La réforme du code du travail : la solution miracle pour créer de l’emploi ?

Après deux réévaluations successives du code du travail, la loi travail va-t-elle enfin permettre de créer une forte dynamique de l’emploi et la baisse significative du chômage en France ?

On entend ici et là que le principal problème de l’emploi en France, c’est la complexité administrative, comprendre là la difficulté à licencier et recruter facilement des employés. La logique est simple : Si on assouplit au maximum le code du travail, une vague d’embauche massive emportera la France vers une forte croissance économique et un faible taux de chômage. Mais ce n’est évidemment pas si simple.

 

Ces réformes ne répondent pas aux attentes des employeurs.

 

Il faut comprendre que le code du travail protège le salarié. Il lui donne plus de poids face aux employeurs pour compenser le déséquilibre existant naturellement. En effet, il y a un  rapport de subordination qui les unis initialement, lorsque tout va bien entre eux, d’une part, mais aussi un rapport de force lorsqu’un litige existe : Un patron de grande entreprise a d’autres moyens financiers à avancer lors d’un litige (entre autre en frais d’avocat) qu’un employé au salaire minimum.

 

Assouplir le code du travail, c’est augmenter ce déséquilibre, et donc ne plus protéger l’employé, mais l’emploi, coûte que coûte.

 

Le soucis c’est qu’il n’y a aucune évidence que cette modification du code du travail ne puisse améliorer la situation de l’emploi en France, là ou il y a toutes les preuves qu’elle va dégrader la situation sociale des employés en rendant plus précaire encore leur statut.

 

Pour éclairer mon propos je vais m’appuyer sur la réalité, en présentant des statistiques, et je m’en excuse par avance pour ceux qui y sont allergiques. Mais à quoi bon écrire sur un thème aussi important que le travail, si c’est pour s’abstenir de le prouver par l’exemple.

Pour commencer, ces modifications du code du travail ne répondent pas du tout aux attentes des patrons des TPE / PME, mais uniquement à ceux des grands groupes. Or les TPE et PME représentent la moitié de la masse des employés salariés en France. N’aider que les 1,1% des plus grosses entreprises (ETI et GE), revient donc à délaisser 50 % des salariés, et les 98,9 % restants des chefs d’entreprises (les TPE et PME). Comment justifier cette aide aux ETI et GE ?

En expliquant que ces grandes entreprises représentent 64 % du chiffre d’affaire total des entreprises en France. Les dynamiser va donc augmenter ce chiffre d’affaire.

Et là deux questions se posent :

  • Pourquoi cet assouplissement du code du travail ne servirait-il que les plus grandes entreprises ?
  • Qui va bénéficier de cette redynamisation ?

Les grandes entreprises et le manque de turnover.

Je disais que l’assouplissement du code du travail ne répondait pas aux attentes des patrons des PME, car d'après les dernières études (tous les liens de mes sources sont en bas de page, pour info) 64% des PME avouent connaître des difficultés à recruter. Et les deux principales causes évoquées sont, le manque de compétences, d’une part, et le manque de motivation des candidats, d’autres part. La complexité administrative n’arrive qu’en 3ème position. Pour le manque de compétences c’est assez simple à corriger, il suffit d’investir massivement dans la formation professionnelle et l’enseignement supérieur.

Quand au manque de motivation, on peut le mettre en parallèle avec l’autre soucis des TPE et PME : le turnover (le taux de renouvellement de la masse salariale, en gros, la part des salariés qui quittent la boîte chaque année). Plus le turnover est important, plus cela indique que l’entreprise a du mal à conserver ses employés et donc ses compétences. Par ailleurs, comme le note le service toute-la-franchise.com (le leader de la mise en relation entre franchiseurs et entrepreneurs, peut-être pas une référence, mais la phrase résume bien la situation) “un fort pourcentage de turnover constaté mettra en lumière un malaise social”

Les raisons sont multiples : Problème de management, de conditions de travail, de salaire, de manque d’opportunité d’évolution de carrière dans l’entreprise.

Ce dernier point est principalement ressenti par la génération Y (dont c’est la principale préoccupation pour 36% d’entre eux) 1/3 d’entre eux ne conservent d’ailleurs pas leur emploi plus d’un an pour ces raisons. La génération Y est clairement la génération du turnover et lorsqu’on sait qu’elle représentera plus de 50% de la population active d’ici 2020, on imagine mal le problème se résoudre de lui même.

Et là encore, si le taux de turnover est de 19,7% pour les petites entreprises, il baisse tout de suite de 5 points (14,9%) pour les entreprises de plus de 50 salariés, et diminue encore plus l’entreprise est grosse.

Le problème des TPE/PME en croissance, c’est donc de trouver des compétences, et de les conserver. Le problème des grandes entreprises c’est d’avoir assez de souplesse dans la gestion de sa masse salariale, c’est à dire de pouvoir licencier/recruter plus facilement, en fonction des résultats souhaités, et recruter notamment des employés plus jeunes, et donc moins chers. Ce qu’un turnover élevé permet naturellement.

