Blandine Léger
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mars 2020

Alpha Condé, du militant panafricain à la honte de l’Afrique

Auparavant chantre autoproclamé du panafricanisme, aujourd’hui Alpha Condé est boudé, moqué et même bloqué par ses homologues africains. En cause, sa volonté de se maintenir illégalement et coûte que coûte au pouvoir. Dans un communiqué publié le 1er Mars 2020, l’UA et la CEDEAO ont mis en doute la crédibilité du processus électoral enclenché par Mr Condé. Enquête sur le basculement du Dr Alpha.

Blandine Léger
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dr Alpha et Mister Condé : un engagement panafricain… depuis Paris 

Lorsqu’Alpha Condé accède au pouvoir en 2010, l’espoir est permis au sein de la population guinéenne. Malgré un scrutin à l’époque déjà entaché de nombreuses irrégularités, l’élection de ce militant panafricain semble ouvrir une nouvelle page positive dans l’histoire chaotique de la Guinée plongée dans le sous-développement et l’autoritarisme de régimes successifs. L’homme a en effet un long passé d’activisme qu’il ne se fait pas prier de rappeler régulièrement : le chef de l’Etat a à son actif 50 années à lutter pour la démocratie guinéenne en tant qu’opposant et exilé à l’étranger. En revanche, ce qu’Alpha Condé passe sous silence c’est qu’il mène la lutte en sécurité depuis les beaux quartiers de Paris tandis que les Guinéens se mobilisent sur le terrain, au péril de leur vie. Au total, Alpha Condé passe 38 ans en France. Une période de militantisme hors des frontières de la Guinée durant laquelle il se lie d’amitié avec de nombreuses personnalités françaises avec lesquelles ils étudient à l’instar de Bernard Kouchner, fondateur de Médecins Sans Frontières et ancien Ministre des Affaires étrangères français.

Je ne suis pas l'ami de la Françafrique” disait Condé au Figaro en 2011, lors de son premier déplacement en France. Pourtant il ne cache pas son amitié bien argentée/monnayée avec le sulfureux Robert Bourgi ou encore le vieux chroniqueur François Soudan dont les éditos sont de véritables plaidoyers en faveur de son ami guinéen.

 Mais derrière ces figures de la vieille Françafrique, Paris a réagi fermement à la crise guinéenne provoquée par la volonté du chef d’Etat de changer la Constitution afin de briguer un 3ème mandat anticonstitutionnel. Jean-Yves Le Drian, Ministre des Affaires étrangères français tranche avec son prédécesseur Kouchner et met la lumière sur ce qui fait aujourd’hui défaut à Alpha Condé : le manque de soutien national et international. « L’engagement du Président Alpha Condé à demander une réforme de la Constitution ne nous parait pas être obligatoirement partagée ni par sa population ni par ses voisins ». Mercredi 15 Janvier 2020.

Les sirènes du pouvoir plus fortes que celle de l’intérêt public

Lors de son élection en 2010, Alpha Condé annonçait son intention de devenir le “Mandela de la Guinée” en unifiant et développant son pays. Mais les idéaux panafricains qui l’ont porté à la tête du pays ont vite laissé le pas au confort ronronnant du fauteuil présidentiel.

En Guinée, le climat d’impunité et de violences loin de se dissiper s’est installé durablement. En 2020, soit dix ans après le massacre du stade de Conakry ayant causé la mort de plus de 157 citoyens et le viol de dizaines de femmes, les responsables ne sont toujours pas incriminés et aucune enquête aboutie n’a été menée concernant les disparus.

Alors que la Guinée s’enlise dans une crise sans précédent - plus de 130 Guinéens ont perdu la vie sous les balles ou les coups des forces de l’ordre depuis 2010 dont 34 depuis le début des manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution en octobre 2019 - Alpha Condé semble obstiné à faire passer ses désirs personnels avant l’intérêt de la Nation. 10 ans après son élection, le chef de l’Etat n’a qu’un maigre bilan à revendiquer. Tous les indicateurs sociaux (taux de pauvreté, d’alphabétisation, d’emploi, de scolarisation, et de mortalité infantile) sont inférieurs à la moyenne en Afrique.

La seule avancée dont Alpha Condé se targue devant la presse internationale est la construction de plusieurs hôtels de luxe dans le pays depuis son arrivée au pouvoir. Force est de constater que la lumière des hôtels de luxe de Conakry ne bénéficie guère aux Guinéens dont le revenu moyen s’élève à 56$ mensuels en 2016, soit un tiers du revenu moyen en Afrique.

La Guinée, pourtant promise à un bel avenir grâce à la richesse de ses sous-sols et à ses caractéristiques environnementales exceptionnelles, souffre depuis 10 ans d’une présidence chaotique dont les principaux acteurs ont davantage à cœur de s’enrichir que de subvenir aux besoins de leur population.

Un isolement sans pareil sur la scène continentale

S’il se complaît à répéter qu’il faut que “les Africains règlent eux-mêmes leurs problèmes”, Alpha Condé est bien moins prompt à écouter ces mêmes Africains lorsqu’ils s’élèvent contre sa volonté de tordre la constitution guinéenne à ses propres fins.

En mauvais terme avec son homologue nigérien et président en exercice de la CEDEAO Mahamadou Issoufou, qui s’est publiquement prononcé contre un changement de Constitution en Guinée, Alpha Condé a fermé la porte à une délégation de l’institution conduite par celui-ci à la veille de la date initiale du double scrutin législatif et référendaire. Coup sur coup, CEDEAO et Union africaine ont annoncé l’annulation de leurs missions d’observation électorale en raison des irrégularités relevées. L’Organisation Internationale de la Francophonie, partenaire bien connu des pays africains lors des périodes électorales, avait été la première à se retirer du processus électoral. Face à ces coups de semonce, Alpha Condé fait la sourde oreille, agitant dans un dernier soubresaut incohérent le drapeau du panafricanisme pour justifier le “léger report” du double scrutin qu’il a fini par concéder le 28 février.

Lâché par les institutions africaines, le président guinéen a cherché un soutien auprès de ses homologues ivoirien et tchadien. En vain. C’est désormais un vieil homme esseulé qui s’entête à forcer le destin de son pays pour conserver son fauteuil présidentiel. La situation explosive dans laquelle se trouve aujourd’hui la Guinée est essentiellement due à sa volonté d’accaparer le pouvoir en dépit de la loi fondamentale, censée protéger le pays de toute dérive autoritaire.

Alors que l’Afrique toute entière lui tourne le dos, Alpha Condé ne semble avoir comme unique issue que d’annuler purement et simplement le référendum constitutionnel qui l’inscrirait définitivement du côté des dictateurs africains dans l’Histoire, bien loin de son passé revendiqué de panafricain.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze