Le #giletsjaunes : le citoyen disruptif qui réinventa la démocratie réelle

Le #giletsjaunes est la particule élémentaire disruptive de la démocratie de demain

#giletsjaunes : le citoyen disruptif qui réinventa la démocratie réelle…

De l’an I de la révolution

 

Nous étions peu nombreux en novembre derniers à comprendre la vague qui se levait enfin et à la soutenir. Nous n’avions rien anticipé si ce n’est qu’on savait qu’en prenant la défense des #giletsjaunes qu’il n’y avait que des coups à prendre. Il aura fallu peu de temps pour recevoir l’opprobre d’une France d’en haut, des bullocrates, des médias d’état pour railler, mépriser et insulter avec un mépris jamais vu… nous rallions les fascistes, les idiots, les incultes, les bofs, les fainéants… nous étions donc des extrémistes et des traitres à la république… tout y passait. Les Joffrins, les Apathie, les Libé, les Obs, et les journaleux du Monde, les LCI, les BFMTV en pointe, tout était bon pour ringardiser, salir et détruire jusqu’à la dignité de base du manifestant du 17 novembre et des Actes I, II, III X…

 

 

En face, on a improvisé une France qu’on avait oublié… celle de la petite fraternité, des constructions de palettes, des barbecues et des 1664… tout ce monde n’avait plus conscience d’exister ou de vivre. Tout se monde sentait que l’espoir était mort pour eux pour leur gamin… voire plusieurs générations… une fatalité de la misère… celle qui s’arrache un pot de Nutella et n’arrive pas à payer un plein d’essence… oui cette France se reparlait. On avait perdu l’habitude de vivre et de parler… chacun posait sa vie dure et voyait son miroir en l’autre… Car les #giletsjaunes ont réinventé un monde levinassien… le pauvre est mon prolongement, il a aussi trouvé le désarroi chez le salarié son frère de combats… juste pour une taxe qui aura mis le feu aux poudres ou à la pompe… En ce sens, pour toutes ces petites vies tournant sur les carrefours de nos sens giratoires, pour ces invisibles il y avait une rue à traverser… un gilet à enfiler et puis un destin à prendre… chacun rejoignit alors son point de résistance, petites communes du Gers, sous préfectures du Nord ou du Sud, grosse villes de province… Marseille Toulouse Bordeaux Lyon, Rennes… mais aussi Vannes, Tarbes, Guingand… le #giletsjaunes prenait la mesure de son rôle dans l’histoire d’une génération qui s’éveille…

 

 

Toute une France aura vu son propre visage dans ces #yellowvest et ses cortèges festifs profondément humains et égaux face à la fin du mois…

Mais le #giletsjaunes est aussi un nouvel acteur pour empêcher « le penser politique en rond »… comme des poissons rouges des assemblées élus pour massacrer l’esprit de 45 et remplacer l’espoir par le déclassement… Le giletsjaunes en novembre 2018 aura initie un acte majeur car le giletsjaunes est disruptif… oui, le mouvement est disruption et révolte.

 

Face à ce monde qui change, qui redouble de férocité et d’égoïsme, face à un monde façon Macron ou Hanouna, « nos #bof #nos racistes #nos extrémistes » auront trouvé les mots pour dire Non. Pour disqualifier l’arrogance et le mépris…

Mais comme tout mouvement, je dirai même comme toute révolution, il y aura eu du sang et des larmes…

 

Les #giletsjaunes aura touché du doigt la fracture d’une société moribonde… de part les médias qui se seront complu dans la facilité, s’assurer un avenir en oeuvrant pour le pouvoir, sans vergogne, sans émotion, méthodiquement pour discréditer… que ce soit les Unes, les titres, les éditoriaux, pour ces collabos modernes, le chaos était forcément jaune…

