France - Italie : la différence de culture envers le respect de l'autorité

La France n'est pas l'Italie, ici nous avons une sorte de déférence religieuse devant l'autorité qui est inconnue là-bas. Autorité scientifique, médicale, politique, policière, etc. Les italiens ont une culture populaire et démocratique beaucoup plus ouverte, indépendante par rapport aux autorités officielles. Pensons cela ensemble si vous voulez bien.

La France n'est pas l'Italie, ici nous avons une sorte de déférence religieuse devant l'autorité qui est inconnue là-bas. Autorité scientifique, médicale, politique, policière, etc. Les italiens ont une culture populaire et démocratique beaucoup plus avancée, ouverte, indépendante par rapport aux autorités officielles, étatiques. Peut être l'idée de République est-elle plus présente en France, mais il y a d'autres facteurs : l'impact des philosophes et intellectuels, des psys aussi, surtout les psychanalystes, est très importante. C'est comme si les français se référaient à un modèle autoritaire fixe, inébranlable, alors que les italiens sont plus fluides. Cela pourrait faire la différence en période de crise majeure, comme celle que nous traversons, car une position fluide, ouverte, est évidemment plus adaptative et opportuniste, voire opportune, qu'une position rigide et quelque peu réactionnaire. Le système éducatif est sans doute un facteur explicatif, mais je crois que l'éducatif dépend finalement d'un ordre social transcendant et déterminant : un esprit collectif, si l'on veut un inconscient collectif, qui s'exprime à travers des institutions et surtout des pratiques concrètes. J'ai là-dessus un point de vue sociologique. Le problème est que cette déférence envers l'autorité, principalement donc l'autorité intellectuelle, le savoir, peut s'avérer délétère en temps de crise. Même en temps normal, mais c'est moins visible. Que faire ? Dire les choses, soulever le problème et le mettre sur la place publique pour en discuter. C'est ce que je fais ici. J'appelle à vos contributions : je ne suis qu'un petit bonhomme isolé, et je crois que ce que j'essaie ici de penser doit l'être de façon plus sérieuse, à plusieurs, avec des avis sans doute contradictoires, mais surtout des avis et des réflexions, des expériences, des vécus, autres que les miens seuls. Nous ne pouvons penser qu'à plusieurs : la pensée solitaire n'existe pas ou est nulle, équivalente à zéro. Si vous êtes intéressés, essayons de penser ensemble ce genre de chose (faisons fonctionner l'intelligence collective). Je précise que je ne m'adresse pas ici qu'à des français. Cette question nous concerne tous, je me place simplement à partir de mon expérience. Merci...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.