La Blockchain, une vraie révolution technologique ?

La Blockchain est une technologie qui a vu le jour en même temps que le bitcoin en 2008. Son fondateur reste un mystère total. Alors que certaines sociétés en réclament la paternité, de plus en plus de personnes s'accordent sur le fait que le pseudonyme du créateur de cette technologie est Satoshi Nakamoto.

Le fonctionnement de la blockchain

La blockchain a été conçue pour enregistrer en temps réels toutes les transactions qui sont effectuées sur un réseau. Elle est publique et fonctionne avec une monnaie ou avec un jeton programmable.

Toutes les transactions effectuées par les membres du réseau sont regroupées en blocs. Elles sont validées par des personnes appelées « Mineurs », qui mettent à la disposition du système la puissance de calcul de leurs ordinateurs et reçoivent en contrepartie des paiements en bitcoins ou en toute autre crypto-monnaie.

Dès que chaque bloc est validé, il est daté et intégré aux blocs précédents. Cet ensemble forme alors une chaîne de blocs ; c'est d'ailleurs de là que le nom « Blockchain » a été tiré.

Une fois l'étape de validation passée, tous les utilisateurs peuvent avoir accès à l'ensemble des transactions, à leurs historiques, à leurs montants et à tout autre détail qu'ils souhaitent obtenir.

 Deux caractéristiques qui font de la blockchain une technologie révolutionnaire

La blockchain peut être définie comme une grosse base de données à la différence que :

  • Elle n'est gérée par aucun organe de contrôle : la blockchain est fondée sur des échanges de pair-à-pair (P2P). Aucune structure privée ou publique n'intervient dans sa gestion ;
  • Elle est infalsifiable et entièrement sécurisée : c'est l'une des technologies les plus sûres au monde. À un siècle où les histoires de piratage sont fréquentes, c'est un réel bon en avant. Des exemplaires sont disponibles sur plusieurs ordinateurs du réseau appelés « nœuds ». Il est donc impossible qu'elle soit piratée, car cela reviendrait à pirater simultanément plus de la moitié des ordinateurs du réseau, ce qui est absolument impossible.

Mais, ce n'est pas tout. Pour soumettre une nouvelle transaction à la blockchain, il faut absolument avoir deux clés différentes : une publique et une privée. Ce système de vérification est appelé cryptographie asymétrique.

L'utilisation de la blockchain va au-delà du domaine de la crypto-monnaie

Le potentiel de la blockchain est illimité. Sa sécurité et sa transparence font d'elle une technologie convoitée par plusieurs secteurs, dont ceux de l'assurance et de la banque.

Des prototypes de smart contracts ont déjà été réalisés par des développeurs pour le compte des assurances. Ce sont des programmes totalement autonomes qui exécutent les termes et conditions d'un contrat sans nécessiter une intervention humaine.

Les banques s'y intéressent également pour mieux protéger leur système informatique et permettre une meilleure traçabilité dans les différentes transactions. Cette technologie pourrait également permettre d'accélérer les virements et de réduire les frais de gestion des transferts internationaux.

Les secteurs de la santé, de l'industrie pharmaceutique, de l'agroalimentaire, du commerce, de l'aéronautique, etc. pourraient également intégrer cette technologie dans leur fonctionnement dans les prochaines années.

Avec les nombreuses possibilités qu'elle offre, la blockchain a réellement de très beaux jours devant elle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.