Borsalino
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2021

Borsalino
Abonné·e de Mediapart

Les biens mal acquis de Rajoelina

Pour lever tout malentendu, le Bianco et la Hcc feraient œuvre de salubrité publique, en menant respectivement une enquête sur l’origine des fonds utilisés pour ces acquisitions et rendre public la déclaration de patrimoine du candidat qu’il a été

Borsalino
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a plus d’une semaine, les malgaches ont appris par une vidéo circulant sur le net, que Rajoelina était propriétaire d’une luxueuse villa située à la frontière franco-suisse, où résident normalement, à l’année, femme et  enfants. En plus de cette belle demeure, le couple a aussi fait l’acquisition, d’une propriété à Neuilly, dans la région Île de France. Ces deux biens ont été achetés respectivement en 2015 et 2012, estimés à 5 milliards 181 millions d’ariary (1.102.000,00 euros) pour l’un et 12 milliards 807 millions d’ariary (2.725.000,00 euros) pour l’autre.

Ces belles propriétés ne sont pas à la portée de n’importe qui, et la question qui taraude est la manière dont il a pu les acquérir.

Peut-on croire que ses sociétés, Injet et Viva,  pouvaient disposer de ces trésoreries (environ 19 milliards d’ariary) pour financer ces achats ?  Le doute est permis, surtout que ces opérations coïncident à la période où il a été chef de la Hat.  Pour lever tout malentendu, le Bianco et la Hcc feraient œuvre de salubrité publique, en menant respectivement une enquête sur l’origine des fonds utilisés pour ces acquisitions et rendre public la déclaration de patrimoine du candidat qu’il a été. La transparence sur ces transactions cesserait toute spéculation sur l’idée d’une récompense contre le coup d’état.

D’ailleurs, nombreux sont ceux qui n’étaient qu’à moitié surpris de la mansuétude du GIC-M, envers des personnes qui étaient formellement condamnés par l’Union Africaine pour cause de coup d’état, ce groupe de contact fortement influencé par les points de vue de la France de l’époque.

Il était de notoriété publique que la loi était mise entre parenthèse entre 2009 et 2014, où les dignitaires du pouvoir de transition se livraient sans se cacher, à des actes de corruption et aux divers trafics illicites, notamment de bois de rose (en moyenne 25000t/an sur 5ans).

De retour au pouvoir en 2019, les habitudes n’ont que peu variées et beaucoup de questions restent sans réponse. De la part des partenaires de Madagascar, on remarque qu’une plus grande vigilance est clairement affichée, l’exigence de transparence revient dans les conditionnalités et seuls les dirigeants honnêtes pourront prétendre aux aides disponibles, de plus en plus rares.

Si aucun pays au monde n’échappe à la crise économique et sanitaire, elle fait plus de victimes dans les pays pauvres, et c’est peut-être une des raisons qui a fait évoluer les règles du jeu en France, concernant les avoirs des dignitaires africains y amassant des richesses sans cause,  en votant une loi sur les biens mal acquis. Cette loi prévoit de restituer au pays le produit des saisies des biens dont l’origine de leurs achats, est douteuse. Sans être parfaite, cette nouvelle législation complètera et accompagnera l’insuffisance des aides au développement.

La restauration de la dignité des peuples est un combat de longue haleine et requiert persévérance et abnégation. Les dirigeants véreux qui cherchent à profiter des biens d’autrui  et à l’abri des regards, ne dormiront plus tranquilles. A suivre.

Jean-Jacques Bastien.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André