Samuel Paty n'a pas été tué pour avoir montré des caricatures de Mahomet...

...et Charlie Hebdo n'est pas drôle du tout.

Commençons par une petite expérience de pensée. Que se serait-il passé si Samuel Paty n'avait jamais montré ces caricatures à ses élèves? Peut-être qu'il n'aurait pas été assassiné, mais est-ce que ça veut dire que personne ne l'aurait été? Est-ce une hypothèse sérieuse de penser que c'est là le déclencheur du passage à l'acte? Ne serait-ce pas plus juste d'imaginer qu'une personne se radicalisant, pour une foule de raisons concomitantes, décide de passer à l'acte avant de chercher une cible? Une fois cette décision prise, il va imaginer l'acte, et chercher une victime qui correspond, pour une raison ou une autre, à l'acte imaginé. Samuel Paty n'a pas été assassiné parce qu'il a montré à ses élèves des caricatures du prophète musulman, il a été assassiné parce qu'une personne s'est radicalisé au point de passer à l'acte et que c'est tombé sur lui pour une raison x ou y! Et ça change tout. Si notre liberté d'expression est bien menacée, ce n'est pas par ces actes isolés extrêmement rares, bien qu'ignobles, mais, entre autres, par la loi Avia qu'ils essayent de faire passer contre la constitution pour soi-disant prévenir ces actes, et qui donnerait à l'État un droit de censure non (ou difficilement) contrôlé par la justice. Ne sacrifions pas notre véritable liberté en nous laissant aller à la terreur!

Une seconde piste de réflexion que je voulais ouvrir dans ce billet concerne la tournure idéologique que prend toute cette affaire. En quoi notre liberté d'expression dépendrait-elle de la possibilité ou non de caricaturer Mahomet? Qui a rit d'un de ces dessins ces cinq dernières années? Personne. Ça fait longtemps que ce n'est plus drôle du tout. Il y a 1,8 milliards de musulmans dans le monde, et ces gens tiennent, par croyance, à ce qu'on ne dessine pas leur prophète. Est-ce la remise en cause de notre liberté d'expression de ne pas le faire, ou le plus simple des respect? Puisque ça ne fait plus rire personne, est-ce autre chose qu'une pure provocation de continuer à le faire? La laïcité n'est-ce pas fondamentalement de respecter les croyances de chacun tant que la réciproque est vraie? N'est-ce pas là une liberté fondamentale, la liberté de culte? Personnellement athée et profondément laïque, je suis extrêmement dérangé par cet acharnement qui, sous prétexte de refuser la terreur qu'une poignée de personnes tente de propager dans le monde, offense et stigmatise les 24% de la population mondiale qui pratiquent l'Islam librement et pacifiquement.

Prenons de la hauteur. Ne sacrifions pas nos véritables libertés parce que quelques fous passent à l'acte au nom d'une mouvance très minoritaire. Considérons ces cas isolés comme une problématique sociale entraînant quelques faits-divers au lieu de plonger sans retenu dans le mythe de l'ennemi invisible et de la guerre permanente. Les véritables dangers qui nous menacent ne sont pas l'islamisme et la Covid, mais la montée de la haine inter-communautaire et la destruction de l'environnement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.