution par Nicolas Hulot et maintenant Sébastien Lecornu. Alors qu'une alternative existe, non satisfaisante certes mais réversible et laissant ouvert un choix futur : l'entreposage à sec en sub-surface des déchets nucléaires couplé à un effort de recherche pour réduire leur nocivité et leur durée de vie.

Bernard Laponche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

CIGEO : Persévérance diabolique dans l’erreur

« Errare humanum est, perseverare diabolicum »

Bernard Laponche – Polytechnicien, physicien nucléaire, membre de l’association Global Chance

*

En février 2018 devant le Sénat et en diverses autres occasions, Nicolas Hulot, alors ministre de la transition écologique et solidaire, à propos du « tragique héritage laissé par l’industrie nucléaire », déclarait en substance : « Il n’y a pas de solution satisfaisante pour la gestion des déchets nucléaire. La solution de l’enfouissement en couche géologique profonde n’est pas entièrement satisfaisante mais c’est la moins mauvaise ».

Le 19 septembre 2018, interrogé par le quotidien Le Parisien, Sébastien Lecornu, actuel secrétaire d’Etat au même ministère, chargé de l'énergie, déclarait à propos de cette même solution concrétisée par le projet Cigéo à Bure : « Si demain des scientifiques trouvent la solution miracle, on avisera. Il faut être humble et, comme le concédait Nicolas Hulot, pour l’instant, le stockage souterrain est la moins mauvaise option ».

La référence à Nicolas Hulot devient semble-t-il à la mode. Il est dommage qu’il s’agisse ici d’un contresens. Mode aussi à l’humilité, alors même que le projet Cigéo est l’exemple même de l’arrogance.

L’intéressant est que, sur le fond, on retrouve la même idée : pas de solution satisfaisante, les solutions envisagées sont mauvaises et Cigéo, faisant partie de ces solutions non satisfaisantes, est néanmoins la moins mauvaise (M. Lecornu la qualifie même de « moins pire » sur Europe 1, le 27 février 2018 : c’est vraiment reconnaître la faiblesse du dossier).

Puisque cette solution n’est pas satisfaisante, la logique voudrait que l’on en cherchât une qui le soit. On voit donc apparaître « si demain des scientifiques trouvent la solution miracle, on avisera ». On note la légèreté du propos sur un sujet aussi grave et alors que c’est bien là le sujet central du débat. Cette phrase aurait effectivement un sens si l’on donnait le temps et les moyens aux scientifiques de trouver une solution satisfaisante permettant la réduction de la nocivité et de la durée de vie des déchets nucléaires.

C’est justement ce que le projet Cigéo empêche puisque, outre ses défauts intrinsèques et ses risques, tant en termes de sûreté que de sécurité, mis en évidence tant par l’expertise officielle des organismes de sûreté que par l’expertise indépendante, l’enfouissement des déchets qu’il propose n’est pas réversible et ne laisse aucun autre choix possible au générations futures (et à leurs scientifiques) puisque l’on ne pourra pas revenir en arrière. Cigéo est bien la plus mauvaise option.

La solution qui pourrait satisfaire M. Hulot et M. Lecornu, et même les producteurs de ces déchets, serait justement de « donner du temps » à la recherche, tout en assurant un entreposage sûr et sécurisé des déchets nucléaires. On connaît la réponse : coupler, pendant une période qui peut sans difficultés s’étaler sur trois siècles, un effort international sans précédent de recherche pour réduire la nocivité et la durée de vie de ces déchets, avec un entreposage à sec en sub-surface (faible profondeur non inondable ou flanc de colline), afin d’assurer leur protection, leur contrôle et leur surveillance, dans des conditions d’accessibilité et de réversibilité, comme le demandent les élus de la Nation.

Certes, il faut gérer le tragique héritage des déchets déjà produits mais, puisqu’il n’existe pas aujourd’hui de solution satisfaisante, la sagesse serait de cesser d’en produire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez