Quand les chinoises s'éveilleront....

Les peuples en ont assez de ses dictateurs qui ne connaissent que la répression, tous ces inconditionnels de l’argent qui ne vivent que pour l'argent et grâce à la complaisance des pays fabricants d’armes.

De quoi le monde a besoin aujourd’hui ? Une gouvernance mondiale collégiale avec des femmes et des hommes en nombre égal pour gérer les instances internationales et favoriser l’application des plans de développement durable. Ces femmes pourront taper fort sur la table des négociations. Ensemble a parité avec les hommes, les humains changeront la face du monde et engageront des réformes monétaires, économiques et sociales planétaires. On comprend mieux, ici, l’archaïsme des Droits de l’homme et le bien fondé des Droits de l’humain. On mesurera alors combien la formule « Droits de l’homme » est obsolète, à l’image du machisme français depuis la révolution française. En 1789 une femme, Olympe de Gouges a été guillotinée pour avoir demandé des droits pour les femmes. En 1948 lors de la rédaction de la Déclaration Universelle aux Nations Unies, les francophones éclairés étaient d’accord pour préféraient à « Droits de l’homme » une formule qui rétablissent la dualité du genre humain comme « Droits de la personne humaine » utilisée depuis par les Canadiens francophones. Mais cette formulation garde le défaut du pléonasme, une personne sur Terre est forcément humaine. Ce débat aux Nations Unies m’a été confirmé par un témoin rencontré lors de ma participation au Sommet dela Terre de RIO 92. Les sages de l'époque  n’ont pas été entendus et la formule des « Droits de l’homme » en1948 a juste été amputée du mot « citoyen ». Avec plus de femmes dans les directoires et en politique,  la force des « Droits de l’humain » prendra SENS. Avec elle, la dualité du genre humain prendra corps pour voir émerger enfin des décombres du vingtième siècle humanicide, machiste, sexiste, une véritable humanité émancipée capable de prendre les mesures urgentes nécessaires pour sauver l’humanité. A l’heure actuelle, les terribles conséquences du réchauffement climatique sur le devenir de l’humanité  annoncées par la coalition des scientifiques restent lettre morte face à la gestion majoritairement masculine machiste à la solde du dictat ultra capitaliste du dieu de l’argent.

J’étais l’unique participant engagé à ses frais sur les 35000 participants au Sommet de RIO 92 et manifestement le seul représentant du Languedoc Roussillon au Global forum réunissant pour la première fois les ONG au Sommet dela Terre de RIO en 92 sur l’environnement et le Développement Durable. Je mesure l'évolution des décisions depuis le Sommet de RIO et je constate le dramatique retard dans la mise en œuvre des corrections en matière de développement durable, vous conviendrez comme moi qu’un plus grand nombre de femmes dans la gestion du monde serait de nature à véritablement engager l’humanité dans le développement raisonnable et durable. Les femmes sont par leur nature plus respectueuse de la vie.  

Quand les chinoises s’éveilleront, les « Droits de l’homme » deviendront les « Droits de l’humain » :

Il est temps que la Chine s’inspire des mesures sociale et économique du Brésil qui avait réussi son essor économique grâce à un partage des richesses progressif vers les plus modestes, cela stimule à l’intérieur du pays son développement. Le Brésil démontre qu’un grand pays peut vivre en démocratie, qu’il n’y pas de risque à engager des réformes structurelles vers un développement durable.

En exploitant le peuple chinois, leur dirigeant manifeste leur unique ambition, primaire, celle de dominer les économies occidentales. Pas de liberté d’expression, pas de justice sociale, pas de promotion pour le peuple chinois. Pour le peuple qui a découvert l’écriture, les chiffres, la médecine chinoise, n’est il pas consternant que ses dirigeants ne soient pas capable de sortir de la dictature du prolétariat au XXI siècle. En Inde les femmes sont légions à s’émanciper pour changer les dogmes et les archaïsmes. Pour le « printemps Arabe » ce sont les femmes qui ont poussé les hommes à descendre dans la rue. Les femmes chinoises ne vont pas tarder à s’émanciper d’une tutelle archaïque des hommes, c’est d’elles que viendra le changement. La dictature chinoise osera-t-elle s’opposer à la légion des femmes dans la rue avec les chars d’assaut ? NON alors ?

Le blocage des négociations au Moyen Orient pour la reconnaissance dela Palestine devient insupportable à yeux des citoyens du village Terre.

Les pays du magreb sont en lutte pour chasser les dictateurs. Cette révolution a commencé avec la Tunisie, l’Egypte,la Libye. Mais en Syrie elle fut noyée dans le sang par Bachar el-Assad, au Royaume de Bahreïn, une île dans le Golfe persique c'est l’armée de l’Arabie Saoudite qui ont étouffé la révolution des démocrates. La démocratie est en marche, elle ne s’arrêtera plus. Les régimes totalitaires tomberont.La Russie et la Chine ne l’arrêteront aux Nations Unies pas indéfiniment par leur soutien aux dictateurs, ils seront juste co-responsables des morts pour la liberté aux yeux de la communauté internationale.

Les pays africains producteurs de pétrole devraient voir leur peuple profiter des ressources de leur pays et quand est-il ? Les peuples africains sont dans la misère pendant que leurs dirigeants construisent des palais de marbre offerts par les pétroliers et les dirigeants Chinois, les nouveaux conquistadors de l’Afrique.

La France a la responsabilité et le devoir historique de relancer le processus d’émancipation des femmes opprimées ou soumises dans le monde :

La FRANCE doit requalifier "Droits de l'homme" en "Droits de l'humain" 

En effet, au regard du monde, la responsabilité de la France est engagée lorsqu'une minorité de francophones, des hommes imbus de leur pouvoir, se prévalent insidieusement des "Droits de l'homme" dans son sens le plus restrictif pour asseoir leur hégémonie sur la majorité dite "faible", les femmes. La langue française ne doit pas servir d'alibi, notre devoir est de lever l'ambiguïté, de restaurer l'équité. Alain Bournet

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.