Comploteurs de Brazzaville: et si c'étaient les mêmes ?...

Les réseaux sociaux se sont brutalement tus : plus rien contre Denis Sassou-Nguesso, sa famille, ou ses proches collaborateurs. Depuis les déclarations du général Mbouala devant la cour criminelle, plus rien sur les réseaux sociaux. Et si c’étaient les mêmes qui avaient ourdi le complot, et alimentaient le net de leurs calomnies et mensonges ? Plus de doute, les faits parlent.

Etonnant ! Les réseaux sociaux se sont brutalement tus.

Plus rien contre Kiki le pétrolier. Plus rien contre Coco la flambeuse. Plus rien contre les autres enfants et neveux de Denis Sassou-Nguesso. Plus rien contre lui-même. Plus rien contre ses proches collaborateurs de longue date. Plus rien sur la prétendue fortune colossale de Jean-Jacques Bouya (JJB). Plus rien sur ceux à qui l’on prêtait les intentions de nourrir un destin présidentiel. Plus rien du tout !

Oui, depuis les déclarations du général Nianga Mbouala devant la cour criminelle de Brazzaville, plus rien sur les réseaux sociaux. Même pas de commentaires sur la bombe lâchée par Nianga Mbouala au cours du procès. Plus rien.

Etonnant ! Non pas tant.

Et si c’étaient les mêmes qui avaient ourdi le complot, qui alimentaient les réseaux sociaux, à coups d’argent dépensé sans compter, des calomnies et mensonges concoctés dans leurs obscures officines. Aujourd’hui, le doute n’est plus permis. Les faits parlent. Il est clair que ce sont les mêmes qui ont cherché à la fois à organiser un complot et à détruire ceux qui soutiennent réellement Denis SASSOU NGUESSO.

Ces derniers jours, les comploteurs sont occupés à désamorcer la bombe qu’ils portent, au risque d’être eux-mêmes explosés. Ils n’ont pas la tête aux petits coups par des réseaux sociaux.

Sans doute, ils reviendront à la charge ... s’ils s’en sortent indemnes.
Désormais, on sait.
Ce sont les mêmes et nous les suivons au jour le jour.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.