Bertrand ROUZIES
Correcteur à Mediapart
Abonné·e de Mediapart

163 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 mai 2017

L’aristocratie du pire

Dans une logique de noblesse d’Ancien Régime discréditée, nombre de politiques versent dans la phraséologie guerrière, pensant que la boursouflure égotique passe mieux en armure, n’abritât-elle que du vent et du pus. Démontons le lego de l’ego martial en partant de deux exemples littéraires du Grand Siècle, si fertile en baudruches sanguinaires.

Bertrand ROUZIES
Correcteur à Mediapart
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Georges-Antoine Rochegrosse, "Andromaque" (1883), Musée des Beaux-Arts de Rouen

Vous suis-je donc si chère ?
― Madame, je vous aime à me précipiter
Dans le fleuve sacré qui coule à votre porte.
― On ne s’abaisse pas à cette extrémité
Quand on dit s’élever par l’amour qu’on me porte.
Il vous faut me haïr avant que je vous aime.
Ainsi vous serez grand et vous serez moins fat,
Car qui promet la lune est imbu de lui-même
Et montre qu’il se met dessus un cœur qui bat. 

Scarron. 

L’amour tragique, très à cheval sur l’honneur, serait, à entendre certains Modernes dont la faiblesse s’accorde à bon compte l’onction des Classiques, l’étendard d’une aristocratie du Moi. L’ego, toujours lui, en quête d’illustres prédécesseurs. L’analyse est valable pour Le Cid, une bête pièce élevée dans les étables jésuitiques et lancée à la charge contre le cardinal de Richelieu. Mais Le Cid n’est pas à proprement parler une tragédie, sauf si l’on considère que Corneille y renoue avec les fondamentaux du combat de boucs. Il est vrai qu’on y fait assaut de cornes. Chimène est à peine une fille et, si c’est une femme, elle a moins de cœur qu’elle n’a de cruauté. C’est une rapière qui aime. Elle embrasse par la haine, se lie par la saignée et dîne d’hécatombes. Elle exhorte Rodrigue au carnage, mais elle ne le fait pas pour aider le bretteur à magnifier un amour d’arène qui sent trop le crottin et la poussière. Non, elle le fait pour l’y confirmer. Rodrigue est un personnage statique qui persiste et signe, plutôt cent fois qu’une. Le triomphe guerrier l’autorise à se jeter sur la couche de Chimène sans passer par le pédiluve de la ruelle. Il lui faut vaincre pour étreindre. Banale condition d’un héros du terroir.

Le Cid est une commande de l’ego : « je » contre « je » = jeu. C’est la vanité du Grand Siècle dans une mise en scène baroque.

Tout autre est l’Andromaque de Racine. On change de paradigme, comme on dit quand on a du vocabulaire. Nous écrivons « Andromaque » mais nous pensons « Pyrrhus », car Pyrrhus est le véritable héros d’Andromaque. Néanmoins, comme Pyrrhus n’est pas Rodrigue, il importe de le laisser dans l’ombre où l’a mis Racine. Pyrrhus est un héros qui est revenu de l’héroïsme. Ce bûcheron à cimier a jadis abattu des forêts humaines, il s’est saoulé de leur sève palpitante. Quand la pièce s’ouvre, l’amour l’a dégrisé de la guerre. Il découvre qu’il lui faut aimer pour étreindre. Quelle révolution ! Le sabreur ne pense plus fourreau, coups à rendre ou à tirer, mais femme à mériter. Or, le mérite qui parle au cœur d’une femme, si celle-ci, du moins, se rappelle qu’elle a un cœur, se doit d’avoir l’haleine clarifiée. La guerre a toujours de sales relents qui altèrent les compliments les plus fins. Pyrrhus est le mal aimé du public, qui lui préfère Oreste, dont l’indignité a pour elle d’arborer un visage plus avenant. C’est que l’histoire de Pyrrhus est celle d’un renoncement. Ce n’est pas très vendeur. Pyrrhus commence massacreur et finit amant, amant bourrelé, mis à la torture par la raison d’État et la raison d’amour, amant massacré. Oreste, espèce de Rodrigue agacé de mouches, commence par l’amour, un amour enraciné de longue date, vermoulu, presque putride – d’où les mouches –, et finit massacreur. En tuant Pyrrhus sur ordre d’Hermione, il n’avance pas sa cause mais la fait régresser. Il se ravale au niveau du Pyrrhus saccageur de Troie. Ce ravalement est le signe irréfutable de la dégradation de son amour pour Hermione. S’il eût aimé hautement, Oreste eût refusé d’exécuter un crime d’amour, et cette lâcheté eût été d’un homme de cœur.

Andromaque nous raconte la déroute de deux ego. L’un, Pyrrhus, jette son glaive pour l’amour d’une femme, mais la mort interrompt sa reconversion ; l’autre, Oreste, s’arme d’un glaive, croit que cela suffit à le rendre aimable, s’en sert et découvre que cela rend fou. Louis XIV était trop abruti de stupre et d’orgueil pour suivre l’exemple de Pyrrhus. Sa police et son armée, fort diligentes à seconder ses entreprises criminelles, le soulageaient du remords de marcher dans les pas d’Oreste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame