Quand la France commence-t-elle ?

Constitution du peuple français.

C’est le titre de l’ouvrage que vient de publier Bertrand Lançon chez Perrin. Ce livre se penche sur la genèse de notre pays en pleine crise émaillée de querelles parfois violentes sur la laïcité et le communautarisme.

Il revient sur la multiplicité ethnique qui s’est constituée depuis deux millénaires : gaulois, grecs, romains, juifs, francs, burgondes, alains, wisigoths, bretons, basques, polonais, arméniens, italiens, portugais, espagnols, antillais, africains, maghrébins, moyen-orientaux, asiatiques et d’autres.

Nous avons affaire à une recherche érudite et documentée éloignée des polémiques et très différentes des productions du moment.

La France débute pour les historiens en 987 avec l’avènement du roi élu Hugues Capet, depuis quelques siècles une noblesse plutôt franque, c'est-à-dire germanique dirige, Son représentant le plus prestigieux a été Charlemagne qui a régné depuis sa capitale Aix la  Chapelle en Allemagne. Il a fondé la dynastie carolingienne puis vint le temps des mérovingiens descendants d’un certain Mérovée dont on doute encore de l’existence. En 987 le domaine royal s’étend autour de Paris, au sud jusqu’à Orléans et au nord jusqu’à Senlis. Une enclave séparée se trouve autour de Sens. Marseille est dans le royaume de Bourgogne et d’Arles et les barbaresques occupent les alentours de Saint-Tropez. Pour que ce soit dessinée la France de 2021, il faudra plus de 1000 ans et celle-ci peut changée si la Nouvelle-Calédonie devient indépendante.

La géographie et la composition de notre démographie crée la France de l’instant. Nous n’avons rien de commun avec celle de Louis XIV ou même de 1914, c’est pourquoi le désir actuel de révision de son histoire par quelques franges d’excités est puéril et nauséabond.

Nous sommes à l’heure actuelle un pays composite aux ethnies multiples et aux diverses confessions qui par la justice sociale, le respect de tous et des concessions mutuelles doit se trouver une belle et grande raison de continuer à vivre tous ensemble. Il n’y a pas de France éternelle et ce qui a été fait peut être défait. En travaillant sur l’imbrication de tous les peuples qui ont constitué notre nation Bertrand Lançon nous donne une clef de compréhension plus qu’utile pour débattre et mieux connaître quand la France a commencé.

Notre homme universitaire, spécialisé dans l’histoire de Rome, à plusieurs cordes à son arc. Musicien passionné, qui pratique le luth depuis quarante ans, hypodiacre de l’Église orthodoxe, Il est également maire adjoint de Mont-Saint-Jean, dans la Sarthe.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.