Bertrand ROUZIES
Correcteur à Mediapart
Abonné·e de Mediapart

167 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 sept. 2017

Bertrand ROUZIES
Correcteur à Mediapart
Abonné·e de Mediapart

Comment la SNCF saborde pour près d’un milliard d’euros de matériel tractant

L’image est saisissante : des centaines de locomotives réformées, dont des dizaines en état de rouler, se pressent, tampons contre tampons, à perte de vue, dans la gare de triage de Sotteville-lès-Rouen. Les élus locaux et les cheminots parlent de cimetière et dénoncent depuis 2015 un gaspillage organisé d’argent public. L’État actionnaire ne fait rien.

Bertrand ROUZIES
Correcteur à Mediapart
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Gare de triage de Sotteville-lès-Rouen, une des plus vastes de France, cible privilégiée des bombardements alliés durant la Seconde Guerre mondiale.

Gare de triage de Sotteville-lès-Rouen, août 2017 © GA

Les voyageurs du Rouen-Paris passent à côté sans nécessairement y prêter attention, alors que du haut de ces engins plus ou moins rouillés et peinturlurés, plusieurs centaines de millions d’euros les contemplent. Dans le genre motrices de fret et de transport de voyageurs (TGV inclus), il y a un peu de tout (revue de détail ici), et de plusieurs époques (des années 1960 aux années 1990), pour qui voudrait faire son marché de modèles historiques à l’échelle 1. Chacune de ces motrices a coûté à l’achat entre plusieurs centaines de milliers et plusieurs millions de francs. Faites la somme, convertissez en euros et vous serez en droit de contester la hausse continue des tarifs et de rire à la face de Guillaume Pépy s’il vous parle de la contribution de son entreprise au développement du ferroutage. Cela aurait pu être un dépôt à ciel ouvert dans l’attente de réparations avant remploi ou une banque de pièces de rechange, mais cela s’apparente plutôt à un parc d’accapareur ferroviaire qui préfère laisser pourrir sur bogies des machines opérationnelles ou démontables.

Le soupçon est là, tenace, d’un refus de location ou de vente en occasion à la concurrence de ces matériels présentés comme « radiés » ou « en réparation différée ». La défense de la SNCF n’a pas su le dissiper. Les locomotives contiendraient, prétend-elle, des composants amiantés et leur remise en état serait trop onéreuse. Fort bien : si ces machines sont des pestilences roulantes, pourquoi les exposer à l’air libre à proximité des habitations et au dépeçage par les trafiquants de métaux ? Gregory Laloyer, secrétaire régional à la CGT cheminot, réclamait en 2015 une explication un peu plus substantielle, ce à quoi il lui fut répondu que ce type « d’information à caractère commercial » n’est pas du ressort des syndicats. Réponse savoureuse comme un retour de flocage en pleine figure : il nous avait semblé, aux dires de la SNCF elle-même, que la question était d’ordre sanitaire et non commercial, et voilà que non, il s’agirait bien d’une question commerciale, ce qui confirme le soupçon. Il arrive aux communicants de déminer les situations délicates à l’explosif.

Car la situation est explosive. D’abord pour l’État, engagé volontaire – mais avec les ouragans et les assureurs au train – dans la lutte contre le réchauffement climatique d’origine anthropique et donc contre l’économie suicidaire du moteur à explosion. L’État, unique actionnaire de la SNCF, a son mot à dire. Il l’a d’ailleurs dit, par la bouche de Ségolène Royal, alors ministre de l’environnement, sommant la SNCF de « laisser la possibilité à d’autres opérateurs d’utiliser ces locomotives, notamment dans le cadre de la conférence sur la relance du fret ». La mise en demeure s’est effritée comme du papier hygiénique sur le ballast sous un crachin d’automne. L’État, en ne faisant strictement rien, non seulement se déjuge face à l’urgence, mais fragilise un parc tractant qui, en période de disette budgétaire, si les machines réformées roulaient, lui permettrait au moins de limiter les pertes. Et que dire du gaspillage d’argent public que cela représente ? La région, qui a financé les nouveaux ateliers de maintenance tout proches et une filière de formation spécifique, en a le pantographe qui lui reste en travers de la gorge. Bref, avec la SNCF, le camion est porteur et le train à la remorque.   

La situation est également explosive pour les salariés de la SNCF, notamment ceux du fret, dont les effectifs normands ont fondu plus vite que ne rouillent leurs locomotives abandonnées sans soins, passant de 600 agents en 2010 à 180 en 2015. Les pannes, les retards et autres incidents de réseau se multiplient, faute de pouvoir utiliser les motrices du parc sottevillais comme matériel de secours, dans l’attente de la livraison de nouvelles motrices. C’est à se demander si la SNCF ne crée pas elle-même les conditions d’une faillite du secteur.

La situation est enfin explosive pour les riverains de ce qui, à la longue, pourrait bien devenir une immense casse ferroviaire et un pot-pourri toxique par défaut d’entretien et non pas seulement d’usage.  

Se pourrait-il que l’État, dans le cas de la SNCF, s’inspire d’un privilège du secteur privé, l’abusus, qui permet à l’actionnaire de détruire ou d’affaiblir sciemment tout ou partie de l’entreprise dont il est propriétaire s’il escompte de l’opération un gain supérieur à la simple jouissance de ses dividendes ? Mais quel serait alors ce gain ? Énigme schumpétérienne adressée aux générations futures, pour autant qu’il y ait encore pour nous un futur, à brève échéance.                       

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André