L’effet antiviral synergique de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine

Alors que dès le 7 avril dernier j’avais déjà résumé les travaux de l’équipe de Jacques Fantini (INSERM, Marseille) concernant le mécanisme d'action de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19, ces chercheurs viennent de publier leurs travaux élucidant la synergie antivirale de l ‘hydroxychloroquine et de l’azythromycine contre le Covid-19

Alors que dès le 7 avril dernier https://www.bernardsudan.net/mecanisme-daction-de-la-chloroquine-contre-le-covid-19/ j’avais déjà résumé les travaux de l’équipe de Jacques Fantini (INSERM, Marseille) concernant le mécanisme de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19, ces chercheurs viennent de publier leurs travaux élucidant la synergie antivirale de l ‘hydroxychloroquine et de l’azythromycine contre le Covid-19:

« Effet antiviral synergique de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine en combinaison contre le SRAS-CoV-2: ce que révèlent les études de dynamique moléculaire des interactions virus-hôte »

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924857920301837?via%3Dihub

Le résumé de cette recherche montre bien comment ces deux molécules agissent en synergie confirmant l’efficacité du protocole initié par le professeur Didier Raout dès le 25 février 2020 :

« L’émergence du SRAS-coronavirus-2 (SARS-CoV-2) est responsable d’une pandémie mondiale appelée coronavirus maladie 19 (Covid-19). La combinaison d’hydroxychloroquine / azithromycine est actuellement testée pour guérir Covid-19, avec des résultats prometteurs. Cependant, le mécanisme d’action moléculaire de cette combinaison n’est pas encore établi. En utilisant des simulations de dynamique moléculaire (DM), nous montrons que les deux médicaments agissent en synergie pour empêcher tout contact étroit entre le virus et la membrane plasmique des cellules hôtes. Nous révélons une similitude moléculaire inattendue entre l’azithromycine et la fraction sucre de GM1, un ganglioside lipidique agissant comme un cofacteur d’attachement de l’hôte pour les virus respiratoires. En raison de ce mimétisme, l’azithromycine interagit avec le domaine de liaison aux gangliosides de la protéine de pointe SARS-CoV-2. Ce site de liaison partagé par l’azithromycine et GM1 affiche une triade d’acides aminés conservée Q-134 / F-135 / N-137 située à la pointe de la protéine de pointe. Nous montrons également que les molécules d’hydroxychloroquine peuvent saturer les sites de fixation du virus sur les gangliosides à proximité du récepteur principal du coronavirus ACE-2. Ensemble, ces données montrent que l’azithromycine est dirigée contre le virus, tandis que l’hydroxychloroquine est dirigée contre les cofacteurs d’attachement cellulaire. Nous concluons que les deux médicaments agissent comme des inhibiteurs compétitifs de l’attachement du SRAS-CoV-2 à la membrane de la cellule hôte. Cela est compatible avec un mécanisme antiviral synergique au niveau de la membrane plasmique, où l’intervention thérapeutique la plus efficace se situe probablement. Ce mécanisme moléculaire peut expliquer les effets bénéfiques du traitement combiné hydroxychloroquine / azithromycine chez les patients atteints de Covid-19. Soit dit en passant, nos données suggèrent que la triade Q-134 / F-135 / N-137 conservée pourrait être considérée comme une cible pour les stratégies vaccinales. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.