Je vous conseille de consulter cette article sur le cas de Sanofi qui pousse les anciens à la porte en augmentant le turnover (c’est à dire augmenter le malaise social - La performance avant l’humain) en mettant en avant les mauvaises performances des employés seniors :

https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-10-juin-2017

et cette vidéos édifiante de leur vice-président des ressources humaines :

http://www.dailymotion.com/video/x2jcfln

Voilà pourquoi les réformes du code du travail ne sont utiles qu’aux grandes entreprises. Elles ne vont en rien aider les TPE/PME à se développer. Et c’est dommage, car même si ces dernières ne représentent que 36% du Chiffre d’affaire total, et la moitié des salariés, elles sont implantées sur tout le territoire et oeuvrent principalement pour l’économie locale. Développer en priorité les TPE/PME, c’est développer l’économie locale, et permettre l’emploi local. Développer les ETI/GE, c’est développer l’économie nationale, et l'exode rural, la difficulté à trouver un logement et la vie chère en ville, et ainsi de suite…

Mais c’est surtout développer l’évasion fiscale, et creuser un peu plus le fossé entre les différentes classes sociales. Pourquoi ? Parce que les grandes entreprises, se sont des actionnaires, et des dividendes, et que cela est plus difficile à contrôler :

Les grandes entreprises n’enrichissent pas les Français ?

En 2016 le Salaire Mensuel de Base (SMB) a augmenté de 1,2%, ce qui permet au pouvoir d’achat d’augmenter lui de 1,8%. C’est d’ailleurs son évolution cumulée sur les 5 dernières années (+1,8% par rapport à 2012)

Dans le même temps, les dividendes versés ont augmentés de 11,8% sur 2016,  (+53%  pour les banques) et + 9% par rapport à 2012. Je parle surtout des grandes entreprises dont le rapport Chiffre d’affaire/dividende est 3 à 8 fois supérieurs par rapport aux petites entreprises et a augmenté de 5% là ou celui des petites entreprises a baissé de 5% dans le même temps. Autrement dit le dynamisme des Grandes entreprises ne profite pas aux salariés, mais aux actionnaires, là ou celui des PME/TPE profite lui non seulement aux salariés, mais aussi à l’économie locale c’est à dire à l’ensemble du territoire.  

Alors pour en revenir à notre code du travail, qui souhaite permettre aux patrons de rompre plus facilement les CDI, dans un pays ou 83,5% des employés travaillent sous CDD, ne va en rien résoudre quoi que ce soit.

Si un contrat de travail implique une durée (déterminée ou indéterminée) c’est qu’il impose un engagement dans le temps à l’employeur. Le but ? Donner à l’employeur la responsabilité de la stabilité entre autre financière de son employé, dans cette durée justement. C’est de cette responsabilité que va se dégager l’employeur avec cette réforme. Mais si nous ne voulons pas voir la misère augmenter d’avantage, dans un pays ou déjà 5 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, il faudra bien que quelqu’un prennent en charge cette responsabilité, et ça sera l’état, l’argent public, nos impôts.

Les réformes de la loi travail (celles qui ont déjà été votées, ainsi que celles dont ne connaissons pas exactement la teneur, et iront “plus loin” que les précédentes) ne cherchent donc pas à améliorer la situation du travail, et encore moins des travailleurs, des Français. Elles épousent pour seul dessein, la rentabilité des grosses entreprises. Et malheureusement pour nous, cela ne va en rien pouvoir améliorer nos vies, bien au contraire, (à moins que vous ne soyez gros actionnaires d’une grande sociétés.)

Je pense qu’il ne faut pas considérer la réforme du code du travail comme indépendante du reste. Ces réformes sont les pierres d’un pont qui conduit la France dans un direction très libérale, et déconnectée des besoins de son peuple. Ce pont, c’est le projet mis en place depuis 30 ans par les différents gouvernement successifs, et c’est à ce demander pourquoi nous les avons élus. Pourquoi ? Parce que nous sommes stupides ? Ou parce qu’ils ont réussi à nous faire croire que de nous battre était finalement inutile ?  

 

Sources :

http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2015-054-2.pdf

http://www.kellyservices.fr/fr/siteassets/france---kelly-services/uploadedfiles/dev_-_kelly_services1/rapport20kgwi20n1.pdf

http://www.haygroup.com/downloads/fr/Cpturnoverauplusbas10ans.pdf

https://www.blog-emploi.com/enquete-kelly-services-attirer-et-fideliser-les-meilleurs-talents/

http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2017-045.pdf

http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2017-044.pdf

https://www.insee.fr/fr/statistiques/2385829#tableau-Donnes

https://az768132.vo.msecnd.net/documents/103676_2017_06_02_01_55_05_790.gzip.pdf

http://resources.grouperandstad.fr/economie-que-pesent-reellement-les-pme-et-tpe-en-france/

https://business.lesechos.fr/directions-financieres/financement-et-operations/gestion-de-tresorerie/0202787732558-la-distribution-de-dividendes-multipliee-par-7-en-vingt-ans-6993.php

http://www.inegalites.fr/spip.php?article270

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.