L’autre point c’est la police avec le changement de doctrine de maintien de l’ordre… il y avait la force et le respect de l’homme à terre mais avec la bande de stagiaires élus par hasard on aura vu la brutalité totale, la mesquinerie des hautes hiérarchies policières et le bilan : 2500 mutilés, 11 morts, des milliers de blessés ou de choqués… des casseurs flics ou des flics casseurs… des gueules cassés, des yeux broyés, des amputés, des manchots, des vies brisées… de l’ultraviolence volontaire avec un plaisir malsain palpable dans les images avec le paradigme magnifique du Flashball à 5 coups… Oui on aura vu cela chaque samedi à la même heure avec le traitement évidemment biaisés par les chaines d’info en continue… On aura vu l’extrait arrangé d’un boxeur pulvérisant un CRS, on aura gommé avant la femme frêle rouée de coups et sauvé par ce lutteur magnifique… encore une fois une guerre de l’information qui n’aura pas berné les esprits bien aguerris d’une France lucide…

 

On aura découvert aussi la fin du droit de manifester car oui, en France, il est possible de manifester sans dépôt à la préfecture, c’est dans la logique de l’histoire et de ses révolutions nombreuses… Il aura fallu les interpellations préventives, avec l’acharnement sur Coupat, Nicolle ou Drouet… il aura fallu ces anonymes en Province découvrant que le flic local peut les matraquer pour rien, jusqu’au sang, jusqu’à l’évanouissement ou les points de sutures. En ce sens la France se réveille meurtrie et hagarde, avec un écœurement avec plus de 70 % de soutien aux #giletsjaunes face à des walkging dead de la politique errants comme des porcs dans les allées des Assemblées ou des institutions de régions. Comprenant que la fête étaient finie, les gabegies aussi… oui, la France, le peuple de France vient de se réveiller. Une France d’en bas pour certains…

 

Le modèle disruptif des #giletsjaunes va plus loin… il revient sur l’essentiel et le symbolique du vivre en commun… la fin de l’ascenseur social, le déclassement des générations, le désespoir d’une survie à moyen terme pour soi et ses gamins avec en filigrane une France perverse, narcissique, maastrichtienne comme pourrait dire Onfray vivant dans une grandeur déchue, une décadence des valeurs et une overdose de richesse… une caste captant tous les pouvoirs pour elle même pour continuer à s’enrichir… inventant des concepts fumeux de ruissellement des richesses avec en exergue l’ISF… une forme de kiff fiscal qui devait redistribuer l’emploi au sans-dent… or la réalité est autre… la caste dirigeante a laissé dormir ses millions sans investir dans la vie… elle aura voulu vivre sur son tas d’or persuadé que la misère de se réveillerait pas… une France égoïste et distribuant le pouvoir à ses corps assujettis… les medias, les élus et la France des petits chefs… on en est là, dans ce XXI ieme siècle qui devait être spirituel et qui aura fini en extrême brutalité dans une ultramoderne absence de conscience humaine…

 

Oui, le #giletsjaunes est disruption de la démocratie. Elle vient d’inventer une révolution des consciences. Oui, les historiens verront les #giletsjaunes comme les sans-culottes de l’ancien régime… les giletsjaunes iront imposer le RIC, ils purgeront peut être les cerveaux devenus trop disponible à l’ultraconsumerisme… comme dans tout changement de logiciel, ils purgeront surement les rédactions par des plans de licenciements éthiques… ce ne sera pas méchant, juste un retour des choses et un changement d’état… Apres tout, la démocratie vaut bien des moments critiques pour changer les esprits, les mentalités et revenir vers une république plus humaine, moins outrancière… et puis si certains n’aiment pas cela, ils iront porter leur égoïsme de classe ailleurs… En effet, parmi la France en jaune, il y a des centaines de milliers de talents qui sauront reprendre des rédactions des usines, des géants industriels avec une place réelle pour l’autre…

 

Car oui, la révolution actuelle est plus qu’une révolte ou une rupture, elle est une disruption de la matrice, une transformation levinassienne vers un monde ou tout le monde n’aura pas peur d’espérer mieux pour ses enfants…

 

Il aura fallu une petite quinzaine à l’ensemble d’un peuple pour comprendre qu’il n’était pas seul. Que de l’ouvrier au retraité en passant par l’étudiant ou à l’employé il y avait la même aspiration au vivre ensemble assumant le salaire du sang, des larmes pour aller vers un nouvel équilibre moral et social.

 

Oui le #giletsjaunes est bien disruptif et cela en fait un mouvement qui touche au génie de l’histoire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.